Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

18 août 2010 3 18 /08 /août /2010 11:33

Algérie - Une polémique pas très innocente : Consommer la viande importée d’Inde ? Quelle idée !

viande ramadhan

 

L’homme roule en Marutti ; il possède un réfrigérateur fabriqué en Chine, un téléviseur fabriqué à Taïwan, et un téléphone made in Corée. Mais il a sa dignité, et n’abdiquera jamais sur deux points : il ne mangera jamais de la viande importée d’Inde, et n’ira pas au stade tant que Rabah Saadane est entraîneur de l’équipe nationale de football.

C’est une position irrévocable, assure-t-il. Aussi longtemps qu’il vivra, il n’acceptera pas que la viande importée du pays de Ghandi franchisse le seuil de sa modeste maison. La banane de Colombie, le blé du Canada, les sucreries de Turquie et de Syrie, les pastèques de Tunisie et les oranges du Maroc, ça pouvait aller. Mais de la viande de l’Inde ! Quelle Idée !

C’est une position de principe, assure notre homme. Il jure qu’il n’en démordra jamais. Une position qui ne s’appuie pourtant sur aucune rationalité. Sur le plan religieux, le produit est garanti « halal », conforme au rite musulman, comme en attestent les documents présentés aux clients potentiels. Le ministère des affaires religieuses s’en porte garant.

C’est aussi un produit qui répond aux règles d’hygiène et de conservation imposées pour le transport de produits périssables. Les techniques sont connues, et suffisamment répandues pour être maitrisées. Sur le plan économique, le produit indien est compétitif. Il est même proposé à meilleur prix que la viande importée d’Europe.

La viande importée d’Inde n’est pas non plus rejetée pour une question de qualité. Notre homme n’en connaît pas encore le goût, et ne peut la condamner sur ce terrain. Du reste, assure-t-il, toutes les viandes congelées se ressemblent, par leur absence de gout, prétend-il.

Faut-il, dès lors, voir dans cette attitude le résultat d’une action psychologique menée par quelque puissant lobby, qui aurait patiemment travaillé pour discréditer la viande importée d’Inde en vue d’asseoir sa mainmise sur le marché de la viande congelée ? S’agirait-il d’un complot ourdi quelque part par de puissants réseaux qui veulent à tout prix préserver des intérêts aussi opaques que douteux ?

Peut-être même s’agirait-il d’une opération politique, visant à déstabiliser le gouvernement en maintenant le prix de la viande à un niveau élevé, pendant ce mois de consommation outrancière. Après tout, l’Algérie a vécu un célèbre précédent, il y a vingt ans, avec le fameux mouton d’Australie. Le gouvernement de l’époque avait alors importé des moutons d’Australie pour tenter de casser les prix à la veille de l’Aïd Al-Adha. Mais de puissants réseaux liés à l’e-FIS avaient décrété que ces moutons ne pouvaient être sacrifiés pour l’Aïd, car leur queue n’était pas conforme !

Une enquête approfondie du DRS permettra peut-être un jour d’en savoir plus sur cette attitude qui consiste à boycotter la viande importée d’Inde. Mais pour l’heure, les éléments disponibles montrent que ce boycott est du a des raisons primaires, inavouables. Il est le résultat de préjugés, à la limite du racisme, en vers certains pays et certains peuples.

Cette attitude est affichée par de nombreux Algériens, probablement une majorité. Indiens, forcément affamés, Chinois, mangeurs de chiens et de chats, et surtout noirs africains sont victimes de ce racisme au quotidien, qu’on peut déceler sur les lieux de travail, dans la rue comme dans les stades et à l’université. Un racisme qui s’étend parfois à des Algériens, forcément surnommés Keita ou Amadou parce qu’ils sont noirs. Même la presse n’échappe pas à cette tendance, lorsqu’elle dénonce les «maladies» et les «maux sociaux» qui se propageraient à cause des migrants clandestins africains.

Le racisme est-il «ramadhano-compatible» ? On ne connait pas de fetwa en ce sens. Par contre, il est certain que le racisme est parfaitement compatible avec l’ignorance, qui est même une des conditions nécessaires pour la prolifération du racisme. Sinon, comment expliquer autrement que par l’ignorance ce mépris affiché par les Algériens envers des pays qui font dix pour cent de croissance, qui sont en passe de devenir le centre du monde, et qui ont organisé la coupe du monde de football ?

Source Le Quotidien d’Oran Abed Charef

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires