Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

22 novembre 2013 5 22 /11 /novembre /2013 10:51
    John Fitzgerald Kennedy : un destin brisé le 22 novembre 1963
   
000001 John F Kennedy et sa fille Caroline  John F. Kennedy et sa fille Caroline, le 25 août 1963    
Sa mort déchaîne toujours autant de passion 50 ans après. John Fitzgerald Kennedy, 35e Président des Etats-Unis, a eu un destin politique incroyable. Charmeur, excellent orateur et charismatique, il a remporté la course à la Maison Blanche en 1960 et formé avec Jackie Kennedy un couple mythique. Assassiné le 22 novembre 1963 à Dallas, son brillant destin s'arrête brutalement. Voici les grandes heures de JFK.
JFK naît le 29 mai 1917  
000010 John Fitzgerald Kennedy age de 8 ans
John Fitzgerald Kennedy, âgé de 8 ans environ, et sa sœur Eunice dans le jardin de la maison familiale de Brookline, Massachusetts, vers 1925.
Il est le deuxième des neuf enfants du couple Joseph Patrick Kennedy et Rose Fitzgerald. Ses frères et sœurs sont Joseph, Rosemary, Kathleen, Eunice, Patricia, Robert, Jean et Edward. La famille, qui vit dans une banlieue aisée de Boston, est d'origine irlandaise. Les arrière grands-parents ont immigré aux Etats-Unis au milieu du XIXe siècle. Lorsqu'il débarque à Boston en 1849, Patrick Kennedy n'est qu'un simple fermier irlandais catholique de 26 ans. Arrière grand-père de JFK, il meurt du choléra huit ans plus tard mais le nom de sa famille appartient à la postérité.
La famille Kennedy, devenue bourgeoise
 000011 La-famille-kennedy 1948
La famille Kennedy à Hyannis Port en 1948.
Le grand-père de JFK, Patrick Joseph Kennedy, a fait fortune grâce au commerce de whisky et à ses investissements dans le charbon et dans une banque. En 1884, il devient sénateur américain et lance la machine politique des Kennedy. Son fils aîné, Joseph Patrick Kennedy, père de JFK, fait fortune lui-aussi dans la finance, les placements immobiliers et le commerce d'alcool. Après plusieurs postes dans l'administration Roosevelt, il devient ambassadeur des Etats-Unis à Londres en 1938. Mais ses ambitions présidentielles ne furent jamais satisfaites en raison notamment de son opposition au président Roosevelt. Une aspiration assouvie par son deuxième fils JFK.  
Le parcours scolaire "moyen" de JFK
000100 Le-parcours-scolaire-moyen-de-jfk  La biographie de John F. Kennedy dans l'annuaire des élèves d'Harvard de 1940.  
Surnommé "Jack" par ses proches, John F. Kennedy est connu pour ses blagues potaches durant sa scolarité. Charismatique, il agissait comme un rebelle en suivant les traces de son frère aîné Joe. Mais des problèmes de santé récurrents l'ont mené à effectuer plusieurs séjours à l'hôpital. Colite, soupçon de leucémie... Sa santé a longtemps été fragile. Sportif, le jeune Kennedy est passionné de voile et s'entraîne tous les étés depuis la maison de vacances familiale de Hyannisport. En septembre 1936, comme son père, John Fitzgerald Kennedy est diplômé de la célèbre université d'Harvard en 1940. Si ses résultats tout au long de sa scolarité sont décrits comme décevants ou moyens, sa thèse sur les accords de Munich est un best-seller en librairie.
Le lieutenant Kennedy, héros de guerre
000101 Le-lieutenant-kennedy-heros-de-guerre  Le lieutenant Kennedy à bord de la vedette PT-109 de la marine américaine, au large des îles Salomon, en 1943.  
En septembre 1941, deux mois avant l'attaque des Japonais sur Pearl Harbor, JFK s'engage dans l'US Navy. Il commande le patrouilleur PT-109  dans le Pacifique en tant que lieutenant. Le 2 août 1943, il réussit l'exploit de sauver plusieurs membres d'équipage lui-même ayant été blessé dans l'attaque d'un navire japonais. Honoré de la médaille des Marines, il finit la Seconde Guerre mondiale en convalescence. John F. Kennedy a toujours minimisé son acte de bravoure et son statut de héros de guerre en parlant d'opération militaire ratée. 
La politique dans le sang
000110 Portrait de John Fitzgerald Kennedy 
Portrait de John Fitzgerald Kennedy
Grâce à son père Joseph P. Kennedy Senior, JFK approche très tôt le milieu politique. Avant 1945, il rédige pour lui ses mémoires d'ambassadeur. Et une fois rétabli de ses blessures de guerre, John F. entame une carrière politique. Il justifie lui-même sa volonté politique par la mort de son frère aîné Joe, qui portait les espoirs de leur père. Elu député à la Chambre des représentants en 1946, il y reste six ans. En 1952, il devient sénateur du Massachusetts. Si le succès dans les urnes se confirme, ses ennuis de santé se multiplient. Hospitalisé plusieurs fois, il est critiqué pour ses absences du Sénat. Il devient un personnage médiatique lors de la Convention démocrate de 1956 pour laquelle il a brigué, sans succès, le poste de vice-président.
1960 : la révélation John F. Kennedy   0011010 1960-la-revelation-john-f-kennedy
      John F. Kennedy, en mai 1957, membre de la commission McClellan sur le crime organisé.  
Après son échec pour accéder au poste de numéro 2 du parti démocrate, le sénateur John F. Kennedy  se tourne vers la plus rude bataille : la Maison Blanche. Mobilisé sur plusieurs dossiers politiques d'envergure, en tant que député puis sénateur, JFK se montre combatif, notamment en faveur des droits civils et des travailleurs, et critique vis-à-vis du Président américain Eisenhower. Cependant, sa proximité avec le sénateur Joseph McCarthy, responsable de la chasse aux sorcières des prétendus communistes, ainsi que sa position plutôt favorable à la censure ont été pointées du doigt. Le tournant de sa carrière politique demeure sans conteste la course à l'investiture démocrate de 1960. Annoncée le 2 janvier 1960, sa candidature fait grand bruit.
JFK : sa rencontre avec Jackie  001000 Jackie Kennedy en 1961
Jackie Kennedy en 1961
En mai 1952, John F. Kennedy rencontre Jacqueline Lee Bouvier, fille d'un riche agent de change new-yorkais, lors d'un dîner mondain. La jeune-fille alors reporter au Times-Herald et âgée de 23 ans, a étudié à la Sorbonne à Paris, fait partie de la haute société américaine. Elle incarne la conquête idéale même si la réputation de séducteur et de libertin de JFK est tenace. Au printemps 1952, il la présente à sa famille alors qu'ils séjournent dans leur maison de Hyannis Port. La légende raconte qu'il lui fait sa demande par télégramme alors qu'elle se trouve à l'étranger. Le mariage du sénateur John F. Kennedy et de Jackie Bouvier, le 12 septembre 1953, est l'événement de l'année à New York. Le couple JFK-Jackie devient la cible des photographes.
La campagne présidentielle de JFK, l'outsider
001001 La campagne-presidentielle-de-jfk-l-outsider  John F. Kennedy rencontre la foule à Billings, dans le Montana  
BostonLongtemps considéré comme un outsider, John F. Kennedy est populaire au sein du parti démocrate. Opposé à Humphrey, Johnson et Stevenson, JFK s'impose dans les élections primaires. Il remporte haut la main plusieurs Etats clés comme le Wisconsin et la Virginie occidentale. Sa notoriété grandit et le peuple américain découvre un potentiel président catholique, impensable pour l'époque. Politique internationale, Cuba, Union soviétique... John F. Kennedy, propose une "nouvelle frontière" aux Américains. En juillet 1960, il constitue un ticket avec Lindsay B. Johnson, futur vice-président. Moderne, il apparaît  calme et serein dans un débat télévisé resté célèbre, à l'automne 1960, face à son adversaire Richard Nixon.     
Un Kennedy à la Maison Blanche
001010 Famille kennedy-a-la-maison-blanche  John F. Kennedy et sa famille à la Maison Blanche en février 1961.  
Le 8 novembre 1960, John Fitzgerald Kennedy bat de justesse le candidat républicain Richard Nixon. A 43 ans, le sénateur Kennedy est le plus jeune président américain et surtout le premier président catholique à entrer à la Maison Blanche. Le 20 janvier 1961, le 35e président des Etats-Unis est officiellement investi. Dans son discours, il prononce cette phrase restée célèbre : "Ne demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous, mais plutôt ce que vous pouvez faire pour votre pays."
JFK, Président sur tous les fronts
001011 FK-president-sur-tous-les-fronts  Le 7 octobre 1963, le président John F. Kennedy signe le traité d'interdiction des essais nucléaires dans la salle des traités de la Maison Blanche.  
Très critique de l'ex-président sortant Eisenhower qu'il accuse d'avoir affaibli le pays, JFK mène une politique intérieure dynamique. Pour relancer la croissance, l'administration Kennedy augmente notamment le salaire minimum et les fonds pour la construction de logements sociaux. John F. Kennedy se pose en faveur des droits civiques des Noirs. Il soutient ainsi James H. Meredith, premier étudiant noir à l'université du Mississipi, le 20 septembre 1962. Toutefois, l'hostilité d'une grande partie des parlementaires démocrates et notamment des conservateurs des Etats du Sud, retarde et empêche le vote de plusieurs lois progressistes.
JFK, un président moderne
001100 JFK Un-president-moderne  Le couple JFK et Jackie le 13 décembre 1961 au pied du sapin de Noël de la Maison Blanche.  
Séduisant, brillant par son intelligence, John F. Kennedy incarne un président des Etats-Unis contemporain. Père de famille, il entre à la Maison Blanche avec une enfant en bas-âge, Caroline, et un nourrisson John Jr, surnommé plus tard John John. S'il a connu des problèmes de santé durant son adolescence et son service dans l'armée, son dynamisme et sa vitalité durant son mandat n'ont pas fait défaut. Celui à qui l'on a attribué les plus belles conquêtes a usé, à de nombreuses reprises, de ses atouts physiques. Dragueur invétéré, il multiplie les maîtresses jusqu'à sa médiatique liaison avec Marilyn Monroe et son célèbre "Happy Birthday M. President" le 19 mai 1962. Moderne dans son style présidentiel, JFK reste toutefois un homme politique à femmes.
JFK : Ich bin ein Berliner
001110 JFK-ich-bin-ein-berliner  Le président américain John F. Kennedy visite le mur de Berlin le 26 juin 1963 où il prononce la fameuse phrase : "Ich bin ein Berliner."  
De son passage à la Maison Blanche, l'Histoire retiendra certainement la politique étrangère de John F. Kennedy. Le président doit d'abord gérer la crise de Cuba : avec en avril 1961 le débarquement raté de milliers d'hommes de la CIA dans la baie des Cochons. En octobre 1962, l'administration fait face à la crise des missiles de Cuba et réussit à faire plier Castro et les soviétiques. Puis en 1962, face à l'embrasement de l'Asie du Sud-Est, JFK décide de l'envoi d'armes puis de soldats pour lutter contre les communistes. Homme de discours et de phrases restées dans la légende, JFK prononce un fameux discours sur le mur de Berlin, en juin 1963. Avec son "Ich bin ein Berliner", manifestant son soutien aux Berlinois, il devient le fer-de-lance de la lutte contre l'URSS.
 
Kennedy : un destin brisé le 22 novembre 1963 Jackie et JFK, couple glamour      001101 jackie-et-JFK-couple-glamour
John F. Kennedy et Jackie regardent la Coupe de l'América le 15 septembre 1962.
Riches, beaux et au sommet de l'échiquier politique américain, le couple présidentiel JFK et Jackie fait le bonheur des magazines du monde entier. Si lui est à l'aise face aux caméras, Jackie Kennedy incarne le charme et l'élégance des années 1960. Celle qui a déjà eu plusieurs vies alors qu'elle entre à la Maison Blanche fascine l'Amérique. JFK dira même qu'il n'est que "l'homme qui l'accompagne" devant la popularité de son épouse. Celle-ci bénéficie de l'image d'épouse modèle et de grâce féminine alors que le clan Kennedy multiplie les moqueries à son encontre et que son mari de Président accumule les maîtresses. Glamour sur photo, le couple reste mythique et son destin exceptionnel. 
JFK : le dernier jour, 22 novembre 1963   010001 JFK-le-dernier-jour-22-novembre-1963
Le 22 novembre 1963, John F. et Jackie Kennedy arrivent à Dallas, au Texas.
Lorsque l'avion de l'Air Force se pose sur la piste de l'aéroport de Dallas, ce n'est encore qu'un déplacement présidentiel comme un autre. JFK et son épouse Jackie sont dans l'Etat du Texas pour mener campagne pour sa réélection. Après 3 ans à la Maison Blanche, l'heure est venue pour le président de réunir son camp. Les divisions et les voix discordantes au sein du parti démocrate nécessitent une mise au point avec les responsables libéraux du Texas. Le cortège, composé notamment de la limousine présidentielle, s'élance vers 12h30 en direction du restaurant Trade Mart de Dallas. L'acclamation du couple présidentiel par la foule fait dire à la première dame du Texas, qui les accompagne, "Vous ne pouvez pas dire que le Texas ne vous aime pas !".
L'assassinat de JFK  
001111 JFK-la-legende-et-le-mystere
Le couple présidentiel JFK et Jackie Kennedy, avec le gouverneur du Texas et sa femme, quelques minutes avant l'assassinat du 35e président des États-Unis.
Lorsque la limousine présidentielle, une Lincoln Continental décapotable,  s'approche du Texas Book Depository, dépôt de livres scolaires de Dallas, des coups de feu retentissent. A 12h30, Lee Harvey Oswald, posté au 5e étage de ce bâtiment public, tire à trois reprises. Les deuxième et troisième balles atteignent John F. Kennedy au dos et à la gorge puis au cerveau. Le président, qui saluait la foule de la main droite, a tenté de se protéger mais n'a pas réussi à se baisser à temps. JFK, qui respirait encore, est amené à l'hôpital Parkland mais son état désespéré ne laisse aucune issue. Le 22 novembre 1963, le 35e président des Etats-Unis John Fitzgerald Kennedy meurt assassiné.
Un nouveau président, Lyndon B. Johnson
010010 Un-nouveau-president-lyndon-b-johnson 
Lyndon B. Johnson prête serment, aux côtés de Jackie Kennedy, alors que JFK vient d'être assassiné à Dallas, le 22 novembre 1963.
Le 22 novembre 1963 à 13h, JFK est officiellement déclaré mort. Mais les Etats-Unis ne peuvent rester sans président. A 14h38, le vice-président Lyndon B. Johnson prête serment dans l'avion présidentiel Air Force One, sur le tarmac de l'aéroport Love Field de Dallas. La photo, restée mythique, montre le visage tendu de l'homme politique qui accompagnait le cortège présidentiel, deux voitures plus loin, lorsqu'il a été visé par le tireur. Face à Johnson, la juge Sarah T. Hughes.  Alors que son mari vient d'être assassiné, Jackie Kennedy se tient droite, son tailleur rose tâché de sang, aux côtés du nouveau Président des Etats-Unis. Le corps de John F. Kennedy, qui a été rapatrié dans l'avion, est installé en cabine avant le retour à Washington.
Une famille en deuil à l'enterrement
010011 Une-famille-en-deuil-a-l-enterrement 
Le 24 novembre 1963, Jackie Kennedy, ses enfants, et des membres de la famille Kennedy quittent le Capitole à Washington.
Après une autopsie dans la nuit du 22 novembre 1963, le corps du président hn F. Kennedy a été préparé pour son exposition comme le veut la tradition. Le corps, placé dans la East Room de la Maison Blanche, est d'abord visible uniquement pour la famille. Le cercueil, déplacé au Capitole le 24 novembre, et recouvert du drapeau américain, fut accessible au public. De l'enterrement le 25 novembre 1963, dans le cimetière national d'Arlington, on se souvient de l'image de ses jeunes enfants accompagnant leur mère. Dignement, Jackie a organisé la cérémonie dans les moindres détails ; le jour même de l'anniversaire de son fils John Jr., 3 ans. L'événement a été retransmis en direct à la télévision.
JFK : la légende et le mystère
 001111 JFK-la-legende-et-le-mystere
John. F. Kennedy et sa femme Jackie, à Washington, le 3 mai 1961.
Boston50 ans après, l'assassinat du Président John F. Kennedy fait couler toujours autant d'encre. Les thèses les plus fantaisistes circulent : autopsie bâclée, complot du FBI, tireur commandité, participation de Cuba... Ces allégations sont renforcées par l'assassinat du tueur Lee Harvey Oswald. L'homme, arrêté 40 minutes après avoir tiré sur le Président, est mort sous les balles de Jack Ruby le 24 novembre 1963 lors de son transfert à la prison la plus proche. La commission Warren, chargée d'enquêter sur la mort de Kennedy et mise en place par le Président Johnson, a conclu en 1964 que Lee Harvey Oswald, comme Jack Ruby, avait agi seul. Une vidéo et des photos de l'assassinat de Kennedy, analysées avec les techniques d'aujourd'hui, relancent régulièrement le débat.
John Fitzgerald Kennedy : un destin brisé le 22 novembre 1963
 Sa mort passionne et suscite les théories les plus farfelues. Assassiné le 22 novembre 1963 à Dallas, alors qu'il allait rencontrer les responsables démocrates locaux, le Président des Etats-Unis John Fitzgerald Kennedy a eu un destin politique hors du commun.    
En Vidéo - Aux Etats-Unis, Dealey Plaza, où JFK a été assassiné, est devenu un lieu de pèlerinage... et une attraction touristique
Trente-cinquième président des Etats-Unis, John Fitzgerald Kennedy est resté à la tête du pays à peine trois ans. Prônant une coexistence pacifique au cœur de la Guerre froide, il a su faire face à la crise avec agilité. À l'intérieur, il s'est efforcé de relancer l'économie, s'est battu contre la ségrégation raciale et a favorisé la conquête spatiale. Malgré sa courte présidence, il laisse derrière lui l'image d'un homme gai, compréhensif, énergique et charismatique, un personnage sans doute transfiguré par une mort tragique, mais qui a sans conteste donné un nouveau souffle à son pays.
Source L’Internaute
Le Pèlerin
Partager cet article
Repost0

commentaires