Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

19 décembre 2012 3 19 /12 /décembre /2012 21:13

François Hollande en Algérie pour parler d'investissements et de mémoire

Alger-Deambulation-Hollande-Bouteflika.jpg

 

Le président de la République vient entouré d'une délégation d'une trentaine de chefs d'entreprise. Renault va finaliser un accord pour installer un site d'assemblage à Oran.

Une quinzaine de parapheurs attendent François Hollande aujourd'hui à Alger, au premier jour d'une visite d'Etat extrêmement attendue des deux côtés de la Méditerranée, et délicate au vu des relations tourmentées entre les deux pays. C'est seulement la troisième fois qu'un chef d'Etat français se rend en Algérie depuis la fin de la guerre d'indépendance en 1962.

Si ce déplacement, programmé à l'Elysée comme un des plus importants de la première partie du quinquennat (il s'agit de la deuxième visite d'Etat depuis mai, après la Pologne), est marqué par une forte dimension politique et mémorielle, il n'en comporte pas moins un volet économique. La signature d'une demi-douzaine d'accords industriels est programmée aujourd'hui et demain. Le plus important finalise celui avec Renault, après trois ans de négociation. La marque au losange s'associe avec l'entreprise publique Société nationale des véhicules industriels (SNVI), pour construire une usine près d'Oran qui devrait produire d'ici 2014 près de 25 000 Symbol, dérivée de la Clio. L'usine, réservée au marché national, le plus important d'Afrique, pourrait produire à terme 75 000 véhicules, deux fois moins toutefois que ce qu'attendait initialement la partie algérienne, laquelle ne vit pas très bien non plus que le voisin marocain bénéficie d'un partenariat plus important (1 milliard d'euros) à Tanger pour la production de véhicules réservés à l'exportation. Conformément à la législation protectionniste en vigueur depuis 2009, Renault aurait 49 % des parts de la joint-venture, tout comme SNVI, le solde appartenant à la Société nationale d'investissement. Alger en attend la création de six mille emplois.

En revanche, on indique à Alger que le lourd dossier (5 milliards de dollars) de l'usine de vapocrackage d'éthane de Total, qui discute depuis cinq ans avec la Sonatrach pour l'installation de ce site, ne devrait pas être finalisé officiellement cette après-midi. Après accord sur sa localisation à Hassi R'Mel, conformément aux voeux de Sonatrach, reste à s'entendre sur le prix de cession du gaz. De source algérienne bien informée, des accords sont en voie de finalisation avec Lafarge et Sanofi, deux entreprises dont les relations avec les autorités algériennes ont connu des hauts et des bas (le premier pour avoir acheté en 2008 les filiales locales de l'égyptien Orascom sans consulter suffisamment le gouvernement, le deuxième suite à contentieux douanier). Orascom a depuis été expulsé d'Algérie et Lafarge a investi dans plusieurs cimenteries. Présentée comme acquise ce matin, la signature de ces deux accords est démentie par la presse algérienne, auquel cas la visite de François Hollande se solderait par un bilan économique extrêmement mince, réduit finalement à la finalisation de l'accord Renault et à deux contrats avec des PME.

Délégation d'une trentaine de chefs d'entreprise

Une bonne trentaine de chefs d'entreprise font partie de la délégation imposante, forte de neuf ministres. Parmi lesquels on note Stéphane Richard (France Telecom), peu implanté en Algérie mais qui y nourrit des ambitions, Pierre Mongin (RATP), et Patrick Kron (Alstom), déjà présents dans les tramways, Jean Louis Chaussade (Suez Environnement), actif dans le traitement des eaux, Bruno Lafont (Lafarge) et Jacques Saadé (CMA CGM). L'armateur fait partie des entreprises qui peinent à rapatrier leurs dividendes, dossier qui fait l'objet de discussions entre Paris et Alger, le dinar n'étant pas convertible pour freiner la fuite des capitaux dans un pays où la confiance des investisseurs locaux est rarement au mieux. Un autre contentieux aurait été réglé ; de source algérienne, le pays aurait réglé l'arriéré de paiement de 13 millions d'euros dus à des hôpitaux à Paris, Lyon et Marseille au titre de soins apportés à des malades algériens. La question sensible des visas pour les Algériens (200 000 par an, deuxième plus fort contingent en France derrière la Russie) serait aussi au programme.

Une dizaine d'accords de coopération

Parallèlement, une dizaine d'accords de coopération culturelle, scientifique ou technique de moindre envergure doivent être signés entre les deux Etats. Un accord de défense antérieur entre les deux pays a été complété pour protéger judiciairement des militaires français qui, à l'occasion par exemple d'une opération conjointe, commettraient des crimes passibles de la peine de mort en Algérie. Une hypothèse à vrai dire très théorique, même si Paris plaide en ce moment pour une intervention militaire africaine, avec appui technique français, au nord Mali, région sous contrôle des djihadistes d'AQMI, à laquelle Alger n'entend ni participer ni prêter assistance. Aucune avancée n'a été constatée sur ce dossier sensible. A l'inverse de nombre de voisins du Mali, Alger s'oppose à toute intervention dans son arrière-cour.

Le président français a entamé sa visite par une déambulation avec son homologue algérien sur le front de mer de la ville d'Alger, hâtivement ripoliné pour l'occasion. Des ouvriers s'affairaient encore hier soir pour repeindre des façades ou refaire des trottoirs. Sombre présage, un incendie d'origine indéterminée s'est déclaré dans les sous-sols de la Grande Poste, dont s'échappaient des panaches de fumée, à quelques encablures du cortège officiel.

François Hollande doit s'entretenir dans l'après-midi avec le président Abdelaziz Bouteflika, ce qui donnera lieu à la publication d'un communiqués mais pas à une prise de parole commune, quoique la rencontre soit retransmise à la télévision algérienne, le président français doit s'adresser demain aux parlementaires algériens, une première depuis l'indépendance du pays en 1962. Ce discours est très attendu du côté algérien, car comme celui de Jacques Chirac en 2003 ou de Nicolas Sarkozy en 2007, il est censé contribuer, au processus « tourner la page et panser les plaies ». Une partie des dirigeants algériens, incarnée par le ministre des Moudjahdines, Mohammed Cherif Abbas, veulent excuses et repentance en bonne et due forme, bien qu'une majorité des Algériens, dont les deux tiers n'étaient pas nés en 1962, attendent seulement de la France qu'elle « reconnaisse les crimes de la colonisation ». A l'inverse, selon un sondage récent, une minorité de Français accepterait des excuses unilatérales pour les tortures et massacres d'Algériens durant la guerre (évalués selon les sources entre 250 000 et 1 million), la majorité se scindant entre ceux opposés à toute repentance et ceux qui y seraient prêts à condition que parallèlement Alger s'excuse pour les massacres de colons (2 000 à Oran en juillet 1962) et de harkis. Le président Bouteflika a oscillé ces dernières années, au gré des exigences de politique intérieure, entre un discours dur en la matière, soulignant que la colonisation française était « une des plus barbares qui ait existé », et un discours plus conciliant, celui tenu ces derniers temps, peut être lié au fait que l'Algérie miserait d'avantage sur la coopération internationale pour faire fructifier sa manne gazière.

Source LesEchos.fr  Yves Bourdillon

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires