Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

23 juillet 2012 1 23 /07 /juillet /2012 02:34
Un grand site
lac-d-Oredon.jpg  massif-du-neouvielle.jpg
    Ci dessus lac d'Orédon et Massif du Néouvielle
Les Hautes-Pyrénées possèdent plusieurs «grands sites» naturels. Parmi eux, un endroit absolument magique et fascinant de beauté : le Néouvielle. Visite guidée.
«Dans un milieu si pur, que nous manque-t-il, excepté ceux que nous aimons ? Le sol étincelait, comme si tous les diamants et les rubis de l'Inde étaient tombés dessus en pluie brillante.» Le comte Henry Russell, le plus grand de nos pyrénéistes, a fait du Néouvielle des descriptions enflammées dans ses «Souvenirs d'un montagnard». La montée, par la route des lacs, qui démarre à Aragnouet, est déjà en soi une aventure. Une petite route sinueuse, serpentant sous les frênes puis sous les mythiques pins à crochets. Lorsque la végétation laisse place à la roche, hors de la limite végétale, les pics abrupts se lèvent tout d'un coup. Un concentré des «3.000» pyrénéens. Au bout de la route, le formidable barrage du Cap-de-Long dresse sa longue muraille. Un peu en aval, on plongera tout droit vers le lac d'Orédon, en plein cœur de la réserve naturelle du Néouvielle, créée bien avant le Parc national. La réserve abrite une flore et une faune exceptionnelles, dont le pin à crochets et le crapaud accoucheur, entre autres (voir ci-contre). Faune et flore sont intégralement protégées à l'intérieur de la réserve, gérée par le Parc national. Il est toutefois possible d'y pêcher. Le bivouac y est également autorisé, uniquement à Aumar : bivouac et non camping : la tente doit être montée après le coucher du soleil et démontée avant le lever de soleil suivant. L'accès est également réglementé, protection de la nature oblige (voir encadré) : il y a quelques années en effet, avant l'institution du péage, les berges d'Aumar et d'Aubert ressemblaient à la plage d'Hendaye au mois d'août. La vue à Orédon est éblouissante : le pic du Néouvielle, avec son arête des Trois Conseillers, se reflétant dans les eaux turquoise du lac. La montée sur les Laquets, un chapelet de trois lacs plus petits, est un enchantement. La vue s'élargit encore avec les lacs supérieurs d'Aumar et d'Aubert. De là, partent des courses mythiques, pour tutoyer les 3.000 avoisinants. Les marmottes sifflent au passage, les silhouettes des pins à crochets millénaires accompagnent en silence le promeneur. Un rêve absolu.
La réserve du Néouvielle : un des plus beaux sites des Pyrénées.
Informations pratiques
Le parking à Orédon est payant et obligatoire : de 2 à 5€. Pour monter aux lacs Aumar et Aubert, il faut emprunter la navette, la circulation étant interdite à partir de 9 h 30 jusqu'à 18 heures. Tarif de la navette, qui passe toutes les demi-heures : 4 € AR. Il existe une garderie pour les chiens, dont la circulation est interdite dans la réserve : 1,50 €/h. Les animations nature dont assurées par le Parc national.
Source La Dépêche du Midi Hélène Dubarry
Le Pèlerin
Partager cet article
Repost0

commentaires