Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

3 janvier 2012 2 03 /01 /janvier /2012 05:29

Société - Devenir citoyen français ne sera plus une simple formalité pour un postulant qui remplit les conditions sociales et professionnelles.

Claude Gueant

 

Depuis le 1er janvier, l’obtention de la nationalité française est sujette à la présentation d’un document prouvant que le demandeur possède un bon niveau de niveau dans la langue de Molière.

De nouvelles mesures concernant la procédure de naturalisation en France sont mises en application depuis hier conformément à deux décrets et à un arrêté parus le 12 octobre dernier dans le Journal officiel français.

Objectif ? "Renforcer le contrôle du niveau de la langue française exigé aux candidats à la naturalisation". Désormais, le niveau de langue ne sera plus évalué au cours d’un entretien individuel "par un agent de préfecture" puisque l’étranger devra justifier par la "production d’un diplôme ou d’une attestation délivrée par un organisme reconnu par l’Etat ou par un prestataire agréé ", souligne le texte en question.

Et ce n’est pas fini, le candidat à l’obtention de la nationalité française devra également prouver "une connaissance suffisante, selon sa condition, de l’histoire, de la culture et de la société françaises ", souligne un nouvel article du code civil.

Concrètement, le candidat à la naturalisation devra fournir un diplôme attestant de sa connaissance de la langue nationale (brevet, BEP, CAP), ou produire une attestation de niveau, fournie par des organismes reconnus par le ministère de l’Intérieur, souligne un communiqué du département de Claude Guéant.

C’est là un autre tour de vis des autorités françaises contre ceux qui souhaitent s’y établir officiellement pour raison sociales ou professionnelles. Jusqu’ici, il suffisait pour un candidat de parler un français de niveau A1, correspondant au cadre européen commun de référence pour les langues (CECRL) du Conseil de l’Europe, pour obtenir sa nationalité française. Désormais il n’est plus suffisant de parler un français "basique" pour satisfaire les besoins quotidiens.

Maîtriser la langue de Molière

Les autorités françaises viennent de placer la barre un plus haut en exigeant un niveau de maîtrise de la langue supérieur. Pour ce faire, Paris a instauré le "FLI" (français langue d’intégration) qui permettra de reconnaître les organismes de formation proposant des cours permettant d’obtenir ce B1.

Seule bonne nouvelle, ces cours seront gratuits. Pas pour ceux "ceux qui sont pressés", et qui peuvent "s’adresser à des organismes privés qui facturent les cours entre 95 et 155 euros". Et comme il fallait s’y attendre, ces mesures qui feraient, on s’en doute, plaisir aux anti immigrés, soulèvent aussi des critiques.

Ainsi, Pierre Henry, directeur de l’ONG France Terre d’Asile estime dans une déclaration citée par l’APS que : "Quand on s’installe dans un pays durablement, il faut maîtriser sa langue, mais exiger un niveau académique, proche du brevet des collèges, c’est excessif".

Même tonalité chez France Terre d’Asile qui s’attend à la baisse du nombre de naturalisés avec le niveau B1. "Le problème, c’est l’offre linguistique en face. Beaucoup de crédits ont été supprimés aux associations. Aujourd’hui, un migrant sur cinq a accès à une formation de 270 heures".

Guéant serre la vis

Le sociologue Abdellali Hajjat, met carrément les pieds dans le plat : "on risque de mettre de côté une partie de la population migrante", estime-il. Il en veut pour preuve qu’Aux Pays-Bas, entre 2002 et 2008, on a compté 44% de naturalisations en moins et 39% en moins en Allemagne.

Pour Yasmine Flitti, de la Fédération des associations de solidarité avec les travailleurs immigrés (Fasti), craint elle, que "la sanction soit sévère" pour la catégorie des travailleurs. Et d’ajouter que les Asiatiques "ont besoin d’un processus d’apprentissage plus long que les autres, car la langue latine est très différente".

C’est dire que la mesure Guéant pourrait ouvrir un autre débat sur l’immigration dans une France qui se referme de plus en plus alors qu’elle est réputée être une terre d’asile. Le problème se posera sans doute à des milliers d’Algériens qui seront contraints de passer cet examen de langue. Et connaissant le niveau de la plupart d’entre eux mais aussi leurs conditions difficiles, on devine qu’ils seront probablement nombreux à se faire recaler.

Source Algérie Plus Hakim Merabet

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires