Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

23 septembre 2010 4 23 /09 /septembre /2010 09:46

«L’Algérie est une nation qui mérite du respect»

jp chevenement

 

Jean-Pierre Chevènement, homme politique français, n’a pas trahi son amitié envers l’Algérie. Il est revenu cette fois pour expliquer en bon optimiste que le futur est l’étape cruciale pour redynamiser davantage ces relations dans le cadre d’un respect souverain des deux côtés.

Hier, il y avait foule au Centre culturel français à Alger (CCF), pour assister à la conférence d’un homme politique français pas comme les autres.
Connu pour ses prises de position «humanistes» et défenseur ardent des causes justes, J.-P. Chevènement s’est attardé néanmoins sur un thème qui fait jaser tout le monde. Il s’agit de la république et son lien avec la laïcité dans le cadre de respect des religions.
Selon lui, «la laïcité est compatible avec l’islam car c’est une religion qui vit à la fois le spirituel et le temporel». Dans son exposé, il a démontré que «l’islam de France, qui est la deuxième religion du pays, est mieux organisé et mieux représenté actuellement» contrairement à certaines idées reçues et clichés qui confortent l’idée d’»intégrisme» et de «fondamentalisme». C’est d’ailleurs lui, lorsqu’il était ministre de l’Intérieur, en 1989, qui organisa «le cadre du Conseil du culte musulman en convoquant les personnalités les plus en vue pour représenter dignement cette religion». Mais depuis, beaucoup de choses sont restés murées dans des «incompréhensions» et des tensions qui stigmatisent la communauté musulmane de France.
Mais, pour le sénateur de Belfort, «il ne faut surtout pas aller dans le repli communautaire». «L’islam en France, je lui fais confiance», rétorque-t-il comme pour signifier que rien ne vaut «le respect fondamental de l’identité de chaque peuple». Chevènement défend bec et ongles «le dialogue entre les religions dans le cadre de la laïcité».
S’attachant au principe fondateur de la république qui «garantit d’abord la citoyenneté et la liberté de conscience pour chacun», Chevènement marque pour ainsi dire la différence. «La conception que je défends est celle du respect de la citoyenneté». Liant cette conception à la communauté algérienne, Chevènement estime grandement «le potentiel algérien de la deuxième génération qui a son élite, ses entrepreneurs, ses universitaires et ses chercheurs établis en France». Cela constitue «le meilleur atout pour densifier la coopération entre les deux pays».
Se démarquant des positions de Kouchner, le fondateur du Mouvement pour la République et le citoyen reste convaincu qu’»il faut tenir compte de la réalité des nations». L’Algérie est pour lui «une nation qui doit bénéficier d’un respect sans s’ingérer dans son système politique»;
En homme avisé, J.-P. Chevènement considère que «l’heure est à l’émergence des nations, et l’Algérie peut émerger car elle a son potentiel et ses richesses».
S’exprimant d’ailleurs sur l’Union pour la méditerranée tant prônée par Sarkozy, le conférencier a clairement indiqué que «cette idée est généreuse mais ne se fera pas tant qu’il n’y aura pas de reconnaissance de l’Etat palestinien avec ses propres frontières».
Source Le jeune Indépendant F. Abdelghani

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires