Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

14 janvier 2012 6 14 /01 /janvier /2012 08:29

Manil sera prochainement hospitalisé en France

securite sociale algerie

 

La Caisse nationale des assurances sociales (Cnas) cumule une dette de 600 millions d'euros contractée auprès des hôpitaux français.

Selon des informations obtenues par des médias français, la Caisse nationale d'assurance sociale algérienne a une dette auprès des hôpitaux français évaluée fin 2011 à 34 millions d'euros.
Selon nos sources, le différend va être réglé incessamment. Il y aurait même des assurances données par le gouvernement pour assainir le dossier financier. L'Etat n'a surtout pas l'intention de faire des économies au détriment de la santé des Algériens. L'affaire de la relation de la Cnas avec les hôpitaux français est déclenchée suite au refus de prodiguer des soins à un bébé algérien souffrant d'un déficit immunitaire sévère obligeant à une greffe rapide de la moelle osseuse. Le bébé sera finalement opéré en France après une campagne de mobilisation en sa faveur, a annoncé le ministère français de la Santé.
Dans un communiqué, le ministère annonce que «pour des raisons médicales et humanitaires évidentes, le petit Manil Blidi sera prochainement accueilli au sein d'un hôpital français».
Le ministère n'a pas précisé dans quel hôpital l'enfant serait opéré mais a souligné que «les frais médicaux et d'hospitalisation de l'enfant en France» resteraient à la charge de la sécurité sociale algérienne.
Les hôpitaux français démarchés par la famille de Manil Blidi, âgé de huit mois, pour réaliser cette greffe avaient dans un premier temps refusé en raison des impayés de la sécurité sociale algérienne auprès des établissements français. «Le petit était condamné à mort à cause d'un contentieux financier», a expliqué vendredi à l'AFP par téléphone le père du bébé, Mouloud Blidi, depuis l'Algérie. «Je ne m'attendais pas à une réaction aussi rapide», déclare-t-il, même si la mobilisation était devenue très importante avec des comités de soutien dans une vingtaine de pays, une «très grosse mobilisation sur Facebook» et l'intérêt croissant des médias pour l'affaire. Le petit Manil est atteint d'un «déficit immunitaire combiné sévère» lié au chromosome X (Scid-X), causé par un gène défectueux transmis par la mère aux enfants masculins qui les prive de leurs capacités immunitaires. Selon son père, Manil est condamné s'il ne bénéficie pas d'une greffe de la moelle osseuse pour laquelle la grande soeur sera la donneuse. Le coût de cette opération se situe entre 200.000 et 350.000 euros. Pour rappel, «La Cnas a signé un accord exécutoire le 15 décembre dernier pour permettre à mon fils d'être opéré à l'étranger», a affirmé le père de Manil à DNA. «Entre-temps, j'avais déjà pris des contacts avec une vingtaine d'hôpitaux en France et en Belgique pour solliciter une hospitalisation et préparer l'opération», a-t-il poursuivi.
Tous sont prêts à accueillir Manil. Mais voila: «Dès qu'ils prennent connaissance du dossier, ils refusent poliment ou carrément d'entendre parler de la Cnas pour causes d'impayés antérieurs», a révélé le père du bébé.
Aujourd'hui, enfin c'est la fin de calvaire pour la famille Blidi. Manil Blidi sera prochainement hospitalisé en France, a annoncé hier un communiqué de presse du ministère français de la Santé. Celui-ci a rappelé également les dettes importantes contractées par la Cnas algérienne auprès des hôpitaux français. En tout cas, le communiqué a souligné que «les relations franco-algériennes dans le domaine des soins de santé seront à l'ordre du jour, à la fin du mois, d'une rencontre entre Nora Berra, secrétaire d'Etat chargée de la Santé, avec son homologue algérien.»Il y a quatre jours, Alain Garayn, l'avocat de la famille Blidi, avait interpellé directement par courrier le président français Nicolas Sarkozy pour lui demander de recevoir le père de Manil et d'intercéder auprès du président Bouteflika pour débloquer la situation.
Il aura fallu l'affaire du bébé Manil qui attend une opération à l'étranger pour découvrir que la Cnas algérienne est un mauvais payeur. Selon des informations révélées avant hier, la Cnas cumule une dette de 600 millions d'euros contractée auprès des hôpitaux français. «La Sécurité sociale algérienne, qui est censée prendre en charge l'opération, a accumulé une dette considérable en France: un pointage précis réalisé par les autorités françaises révèle que le montant de l'ardoise s'élève à 600 millions d'euros», a indiqué radio Europe1 tel que rapporté par DNA. Le cas de Manil «bébé-bulle» a failli devenir une affaire d'Etat entre l'Algérie et la France. A suivre...

Source L’Expression Idir Tazerout

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires