Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

8 février 2013 5 08 /02 /février /2013 06:53

François Hollande devant le Parlement européen: Nous aurons besoin de l'Algérie dans cette région du monde

731470_francois-hollande-s-exprime-devant-le-parlement-euro.jpg

 

L'Algérie s'en souviendra. François Hollande a définitivement scellé l'amitié entre les peuples français et algérien. Il a suffi de quelques mots. Sans sensiblerie. Sans apitoiement. Des mots brefs et justes qui rendent justice à la résistance et à la lutte héroïque d'un peuple contre le diktat terroriste et le projet de société moyenâgeux qu'il a essayé de lui imposer par le glaive.
Pour rappeler une page douloureuse de l'histoire récente de l'Algérie. Ecrite dans le sang. Celui des meilleurs de ses fils (Tahar Djaout, Smaïl Yefsah, Mahfoud Boucebci, Azzedine Medjoubi, Abdelkader Alloula...) lâchement assassinés par des hordes terroristes qui étaient à deux doigts de mettre à genoux la République.
Un traumatisme qui a rejailli à travers la tentative de prise d'otages sur le site gazier de Tiguentourine revendiquée par la katiba des «signataires par le sang», dirigée par Mokhtar Belmokhtar. Les forces de sécurité algériennes l'ont matée de façon implacable. Les critiques ont fusé. L'Algérie n'a pas courbé l'échine.
Elle s'est tenue droite dans ses bottes. La lutte contre l'hydre intégriste ne se fera pas sans victimes. C'est malheureusement le prix à payer. 
Qui plus que les Algériens peuvent le savoir? François Hollande a tenu à le rappeler mardi à Strasbourg devant les parlementaires européens. «S'il y a un pays qui, ici, est la victime de la barbarie c'est bien l'Algérie» a-t-il déclaré en s'adressant au Parlement européen.
Le président français a tenu à mettre un bémol à certaines voix d'élus du Parlement européen (Daniel Cohn-Bendit...) qui ont mis en doute l'engagement corps et âme de notre pays dans le combat antiterroriste.
«Je veux ici dire combien l'Algérie a souffert pendant des années et des années du terrorisme, et que s'il y a un pays qui, ici, est la victime de la barbarie c'est bien l'Algérie», a tenu à préciser le président français qui n'a pas omis d'indiquer que la décision de l'assaut donnée par Alger, pour mettre hors d'état de nuire le groupe terroriste qui a essayé de s'emparer du site gazier d'In Amenas, était souveraine.
«Moi je n'ai pas discuté de ce qui a été fait par les Algériens, sur leur territoire, pour frapper les terroristes qui retenaient en otages 600 personnes!», a-t-il affirmé.
«Nous aurons besoin de l'Algérie dans cette région du monde (...) pour lutter contre le terrorisme (...) pour favoriser une politique de développement (...) et pour le dialogue politique y compris avec les Touareg», a tenu à souligner François Hollande. 
«L'Algérie est un pays incontournable dans la recherche d'une solution politique. C'est d'ailleurs ce pays qui a parrainé les précédents accords (d'Alger, Ndlr) et qui souhaite naturellement être en première ligne de la résolution de cette nouvelle crise», avait indiqué le ministre français chargé de la Coopération, Henri de Raincourt, au sujet du conflit qui oppose les Touareg maliens à Bamako devant le Sénat français.
Les déclarations de François Hollande viennent ainsi conforter le discours qu'il a prononcé lors de sa récente visite en Algérie: tourner la page douloureuse de la colonisation et regarder ensemble vers l'avenir...
Source El Watan Mohamed Touati

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires