Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

24 mars 2010 3 24 /03 /mars /2010 07:20

Propos de Jean Daniel. Journaliste et écrivain français d’origine algérienne
Jean-Daniel.jpg

Jean Daniel, écrivain et journaliste français d’origine algérienne, né en 1920 à Blida, revisite le destin commun algéro-français, plus d’un demi-siècle après son engagement en faveur de l’indépendance de l’Algérie. Dans cet entretien, il fait sa propre lecture du climat conflictuel qui émaille les relations entre Alger et Paris. Il estime que la Charte de la Soummam a été trahie et le rêve révolutionnaire n’a jamais été réalisé sans, toutefois, adhérer à l’idée de repentance publique exigée de la France.
Une loi portant criminalisation de la colonisation en préparation, inscription de l’Algérie sur la liste des pays à risque en France, déclarations de Bernard Kouchner, l’affaire des moines de Tibhirine sont, entre autres, les questions qui soulèvent des mécontentements à Alger et/ou à Paris. Quelle lecture faites-vous des relations algéro-françaises dans la conjoncture actuelle ?
C’est une phase que je trouve absurdement conflictuelle. Le temps qui est passé, les événements qui ont eu lieu aussi bien en Algérie qu’en France, la façon dont nous avons observé une période extraordinaire de complémentarité, comme lors du fameux voyage du président Bouteflika qui, pour moi, c’était le bonheur et la réussite de mes combats pour réconcilier tout le monde, en me disant qu’au moins on ne s’est pas battus pour rien, le nombre considérable d’Algériens qui vivent en France et malgré un certain nombre d’incidents qu’on répète toujours, comme la Marseillaise qui a été sifflée, ou un certain nombre d’écarts de langage ou l’affiche du Front national (FN). Avec tout cela, la question qui se pose est de savoir quel est l’intérêt de cette dramatisation ? Parce que ça ne vient pas à n’importe quelle époque tout de même. Cependant il y a eu une période extraordinaire. Je me rappelle du discours admirable prononcé par le président Bouteflika en 2000 ici à Paris. Ce discours a été très sensible pour les deux peuples algérien et français. Juste après, je suis retourné en Algérie et un accueil chaleureux m’a été réservé dans une atmosphère de réconciliation. Il y a eu aussi une période d’entraide comme lors du tremblement de terre de 2003. Des Algériens viennent en France et ils y trouvent des avantages, comme le travail, la protection sociale... Les Algériens ont choisi ce pays quand même. Alors qu’à l’époque, dans l’esprit du discours de Bouteflika, il n’y avait pas d’exigence de repentance. Ce discours exprimait plutôt des signes de révolution dans les relations franco-algériennes. La colonisation, il y en a eu partout.
Mais, à travers certains événements, comme les déclarations récentes de Bernard Kouchner sur la génération de la guerre d’indépendance, peut-on déduire qu’il existe en France un courant anti-algérien ?
Pour Kouchner, avec toute sincérité, il voulait dire qu’il y a une différence entre la génération qui a fait la guerre et les générations d’après-guerre. Maintenant, il faut que les tempéraments changent des deux côtés. Ici en France, le président Sarkozy n’a aucune envie de déplaire aux Algériens, d’ailleurs Le Pen ne l’aime pas du tout. Par ailleurs, j’ai peur que les groupes de pression, ceux qui sont favorables à la réhabilitation des pieds-noirs en France ou ceux qui se sont opposés à la venue d’Enrico Macias en Algérie, exploitent ces malentendus. Il y a eu un livre sur l’Algérie et quand le président Bouteflika en a pris connaissance, il a demandé à ce que Jean Daniel en fasse la préface. Ce que j’ai accepté, mais un mois plus tard, l’éditeur m’a demandé de laisser tomber parce que l’entourage de Bouteflika n’a pas apprécié le fait que le livre soit préfacé par un juif.
Et maintenant comment entrevoyez-vous l’avenir de ces relations ?
Toute une série de questions que je me pose : que s’est-il passé en Algérie ? Bouteflika a-t-il changé de discours et qu’est-ce qui l’a poussé à le changer ? Je me rappelle de l’ambassadeur de France en Algérie qui a trouvé le mot juste au sujet de l’histoire commune des deux pays. Il avait déclaré : « Nous devons regarder l’histoire en face et l’assumer chacun de son côté. » C’est vrai que l’on peut trouver l’occasion pour prononcer des mots qui montrent à l’autre, en l’occurrence au peuple algérien, pas forcément aux responsables politiques, qu’on a le sentiment d’une telle proximité, presque de fraternité quelquefois, et qu’on se dit qu’on a fait quelque chose qu’on n’aurait pas dû faire et que c’est honteux à certains moments, ponctuellement. Mais ceci ne peut pas être une repentance publique en disant que nous sommes des assassins, que nous n’avons fait que des hécatombes en Algérie. Il y aura des gestes qui vont s’exprimer à l’avenir. A mon avis, il y aura cette occasion parce que cela a toujours été ainsi en France, que ce soit du côté de la gauche ou de la droite. Même le président Chirac, à son époque, a prononcé des mots extrêmement importants à la fois pour les juifs et pour l’Algérie. Je crois qu’il est dommage de laisser la matière féconde des relations avec le Maghreb au Maroc et à la Tunisie. Je veux dire que ces deux pays maghrébins bénéficient de facilité de liens avec la France sur tous les plans, contrairement à l’Algérie. Comme je suis informé, je calme les esprits, parce que je sais qu’actuellement, où nous parlons de propos colériques ou conflictuels d’hommes d’Etat, il y a des tas de choses qui se font entre la France et l’Algérie sur le plan économique, il y a des Français et des Algériens qui travaillent ensemble et aussi de nombreux accords entre les deux pays dans divers domaines. Pour résumer, je crois que nous sommes dans une période dangereuse, parce que les mésententes peuvent être exploitées et ceci ne peut être évité que si les opinions publiques dans les deux pays dépassent ces clivages. Il faut dépasser ce conflit absurde en se disant la vérité et en faisant pression sur les gouvernements. Et là, je m’adresse beaucoup plus aux gens des médias. Ça ne doit pas continuer ainsi, il y a quand même un million d’Algériens en France. Un Algérien qui vient ici ne se sent pas dans un pays étranger. La France est aussi algérienne, c’est un pays où les Algériens veulent venir ce qui fait que ce pays n’est pas tout à fait ennemi.
N’y aurait-il pas de cercles occultes qui profitent de ce climat de crise entre Alger et Paris ?
C’est possible. Moi je trouve scandaleux la fermeture des frontières entre l’Algérie et le Maroc. Est-il normal que les Marocains achètent leur pétrole en Russie avec des coûts de transport exorbitants alors qu’ils en ont juste à côté, en Algérie ? Est-il normal que les deux armées, algérienne et marocaine, soient ravitaillées par des pays parfois concurrents et avec des modèles différents. Les deux armées dépensent des sommes folles en armement. Je crois qu’il est temps de débattre de ces questions, en disant la vérité en même temps et en impliquant les opinions publiques, mais il y a en ce moment la démission totale des élites.
Dans l’ensemble, quelle est votre vision de l’Algérie de 2010, soit 11 ans après l’arrivée de Bouteflika au pouvoir ?
Moi je n’aime parler que de ce que je connais. La situation algérienne je la connais à travers la presse et je trouve que l’Algérie est un pays fermé et immobile, qui paraît replié sur lui-même. L’Algérie ne semble pas prendre d’initiatives pour son développement. Les seules choses dont on parle, ce sont les axes routiers, ou autres projets de construction, qui sont, certes, importants, mais concernant vraiment le développement comme le PIB par tête, le niveau de vie ou la protection sociale, il n’y a pas de progrès, et c’est pour cela qu’il y a de plus en plus de gens qui demandent à venir en France. Il y a des choses terribles. Personnellement, j’ai fait le voyage Bougie-Jijel et je trouve que la côte est la plus belle au monde, si elle était développée. S’il y avait des entreprises au niveau local, on n’aurait pas besoin d’Américains ou de Chinois pour développer le pays.
Comment voyez-vous l’Algérie d’aujourd’hui, qui est aussi votre pays, votre pays de naissance, comparée à l’Algérie où vous avez vécu et où vous avez connu des figures aussi illustres que Kateb Yacine, Jean Amrouche, Albert Camus, pour ne citer que ceux-là ?
Le rêve révolutionnaire n’a jamais été réalisé. L’idéal de Abane Ramdane non plus. Si la Charte de la Soummam a été concrétisée, moi je rentre tout de suite dans ce pays. Je trouve que l’esprit révolutionnaire de la Charte de la Soummam a été trahi, mais je ne perds pas espoir. J’ai vu l’accueil chaleureux qui m’a été réservé quand je suis venu en Algérie. C’est très émouvant. L’évolution du monde musulman, la renaissance de l’islamisme, l’incapacité de faire face au sous-développement malgré les richesses extraordinaires du pays ont fait évoluer le pouvoir algérien dans un sens qui est contraire à celui de la Charte de la Soummam.
Source El Watan Mohamed Naïli
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires