Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

17 janvier 2012 2 17 /01 /janvier /2012 10:56

Les cinq questions des lycéens

mohamed-boudiaf.gif

 

Les lycéens et lycéennes de l'établissement Mohamed-Boudiaf à El Madania ex-Salembier, et ceux du lycée Oum-Habiba de Bab Ezzouar à Alger ont donné hier une véritable leçon de prise de conscience à l'occasion de la célébration du 20e anniversaire du retour du défunt Mohamed Boudiaf en Algérie.
«Mohamed Boudiaf est cher à tous les Algériens dignes de leur pays et qui se respectent», ont-ils dit. Les lycéens ont posé 5 questions aux conférenciers, qui devaient donner des réponses claires sur le personnage central de la Révolution algérienne. Pourquoi Mohamed Boudiaf s'est-il exilé au Maroc? Quand et comment est-il mort? Pourquoi ne pas rouvrir le dossier sur l'assassinat du président Boudiaf? Quelle est la réaction des Moudjahidine sur son assassinat? Et pourquoi nous ne respectons pas l'emblème national? Telles furent les cinq questions qui ont ébranlé la salle et laissé perplexes les conférenciers devant ces adolescents qui ne connaissent absolument rien de ce géant de l'Histoire de l'Algérie? Une autre question a été posée par les lycéens en marge de cette conférence au Cercle des moudjahidine à Alger: «Pourquoi vous ne nous dites pas la vérité alors que vous avez 90 ans?». Pour leur part, les moudjahidine ont expliqué que «l'état-major à l'époque s'est retourné contre le Gouvernement provisoire de la République algérienne, et ce rien que pour assouvir des intérêts personnels». La salle des conférences était archicomble, les intervenants ont été séduits par l'intérêt que portent les adolescents à l'Histoire de leur Révolution et par le fait qu'ils ne jurent que par la vérité concernant l'histoire de leurs pays. «Je ne peux pas dire tout publiquement», s'est contenté de répondre Tayeb Thaâlibi, dit «Si Allal», âgé de 89 ans, ancien moudjahid. Mohamed Boudiaf est né le 23 juin 1919 à M'sila. Il a travaillé très dur et dignement dans plusieurs villes du pays telles que Bordj Bou Arréridj, Sétif, Jijel et d'autres afin de gagner sa vie dignement. M Boudiaf a commencé son militantisme dans les années 1940. Il a participé à toutes les étapes de la préparation de la Révolution algérienne et continué de lutter jusqu'à l'indépendance du pays, le 5 juillet 1962. Orateur et organisateur hors pair, Mohamed Boudiaf, dit Si Tayeb Al Watani, n'a jamais ménagé ses efforts pour la libération de son pays. Assassiné lâchement le 29 juin 1992 au Palais de la culture de Annaba en plein discours, la mort de Mohamed Boudiaf restera ancrée dans les mémoires des générations postindépendance. «La guerre actuelle est celle des luttes contre la corruption qui ne peut être gagnée que par la culture des sciences et le savoir», a conclu un des lycéens. Bravo les jeunes!

Source L’Expression Amar Chekar

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires