Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

18 avril 2011 1 18 /04 /avril /2011 08:18

Nous sommes tous des Africains

afrique

Les recherches ont déjà apporté des preuves (fossiles de crâne, ADN), que l’homme moderne est originaire d’Afrique.

Cette fois-ci, c’est une étude linguistique qui va dans le même sens : le berceau des langues parlées se situerait au sud de l’Afrique. Les 6000 langues du monde moderne descendraient, selon les travaux de Quentin Atkinson (publiés dans Science), d’une unique langue ancestrale parlée par les premiers hommes d’Afrique, il y a 50 000 à 70 000 ans. Cette découverte est surprenante. En effet, comme les mots changent très rapidement, les linguistes expliquent généralement que l’on ne peut remonter trop loin dans le temps. Jusqu’à présent, la généalogie d’une langue (en anglais language tree) la plus poussée concerne la famille indo-européenne (à laquelle appartiennent le français et l’anglais, par exemple) et remonte à 9000 ans.

Atkinson, psychologue évolutionnariste néozélandais, a repoussé cette barrière en étudiant non pas les mots mais les phonèmes (c’est-à-dire les consonnes, les voyelles et les tons qui sont les éléments les plus simples de la langue et qui permettent de distinguer deux mots).- Sa recherche se fonde également sur une idée empruntée à la génétique des populations connue sous le nom d’«effet fondateur». Ce principe veut que lorsqu’un très petit nombre d’individus se détache d’une plus grande population, il y a une perte graduelle de la variation génétique et de la complexité dans le groupe qui est parti. En étudiant 504 langues, Atkinson a constaté que c’est en Afrique que l’on trouve les dialectes utilisant le plus de phonèmes, tandis que ceux qui en utilisent le moins sont localisés en Amérique du Sud et dans les îles tropicales du Pacifique. Ainsi, plus les peuples se sont éloignés de l’Afrique, plus leurs langues ont «perdu» des phonèmes.

The Roots (qui fait partie du Slate Group), consacre également un article à cette découverte. John McWhorter souligne qu’Atkinson s’est particulièrement intéressé aux langues qui utilisent des «clics» (c’est-à-dire un son produit avec la langue ou les lèvres sans l’aide des poumons). Les langues khoïsan, parlées en Afrique australe (Botswana, Namibie, province du Cap-du-Nord d’Afrique du Sud, Angola méridionale) sont celles qui utilisent encore aujourd’hui le clic comme phonème.Ce qui rend le clic intéressant dans cette étude, ce n’est pas combien il est utilisé par les langues, mais au contraire, combien il est dorénavant très peu utilisé, sauf par ces langues khoïsan.  Et si ces langues ont plus de sons que toutes les autres au monde, on peut alors supposer que c’est d’elles que sont originaires toutes les autres.

Source El Watan

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires