Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

16 janvier 2013 3 16 /01 /janvier /2013 13:51

Les frontières algériennes à rude épreuve

Mali-intervention.jpg

 

500.000 personnes ont été déplacées depuis que les groupes islamistes armés ont pris le contrôle du nord du Mali alors que les risques d'infiltration de groupes terroristes sont de plus en plus à redouter.

La guerre s'est installée. Le conflit malien s'est emballé. Les populations fuient les zones de combat. Est-ce l'annonce d'une catastrophe humanitaire? C'est à craindre. Les groupes islamistes armés tentent quant à eux de desserrer l'étau en faisant diversion ou de se replier vers les pays frontaliers et en territoire algérien où ils avaient par le passé, pas trop lointain, tenté des actions spectaculaires. Attentat de Tin Zaouatine à la frontière avec le Mali (à 550 km de Tamanrasset) qui a coûté la vie à sept gendarmes et deux gardes communaux en 2010, contre le groupement de gendarmerie de Tamanrasset, en mars 2012, et contre le siège du commandement régional de la gendarmerie de Ouargla, en avril 2012...
Des actions qui portent le sceau des fractions islamistes armées (Al Qaîda et le Mujao) soumises au déluge de feu des bombardiers français. Leur traque a commencé. Les Américains lancent la chasse contre Al Qaîda et promettent de booster cette nébuleuse terroriste et ses démembrements hors d'Afrique du Nord et du Mali.
Le ton est ferme. «Je réaffirme que nous avons la responsabilité de poursuivre Al Qaîda où qu'elle se trouve. Nous l'avons poursuivie en Afghanistan et au Pakistan et nous allons après elle au Yémen et en Somalie. Et nous avons la responsabilité de veiller à ce que Al Qaîda ne puisse pas établir une base d'opérations en Afrique du Nord et au Mali...», a déclaré le 14 janvier le secrétaire américain à la Défense, Leon Panetta. Une opération qui ne peut aboutir que si les pays de la région et l'Algérie y seront associés. Les propos du chef du Pentagone, lors d'un point de presse à bord de l'avion qui était en route vers Lisbonne, ont confirmé que de telles consultations ont bien eu lieu. «Les Etats-Unis ont travaillé avec leurs partenaires régionaux pour élaborer des plans afin de faire face à cette menace» a indiqué le responsable américain lors d'un point de presse tenu à bord de l'avion qui se dirigeait vers Lisbonne, la capitale portugaise.
L'Algérie qui vient d'annoncer la fermeture de sa frontière avec le Mali indique que la «souricière» se met en place. «La lutte contre le terrorisme et le crime transnational organisé qui relève de la responsabilité nationale de chaque pays, mais incombe également aux pays de la région et à la communauté internationale, conformément à la stratégie des Nations unies de lutte contre le terrorisme» a indiqué le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Amar Belani, qui a tenu à souligner à ce propos: «Nous avons réitéré notre position sur la légitimité du recours à la force pour l'éradication de ces fléaux et nous avons souligné que la coopération internationale dans ce domaine reste une nécessité et une exigence».
Nul doute que les frontières seront mises à rude épreuve. D'autant plus qu'il y aura à gérer le phénomène des déplacements de populations qui fuient les combats.
150.000 personnes ont fui le Mali vers les pays voisins alors que le nombre de Maliens déplacés dans le pays avoisine les 230.000 a indiqué hier le Haut Commissariat aux réfugiés (HCR). Près de 30.000 civils ont été déplacés depuis l'offensive lancée, il y a une semaine, par des groupes armés, avait rapporté, lundi, le porte-parole adjoint de l'ONU. «On craint que le nombre de personnes affectées ne soit plus grand car il y a des informations selon lesquelles certains groupes islamistes ont empêché des gens de se diriger vers le Sud» s'inquiète Eduardo Del Buey.
«Le ministère mauritanien de l'Intérieur a confirmé que des milliers de réfugiés en provenance du Mali se dirigent vers la frontière avec la Mauritanie.
Par contre, un nombre peu important de réfugiés a été observé, arrivant au Burkina Faso et au Niger», a indiqué M.Del Buey.
Ces mouvements massifs inquiètent les responsables du Programme alimentaire mondial. Le PAM, qui souffrirait d'un manque de financement de l'ordre de 129 millions de dollars pour répondre aux besoins des populations maliennes déplacées, craint que les pays d'accueil qui se remettent péniblement de la sécheresse ne puissent faire face à un tel afflux de personnes...La guerre au Mali met au grand jour le dénuement des populations de la région du Sahel...

Source L’Expression Mohamed Touati

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires