Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

26 octobre 2012 5 26 /10 /octobre /2012 12:51

Toulouse - Pourquoi les Toulousains parlent-ils avec l'accent ?

croisoccitane.gif

 

Maître de conférence en didactique des langues à l'université du Mirail, Pierre Escudé, travaille sur l'accent. «Le signe d'une langue cachée, de cet Occitan qui parle en nous».

Il est chantant ou rocailleux et reconnaissable entre tous. Le parler toulousain vient de loin. Pierre Escudé, spécialiste du bilinguisme français-occitan, nous explique ce qui pointe sous notre accent.

Comment expliquez que l'on parle avec un accent ?

André Lagarde, poète et instituteur, disait que «l'accent c'est la musique d'une langue dont on a oublié les paroles». Si je parle français, mon accent révèle qu'en plus du français, je suis aussi dans une autre langue. Une langue cachée. Pour nous Toulousains, c'est l'Occitan qui parle en nous, qui revient presque inconsciemment à la surface.

Comment se transmet-il ?

Tout enfant a la potentialité de parler toutes les langues. La langue, c'est comme de la musique. On est immergé dans un environnement familial, scolaire où l'on emmagasine des sons que l'on restitue. Vous prenez un tout petit gamin élevé ici par des grands-parents qui roulent les «r». Vous l'envoyer vivre au Havre. À 5 ans, il peut se mettre quand même à rouler les «r». Parce qu'il l'a entendu sortir de la bouche d'un référent affectif. C'est une raison psycho-linguistique. ça ne marche que comme ça.

Tout le monde a donc un accent ?

Évidemment. Même les gens qui n'ont pas d'accent ont un accent. Qui peut dire qu'il n'a pas d'accent ? Celui qui a le pouvoir de le dire, celui qui a la parole. C'est un phénomène politique. il y a la langue centrale parlée au journal télévisée et les langues marginales, de la périphérie. Je parle la même langue que Claire Chazal, mais avec mon accent. Qu'il vienne du patois ou d'une langue étrangère, il faut le cacher. C'est une forme d'oppression. Il ne faut pas oublier que Jules Ferry était ministre de l'Enseignement, mais aussi des colonies.

Peut-on imaginer présenter le journal télévisé avec l'accent toulousain ?

Et pourquoi pas ? On a déjà eu un noir au nom de la politique des quotas pour la représentation des minorités. Pour l'accent ce serait un quota folklorique. À la radio, Jean-Michel Apathie livre des analyses politiques qui valent les autres avec son accent béarnais. Jacques Kessler, Alsacien qui vit à Marseille, fait les bulletins météo et ça ne dérange personne.

Un accent peut-il disparaître ?

Sans doute. Mais, je ne suis pas pour mettre les langues dans le formol. Ce qui compte c'est que 50 000 jeunes parlent encore occitan. Le cadre français explose. Quand on aura compris que les séparatismes sont une richesse, on aura gagné. On peut être français et occitan. Longtemps le patois a posé problème, maintenant ce sont les accents des immigrés qui dérangent. Il faut une vraie reconnaissance des différences linguistiques. Il faut qu'on arrête de nous déposséder de ce que nous sommes.

Source La Dépêche du Midi Gilles-R. Souillés

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires