Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

28 novembre 2012 3 28 /11 /novembre /2012 14:05

Les délégations économiques affluent à Alger

investissements-etrangers.jpg

 

Les Américains ne sont pas en reste. Ils prospectent eux aussi dans le «filon» algérien.

Plusieurs délégations économiques étrangère séjournent actuellement à Alger dans le but «d'avoir» une part du gâteau dans les nombreux projets d'investissements décidés par le gouvernement algérien. La France a dépêché, il y a quelques jours, l'ancien Premier ministre, vice-président du Sénat et chargé du suivi des investissements français en Algérie, Jean-Pierre Raffarin. Ce dernier a abordé avec ses interlocuteurs algériens les éventualités d'investissements, notamment dans les secteurs de l'automobile, de l'industrie du ciment et du médicament. L'Italie a signé, elle aussi, la semaine dernière, huit accords de coopération et mémorandums d'entente, à l'occasion de la visite du président du Conseil des ministres italien, Mario Monti. D'une part, les deux parties ont procédé à la signature de cinq mémorandums d'entente, dont quatre portent sur la coopération industrielle et la promotion du partenariat. D'autre part, les Turcs ambitionnent également de dénicher des projets d'investissement en Algérie. «L'Algérie est pour nous un partenaire stratégique» eu égard à sa «position géostratégique» en Méditerranée et en Afrique, a déclaré le ministre turc des Affaires étrangères, il y a trois jours lors d'une conférence de presse à Alger où il a abordé les relations économiques algéro turques. Il a indiqué qu'en plus de l'intensification des vols aériens, des liaisons de transport maritime directes seront prochainement établies entre les deux pays. De son côté, l'Egypte estime jouer un rôle majeur sur le marché algérien. Les deux parties ont donc convenu de mettre en place une commission mixte chargée de trouver les mécanismes de facilitation des déplacements des hommes d'affaires et investisseurs et de touristes entre les deux pays. L'Algérie a décidé d'augmenter l'année prochaine de 50% ses livraisons de gaz de pétrole à l'Egypte, pour atteindre 1,5 million de tonnes métriques par an afin de satisfaire la demande de l'Egypte. Le Qatar envisage, pour sa part, de procéder à plusieurs projets d'investissements en Algérie. La coopération algéro qatarie se consolide, notamment avec la signature d'un mémorandum d'entente pour la réalisation d'un complexe sidérurgique dans la zone industrielle de Jijel d'une capacité globale de 5 millions tonnes/an, qui sera suivie par la réalisation de plusieurs autres projets. Les Américains ne sont pas en reste. Ils prospectent eux aussi dans le «filon» algérien. Une délégation d'hommes d'affaires américains sera présente du 2 au 6 décembre prochain à Alger. Ils représentent les secteurs de l'habitat, de la santé, de la pharmacologie et de la biotechnologie. Selon Smaïl Chikhoun, président du Conseil d'affaires algéro américain, les représentants d'une douzaine de compagnies du secteur de l'habitat feront le déplacement en Algérie. Les Américains vont suggérer d'aller vers les Hauts Plateaux pour y construire à la californienne, à un seul niveau. À la fin de 2012, le volume des échanges algéro-américains, surtout dans le secteur des hydrocarbures, va approcher des 20 milliards de dollars.

Source L’Expression

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires