Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

7 mai 2011 6 07 /05 /mai /2011 08:14

France – EDF – Traversée des Pyrénées  au Perthus. La ligne THT sera enterrée 

ligne THT

Ce que l'on ne verra pas au Perthus

Le projet provoqué de nombreuses manifestations, comme ici à Céret en 2004

 

C'est hier que le décret est paru au JO, lançant la déclaration d'utilité publique de la ligne à très haute tension entre la France et l'Espagne. La fin paisible d'un dossier qui avait suscité… de très hautes tensions !

La tension est descendue d'un cran. Même s'il reste encore de petites étincelles autour d'un dossier qui a mis le feu à la Catalogne pendant presque une décennie.

Car au tout début de ce siècle, l'État français et EDF, forts de la bonne santé des centrales nucléaires hexagonales, voulaient vendre cette électricité à l'Espagne. De l'autre côté des Pyrénées, il n'y avait pas encore des milliers d'éoliennes et de panneaux solaires.

« Mais en 2001, il s'agissait de poser des pylônes qui auraient défiguré notre région », rappelle Jean-Claude Péralba, maire de Villemolaque et président du Sydeco, un syndicat regroupant plus d'une centaine de communes des Pyrénées-Orientales.

Un combat qui a duré 7 ans, jusqu'à ce que Jean-Louis Borloo, en 2008, finisse par annoncer que la ligne passerait bien par la Catalogne, mais enterrée. Elle profitera des infrastructures existantes (autoroute, TGV) pour minimiser son impact sur l'environnement.

« Les dés sont jetés depuis 2008, admet Jean-Claude Péralba, et si tout n'est pas réglé, l'impact visuel sera tout de même bien moindre. Mais malgré tout, nous restons sur notre position de principe, pas convaincus de l'utilité de ce projet et nous avons toujours pris des délibérations défavorables. »

« Malgré tout, avec le percement d'un tunnel à la hauteur du Perthus, le massif va subir des perturbations sur la nappe aquifère très importante, avertir Alexandre Pugnau, opposant à la THT et maire de Les Cluses, petite commune entre le Boulou et Le Perthus. A l'heure du Grenelle de l'environnement, on aurait pu y penser. »

Et par ailleurs, aussi bien Jean-Claude Péralba qu'Alexandre Pugnau rappellent que le percement du tunnel de la ligne à grande vitesse a été très pénalisant pour la ville du Perthus. « Et là, même s'il s'agit d'un tunnel plus petit, les habitants vont être pénalisés. »

De son côté le ministre de l'Industrie Éric Besson insiste sur le fait que la capacité des échanges passera de 800 à 2800 MW, « qui va fortement contribuer à la sécurité des réseaux et à l'approvisionnement des deux pays, en particulier en cas d'événement climatique majeur ». En tout cas, en Catalogne, la tempête s'est éloignée.

Prioritaire

Ce projet a été classé projet prioritaire de l'Union européenne. Il a bénéficié à ce titre d'un financement à hauteur de 225 millions d'euros dans le cadre du Plan de relance européen, pour un coût total estimé de l'ordre de 700 millions d'euros. Éric Besson rencontrera son homologue espagnol à Madrid le 23 mai prochain. Il tracera avec lui la feuille de route pour les prochaines étapes du chantier et pour le développement de l'interconnexion entre les deux pays, qui doit être porté à 4000 MW en 2020 conformément au plan européen à dix ans.

Source La Dépêche du Midi

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires