Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

24 juillet 2013 3 24 /07 /juillet /2013 23:38

Premières esquisses du Grand musée d'Afrique à Alger

Grand-musee-d-Afrique-a-Alger.png

Vue aérienne du futur grand musée d'Afrique

 

Un grand musée d’Afrique devrait voir le jour en 2016 sur la baie d’Alger. Le projet, lancé par l’Union africaine, a franchi une première étape : le cabinet d’architecture vient d’être choisi.

Sur la baie d’Alger, le long de la quatre voie surnommée "la Moutonnière" qui mène du centre ville à l’aéroport, face à la mer, sera édifié le Grand musée d’Afrique. Né en 2005 lors du sommet de l’Union africaine, le projet commence à prendre forme - sur le papier du moins. Les plans d’architecte ont été choisis et le cabinet Readymade de Nadir Tazdaït a remporté le concours.

Il s’agira d’un édifice de 15 000 mètres carrés, à Oued el Harrach, dans un quartier en pleine reconstruction, près de la future Grande Mosquée d’Alger. Au bout d’une promenade le long de la mer sera érigé ce bâtiment, au milieu d’un jardin de 14 hectares. Les travaux doivent se terminer en mai 2014 avec pour objectif une ouverture en 2016. Coût de l’opération, supporté en totalité par le ministère de la culture algérien : 60 millions d’euros.

Agence Readymade. Nadir Tazdaït, architecte mandataire. Pascale Langrand, architecte associée.

Le musée mettra en avant cinq grandes périodes :

- Les grands bouleversements climatiques de 10 000 à 5 000 av. J.-C. et l’art pariétal (art réalisé sur les parois des grottes) en Algérie, au Mali, en Afrique du Sud et en Namibie. 

- Les civilisations de 3000 av. à 1000 ap. J.-C. avec les contributions des musées du Caire, de Khartoum et de Lagos, un éclairage sur les coptes et les débuts de l’Éthiopie chrétienne à Axoum, ainsi que lles pierres levées et sculptées au Sénégal et en Gambie.

- Les développements de 1000 à 1500 ap. J.-C. : l’ancienne cité du Grand Zimbabwe, l’extraction et le commerce de l’or, les premiers contacts arabo-africains et avec l’Asie, les grandes routes transsahariennes et l’épopée des Tellem et des Touareg, le rayonnement de Tombouctou, où est installé la première université du monde.

- Les traites orientales et occidentales et les récits d’installation de 1500 à 1890

- Les artistes modernes et contemporains face à l’Histoire de 1900 à aujourd’hui

"Ce ne sera pas un deuxième Quai Branly", explique d’emblée le maître d'ouvrage, Abdelhalim Seray, directeur général de l’Agence de réalisation des grands projets culturels, organe qui dépend du ministère de la Culture algérien. "Nous ne visons pas de construire un musée d’ethnologie africaine, mais plutôt un lieu où se mêle histoire de l’art et créativité contemporaine", ajoute-t-il.

Ouvert à l’art vivant

Inutile, en effet, de chercher à rivaliser avec les grands musées africains d’Europe : les anciens pays colonisateurs se sont dotés depuis longtemps des plus belles œuvres africaines. Le restant a été disséminé dans le circuit des collectionneurs privés, quand il n’a pas simplement disparu dans le trafic illicite de biens africains.

"Le projet est plus large : les pays africains se sont engagés à fournir des œuvres au musée, et comptent sur l’application de la règle édictée récemment par l’Unesco : tous les objets archéologiques trouvés en Afrique doivent rester en Afrique et sont interdits à la vente. Ces œuvres devraient en partie atterrir dans ce musée", précise l'architecte d'origine algérienne, Nadir Tazdaït. Le budget de la collection et du fonctionnement est en cours de négociation.

L’idée est de compter sur les ressources des musées de l’Union africaine pour offrir un lieu où pourront être exposées des œuvres de grande taille - "quand 90% des collections africaines sont de petite taille", note Nadir Tazdaït. Et pourquoi pas, nouer des partenariats, que ce soit avec les musées de Berlin, de Londres, de New York ou de Paris, qui compte 30 000 pièces exposables.

Mais le lieu se voudrait aussi tourné vers le présent : dans les plans d’architecture sont prévus une salle de spectacle et de projection, et des lieux ouverts pour accueillir de la musique et de la danse. Sur le papier donc, le lieu doit vivre, respirer, danser. Le grand musée d’Afrique voit large. Rendez-vous en 2016.

Source France 24.com Priscille Lafitte

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires