Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

1 avril 2010 4 01 /04 /avril /2010 23:29

Humour - Mamie à la barre
statue-de-la-justice.jpg

Dans un procès, qui se déroule dans une petite ville de province, un avocat appelle son premier témoin à la barre, une grand-mère très âgée. Il s'approche d'elle et lui demande :
- Mme Jeanne, me connaissez-vous?
 - Oh! Oui je vous connais M. Langlois. Je vous connais depuis votre enfance et sincèrement vous me décevez beaucoup. Vous êtes un grand menteur, vous trompez votre femme, vous manipulez les gens et vous êtes un médisant et un calomniateur. Au lit, vous pensez être un bon coup alors que tout le monde sait que vous êtes un éjaculateur précoce. Vous n'êtes qu'une mauviette et vous ne voyez pas plus loin que le bout de votre nez. Oh! Oui je vous connais. L'avocat surpris, ne sachant que faire, pointe l'autre avocat du doigt.
- Mme Jeanne, connaissez-vous l'avocat de la défense?
- Bien sûr que je le connais. Je connais M. Richard depuis qu'il est tout jeune. Il est paresseux, obèse et il est alcoolique. Il ne peut pas avoir de relation normale avec quiconque et il est l'un des pires avocats de tout le département. Non seulement il a trompé sa femme avec 3 femmes différentes, mais l'une d'entre elles est votre épouse. Oh! Oui je le connais.
L'avocat de la défense est au bord de l'apoplexie.
Le juge demande aux deux avocats d'approcher et, avec une voix très calme, il leur dit :
- Si l'un d'entre vous demande à cette vieille si elle me connaît, je vous envoie tous deux pourrir en prison pour outrage à la Cour.
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires

Fouzol 02/04/2010 14:34



C'est vrai je veille beaucoup avec internet mais je tchatche rarement et pourtant je suis chez moi pas au cyber. mon truc (plutôt mon vice) c'est facebook et twitter et bien sure mon blog.


Pour les blagues algériennes, rien que pour toi je vais en chercher.


 


Mes amitiés



Le Pèlerin 04/04/2010 22:05



Salut
Fouzol


 Tu es un mec sympa….mais tu
n’es pas commun…Ce dont je te parlais c’est ce que j’avais constaté il y a quelque temps chez u ami qui tenait un cyber…


Et il ‘avais tenu les propos dont je te faisais état


Facebook ce n’est pas trop ma tasse de thé …J’y vais toutefois de temps
en temps


Pour les  blagues
algériennes…Je t’en remercie d’avance


Amicalement,


Le Pèlerin



Fouzol 02/04/2010 03:08



LOL...ça me rapelle le dicton algérien qui dit:


L'un dit à son ami : et si on s'anoblie, l'autre lui répond : lorsque les autre oublient.


 


 






Le Pèlerin 02/04/2010 06:41



Salut Fouzol,


Il doit y avoir de sacrées blagues en Algérie


 Tu as passé la nuit devant ton écran.....Je parie que tu tchatchais


Lorsque je suis à Cherchell en Algérie et que je me rends au cyber......90% d'entre eux
tchachent....au cyber....pas à la maison


Le cyber est un lieu de convivialité et un moyen d'évasion....J'y connais tous ses
cybers


En souvenir j'y ai ramené tous les virus de la création


Si tu connais un site de blagues algériennes, je suis preneur


Bon Vendredi....Je pense que tu vas commencer par te lever fort tard


Je te remercie pour l’intérêt que tu portes à mes blogs


Chaleureusement,


Le
Pèlerin