Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

10 mai 2011 2 10 /05 /mai /2011 07:39

France - 10 mai 1981: il y a 30 ans, la France élisait Mitterrand

mitterrand-10-mai-1981.jpg

 

Il y a trente ans, le 10 mai 1981, les Français élisaient François Mitterrand, premier président socialiste de la Ve République, qui s'installait à l'Elysée après 23 ans de pouvoir sans partage des gaullistes et des giscardiens.

L'image numérique du visage de François Mitterrand se dévoilant progressivement sur les écrans de télévision le 10 mai à 20h00 est restée gravée dans la mémoire collective.

Alors que s'affichent les résultats (51,75% pour Mitterrand, 48,25% pour le président sortant Valery Giscard d'Estaing), des scènes de liesse, de véritables explosions de joie, se déroulent dans toute la France. A Paris, le peuple de gauche va fêter sa victoire à la Bastille, lieu symbole par excellence des grands bouleversements politiques et sociaux.

Les partisans de Giscard sont, eux, sous le choc, sonnés. Effrayés aussi. Dès le soir du 10 mai, les douanes françaises renforcent leur surveillance pour empêcher toute fuite de capitaux vers l'étranger. De fait, l'intensité des réactions illustre la rupture politique que constitue l'élection de François Mitterrand.

"Je mesure le poids de l'Histoire, sa rigueur, sa grandeur", déclarera le président élu dans sa première déclaration à l'Hôtel du Vieux Morvan à Château-Chinon (Nièvre).

Présenté comme "l'homme du passé" par Giscard pendant la campagne, Mitterrand, qui est en politique depuis la fin de la guerre et a déjà été candidat deux fois à la présidentielle, a construit patiemment sa victoire en s'appuyant sur l'union de la gauche.

Sa victoire marque ainsi le retour au gouvernement des communistes, écartés du pouvoir depuis 1947. Ils seront quatre dans le premier gouvernement de Pierre Mauroy.

Cette alliance avec "les amis de l'URSS de Brejnev" inquiète à l'étranger, notamment à Washington, qui enverra le vice-président George Bush à Paris pour sonder le nouveau chef de l'Etat, un mois après son investiture.

La rupture est aussi inscrite dans les "110 propositions pour la France", le programme de François Mitterrand. Forte d'une majorité absolue à l'Assemblée élue un mois après la présidentielle, la gauche mettra en oeuvre plusieurs mesures phare: abolition de la peine de mort, autorisation des radios libres, création de l'impôt sur la fortune, nationalisations...

De façon plus anecdotique, l'élection présidentielle de 1981 marque aussi l'irruption de la communication dans la politique. Le slogan "la force tranquille" et la photo de Mitterrand sur fond de campagne française ont fait date.

La campagne avait également été marquée par la candidature de Coluche. Plaisanterie au départ, l'aventure s'était mal terminée, l'humoriste, crédité jusqu'à 16% d'intentions de vote, ayant finalement jeté l'éponge en mars 1981, sous la pression et les menaces.

Source 20minutes.fr AFP

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires