Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

4 avril 2012 3 04 /04 /avril /2012 12:10

Quand le départ se transforme en «procès»…

Zohra-Drif.jpgBernard-Henry-Levy.jpg

 

Cela a été l’un des moments les plus attendus de ce colloque. Et c’est une foule nombreuse qu’a drainée ce dernier débat du colloque Marianne/El Khabar, qui s’est clôturé, hier, à Marseille.

Le «choc de titans», commentait le public, impatient de voir se confronter la moudjahida Zohra Drif-Bitat et le philosophe français Bernard Henry Lévy. Et chacun des deux intervenants était attendu de pied ferme par différentes personnes et surtout pour différents motifs. L’ancienne combattante du FLN, aujourd’hui sénatrice et vice-présidente du Conseil de la nation, est ainsi au cœur des manifestations des ultras et autres nostalgiques de l’Algérie française. Et ils étaient encore là, hier, toutefois moins nombreux que la veille, à faire le pied de grue devant les portes du théâtre de la Criée. Bernard Henry Lévy, juif d’Algérie, né à Beni Saf, est, quant à lui, fréquemment vilipendé pour ses prises de position jugées sionistes, mais aussi et surtout pour le rôle qu’il a joué dans le déclenchement de l’intervention de l’OTAN en Libye.  

Et sur ce registre, chacun a eu le droit à son «procès». Qui ne s’est pas fait attendre pour Mme Drif. Dès son entrée dans la salle, elle est accueillie par un rageur : «Vous êtes une criminelle de guerre ! Vous avez tué des enfants !», suivi des sommations de se taire de Maurice Szafran, directeur de Marianne et modérateur de la séance, aux côtés de Nicolas Domenach, journaliste. Le ton est donné pour l’heure qui suivra. «Si en 1956, Guy Mollet avait réagi avec la même fermeté que M. Szafran et des organisateurs de ce colloque face à quelques jets de tomates, peut-être que nous aurions fait l’économie de cinq ans de guerre épouvantable, que les blessures et les cicatrices ne seraient pas ce qu’elles sont encore aujourd’hui», entame la moudjahida.

Car, tient-elle à préciser, les militants n’avaient pas de problème avec les individus, avec les Français, mais avec un système injuste, répressif, violent, hideux, qui signifiait la mort du peuple et de la nation algérienne. «Je ne cherche à gagner personne à ma cause, je m’exprime sans fanfaronnade ni agressivité. Nous avons mené une guerre juste, légitime. Mais pour nous, cette guerre est terminée», affirme-t-elle. «Et aujourd’hui, c’est comme si l’on voulait nous entendre formuler des regrets, des doutes», déplore-t-elle. Et c’est justement des excuses et des regrets que certains espéraient entendre lors de ce débat.

Une guerre propre existe-t-elle ?

«La guerre d’Algérie est une guerre juste, que je soutenais et pour laquelle j’aurais milité si j’en avais eu l’âge. Seulement, une cause juste peut-elle être défendue par des méthodes injustes, qui la desservent ?», interroge, caricature de lui-même par certains moments, Bernard Henry Lévy. La question était évidemment prévisible et attendue même. «Quand vous êtes acculés comme nous l’étions, il faut utiliser toutes les voies et les moyens pour se battre», répond, calmement, Zohra Drif. «Je vous demande précisément si vous ne regrettez pas d’avoir tué des civils innocents lorsque vous avez posé votre bombe au Milk Bar, si vous n’en faites pas des cauchemars», insiste BHL. «Non monsieur. Les milliers d’Algériens assassinés étaient aussi innocents. Le choix ne nous a pas été laissé, c’est le seul moyen que nous avions de nous battre. Nous étions en guerre, en apartheid», assène Mme Drif.

S’ensuivent alors plusieurs minutes où, sous le chahut de l’audience, les deux intervenants répètent encore et toujours les mêmes griefs, les mêmes descriptions d’horreur vécues. Le débat a bloqué sur une question qui reste, 50 ans après, le point névralgique du contentieux historique entre les deux pays : la repentance. Mais pas celle de l’ancien colonisateur pour les crimes commis en Algérie. Car sur ce point, les deux intervenants étaient parfaitement d’accord.

«Pas de complot libyen»

«Je suis là en tant que Français malade que la France soit toujours malade de la guerre d’Algérie», avait d’ailleurs affirmé BHL à l’entame de son intervention. Tant de vérités occultées, de généraux tortionnaires morts dans leur lit et réhabilités sans être inquiétés ou condamnés, d’hommes politiques qui vantent les bienfaits du colonialisme, ou d’autres dont on oublie le passé de tortionnaire en Algérie, etc. «Face à la vérité des crimes, la guerre d’Algérie n’est pas finie en France. Il y a un véritable refoulement de la honte française», poursuit-il. «Mon grand-père était un juif d’Algérie, pauvre, humilié, humble parmi les humbles, berger à Tlemcen. Je me sens fils de cette terre. Mais j’ai mal à l’Algérie quand je vois la manière dont elle traite sa pauvre mémoire, avec un tel refoulement aussi», argue celui qui a été «l’un des rares intellectuels français à avoir soutenu le pouvoir en 1992, en prenant position en faveur de l’interruption du processus électoral»,  comme l’a présenté M. Szafran. Mais qui aura aussi droit à son procès, aux invectives et huées du public. Interpellations auxquelles le philosophe français répondra sans convaincre. La Libye évidemment où, selon lui, l’intervention n’était qu’une assistance à un peuple en danger, sans nulle arrière-pensée, «sans complot». La Palestine, son non-soutien aux autres révoltes, dont la Syrie, ses accointances avec Sarkozy, le fait qu’il soit avant tout agent d’Israël, etc. Tout cela sous haute tension, tant l’agressivité à son égard était palpable.

Débat «rare» sous haute tension

Ce moment «historique», «rare» et des «plus importants», prévenait M. Szafran, a d’ailleurs été, l’on s’en doute, émaillé d’interruptions et de grabuges d’une assistance survoltée. Sensibilités et nationalismes exacerbés, nostalgies et griefs et autres susceptibilités ne se sont pas tus. Une moitié de la salle applaudissait à tout bout de champ, lorsque l’autre moitié huait. Quelques débordements ont bien sûr été enregistrés. Une jeune fille a dû être évacuée par la sécurité pour avoir hurlé «et la Libye ? Tous ces enfants que vous avez tués là-bas ? Sale assassin !», lorsque BHL a entamé son couplet sur «les méthodes injustes tuant des innocents». De même, lors des débats, une jeune fille a posé une question pour le moins déconcertante à Zohra Drif : «Ne pensez-vous pas que l’attentat que vous avez perpétré est similaire aux tueries commises par Mohamed Merah ?» Question balayée d’un revers de la main par M. Szafran qui, dans une grimace, souffle un «ce n’est même pas la peine d’y répondre».

«Pris dans un tourbillon qui nous dépassait tous»

Mais il y a eu aussi des moments d’émotion, avec la présence de Danielle Michel-Chich, cette femme, qui, à l’âge de 5 ans, était attablée au Milk Bar en ce jour de septembre 1956. Elle y a perdu sa grand-mère et l’une de ses jambes. «J’aurais été plus âgée, j’aurais combattu pour la décolonisation de l’Algérie, tant je comprends votre cause. Mais nous n’avions rien à faire avec les colons», dit-elle, émue de s’adresser à la femme à laquelle elle a adressé un livre. «Ce n’est pas à moi qu’il faut vous adresser, c’est à l’Etat français qui est venu asservir mon pays», répond dans un premier temps Mme Drif.

Puis, la regardant dans les yeux, peut-être pour la première fois depuis le début de la séance, elle ajoute, d’une voix altérée : «A titre personnel et humain, je reconnais que c’était tragique, tous ces drames, les nôtres comme les vôtres. Nous étions pris dans une tourmente qui nous dépassait, qui vous dépassait.»

Source El Watan Ghania Lassal

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires