Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

25 septembre 2012 2 25 /09 /septembre /2012 23:22

Humour - Un hôtel réservé aux femmes !

La femme

 

Un groupe de jeunes femmes arrive sur le lieu de leurs vacances. Elles se mettent à la recherche d'un hôtel et en trouvent un superbe, à 5 étages, avec un panneau qui indique "Exclusivement pour les femmes".

L'employé de la réception leur indique qu'avant de réserver une chambre, il faut qu'elles visitent l'hôtel pour décider de l'étage où elles souhaitent s'installer.

Au 1er étage, un panneau indique : "Ici les hommes font très mal l'amour, mais sont très agréables, gentils et sensibles".

Les filles se tordent de rire et, sans s'attarder, montent au deuxième.
Le panneau du 2e étage indique : "Ici les hommes font merveilleusement bien l'amour, mais traitent très durement les femmes".

Cela ne leur paraît pas acceptable, elles continuent à monter...

Au 3e étage, le panneau indique : "Ici tous les hommes sont d'excellents amants et ils sont sensibles aux désirs et besoins des femmes".

Cela paraît idéal, mais il reste encore 2 étages : elles continuent l'ascension...

Au 4e étage, le panneau indique : "Ici, les hommes ont des corps d'Apollon, sont sensibles et attentifs à leur compagne, experts en amour, tous célibataires, blindés d'argent et prêts à se marier".
Les voilà ravies, prêtes à en rester là... mais décidément intriguées, elles poursuivent jusqu'au 5e.
Quand elles arrivent au 5e étage, le panneau indique : "Ici il n'y a pas d'hommes. Cet étage n'a été construit que pour démontrer qu'il est impossible de satisfaire une femme, elle en voudra toujours plus".

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires

malina 26/09/2012 14:03


Je ne suis pas d'accord...avec la fin....Ce que cela dénote, c'est simplement que les femmes sont terriblement curieuses....rireeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee


 


(moi je me serais arrêtée au ...3 ième étage....(trop haut j'ai le vertige...)     : ) 

Le Pèlerin 27/09/2012 12:06



Bonjour Malina,


Il n’y a pas que les femmes qui sont curieuses…Jugez-en :


La curiosité est un vilain
défaut…


Un prêtre, ressentant un besoin urgent d’aller aux toilettes, entra dans le bar du coin. Il
y avait de la musique à fond et tout le monde qui parlait à haute voix. Cependant, à chaque fois, les lumières s’éteignaient brusquement. Et à chaque fois que la lumière s’éteignait, tout le
monde applaudissait et hurlait. Lorsque le prêtre est entré dans le bar, il y eut un silence complet. Le bar avait retrouvé son calme.
Le prêtre se dirigea vers le barman et demanda: «Pouvez-vous m’indiquer où se trouve les toilettes s’il vous plaît ? »


« Bien sûr » répondit le barman « mais je dois vous dire qu’il y a la statue d’une femme
nue là-bas et elle ne porte qu’une feuille de vigne, » ajouta le barman.


« Pas de problème, je vais juste éviter de la regarder alors », répondit le prêtre.


Le barman lui montra alors la direction et le prêtre s’en alla. Après un court moment, le
prêtre sortit des toilettes et revint vers le bar et la foule ne s’arrêta pas d’applaudir et de l’acclamer. Perplexe il se dirigea vers le barman et lui demanda « je suis perplexe. Pourquoi
applaudissent-ils en me voyant sortir des toilettes ?
«Eh bien, c’est parce que votre curiosité vous a rendu humain et sympathique, tout comme nous», a dit le barman. « Puis-je vous offrir un verre ? »


« Non merci, mais je suis toujours perplexe », déclara le prêtre. « Pourquoi tant
d’applaudissements ? » demanda le prêtre.


«Vous voyez, » poursuivit le barman en ricanant « à chaque fois que quelqu’un déplace la
feuille de vigne de la statue de la femme nue, la lumière du bar s’éteint. Maintenant, que diriez- vous d’un verre? »
Le prêtre s’en alla tout confus et mort de honte…


Le Pèlerin