Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

11 novembre 2012 7 11 /11 /novembre /2012 10:44

L’Amour pour sa femme a eu raison de lui lehmann-henri-portrait-de-louis-viii-1187-1226-dit-le-lion-.jpg

 

C

eux-ci attribuent son agonie à une trop longue abstinence sexuelle. D'où le remède. Mais le roi veut rester fidèle à son épouse.

Déflorer une jeune vierge pour combattre la maladie, n'est-ce pas merveilleux ? Qui n'accepterait un tel remède ? Peut-être Laurent Ruquier ou encore Dave... Louis VIII lui aussi refuse, mais pour une autre raison. "Je suis amoureux de ma femme", chantonne-t-il avec Richard Anthony. Cette reine non cocue - ce qui est plutôt rare - s'appelle Blanche de Castille, la mère de Saint Louis.

Pour en revenir à ce merveilleux époux de Louis VIII, surnommé le Lion, il tombe malade à Montpensier, en Auvergne, alors qu'il est en route pour Paris. Le 29 octobre 1226, il est pris de fièvre. Ses intestins se vident sans cesse. Comme beaucoup d'autres soldats avant lui, il est probablement victime de l'épidémie de dysenterie et de fièvre lacustre, même si certains évoquent un empoisonnement. Le 3 novembre, il lui faut s'aliter. Les médecins se consultent. S'ils hésitent à diagnostiquer une simple dysenterie, c'est que le roi s'est mis à délirer. Pas normal. C'est alors qu'ils font le rapprochement avec l'excessive continence du roi. Il ne possède ni favorite ni maîtresse. Il reste entièrement fidèle à Blanche, célèbre pour sa beauté et sa sagesse. Revenant de croisade dans le Languedoc, il a donc été condamné à l'abstinence. Or, au Moyen Âge, la médecine établit un lien entre la fonction sexuelle et l'état psychique. On pense que des troubles nerveux peuvent être déclenchés par une trop longue abstinence. Et non pas l'inverse.

"Ne point commettre de péché mortel"

Pour sauver Louis VIII, ses médecins mettent une jeune vierge dans son lit. Cette curieuse histoire est rapportée par Guillaume de Puilaurent, le chapelain de Raymond VII de Toulouse. "Au retour de la croisade en Albigeois, le roi tomba malade en Auvergne, on disait qu'il pourrait guérir s'il voyait une femme ; son fidèle compagnon Archambaud de Bourbon choisit une belle jeune fille et la fit entrer dans le lit du roi pendant son sommeil ; à son réveil, le roi lui demanda pourquoi elle se trouvait là ; elle répondit qu'elle venait l'aider à le guérir. Le roi la remercia et refusa le remède, pour ne point commettre de péché mortel." Faute d'avoir accepté son remède, Louis VIII meurt le 8 novembre 1226, à seulement 39 ans.

À l'époque, tous n'incriminent pas la fidélité du roi comme responsable de son décès, des rumeurs évoquent un empoisonnement du roi dont le triste responsable serait Thibaud de Champagne, pris d'une vive passion pour Blanche. L'accusation n'est pas vraiment crédible dans la mesure où Thibaud a quitté l'ost royal plusieurs mois avant le décès du roi. Quant à la jeune vierge, elle aurait, dit-on, été envoyée en Californie par le docteur Delajoux...

Rude guerrier

Finalement, Louis VIII n'aura régné que trois ans et trois mois. Malgré une constitution maladive dont son père se moque en le surnommant Homo delicatus ou debilis, c'est un rude guerrier. Il l'a prouvé avant même d'être couronné en mettant la pâtée au roi d'Angleterre Jean sans Terre en 1214 à la Roche-aux-Moines. Dans la foulée, il traverse la Manche, envahit Londres et prend le contrôle du sud du pays. Finalement, il accepte de se retirer contre une forte somme d'argent. Devenu roi, il s'empare des dernières possessions anglaises dans le Sud-Ouest, hormis Bordeaux et la Gascogne, lors d'une campagne magistrale. À Pâques 1226, il chevauche à la tête de 50 000 chevaliers dans la vallée du Rhône pour aller exterminer les cathares du Languedoc. C'est la fameuse croisade des Albigeois. Ça cogne dur. Avignon tombe après trois mois de siège. Dans la foulée, Nîmes, Castres, Carcassonne et Albi se rendent.

Il faudrait pousser l'avantage jusqu'à Toulouse, où Raymond VII s'est réfugié, mais l'épidémie de dysenterie affaiblit les troupes royales. La décision est prise de remettre la prise de Toulouse à l'année suivante. C'est en remontant vers Paris que Louis VIII tombe malade et meurt. Son fils Louis, 12 ans, est aussitôt sacré roi de France sous le nom de Louis IX - surnommé plus tard Saint Louis. Ce n'était pourtant pas le premier enfant du couple royal. Louis VIII et Blanche de Castille (nièce du roi d'Angleterre) se marient en 1200. Ils ont tous les deux 12 ans. Leur première fille naît cinq ans plus tard, mais elle meurt aussitôt. Même sort funeste pour Philippe et les deux jumeaux Alphonse et Jean, qui suivent. Louis n'est que le quatrième fils du couple. Blanche assure la régence avec le titre de baillistre

Source LePoint.fr Frederic Lewino et Gwendoline Dos Santos

Le Pèlerin

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires