Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

24 novembre 2011 4 24 /11 /novembre /2011 08:10

Les sillons d'une nouvelle ère

algerie-maroc-agriculture.jpg

La présence d'une délégation marocaine forte de 150 opérateurs de haut niveau est un signe de l'intérêt commun de construire des relations fortes entre nos deux pays.

Un peu comme des labours qui s'annoncent prometteurs, la machine qui a pour objectif de dégeler des relations restées trop longtemps crispées est lancée. Et la récolte sera, si aucun grain de sable ne vient gripper la mécanique, vraisemblablement fructueuse.
Le ministre marocain de l'Agriculture, Aziz Akhannouch, dont le pays était l'invité d'honneur du 7e Salon international de l'Agriculture d'Alger, a participé à cet événement à la tête d'une délégation de 150 opérateurs économiques qui officient dans ce secteur. «La présence d'une délégation marocaine forte de 150 opérateurs de haut niveau est un signe de l'intérêt commun de construire des relations fortes entre nos deux pays...Nous sommes en train de consolider un processus enclenché depuis le début de l'année», a déclaré le ministre algérien de l'Agriculture qui a souligné que ce processus servira à «renforcer une coopération durable». Son homologue marocain a abondé dans le même sens.
«Pour nous, c'est un grand événement que de participer à ce salon. Cela fait partie d'un processus que nous avons développé ensemble... Les contacts, qui vont se faire durant cette manifestation, permettront de renforcer les échanges en vue de mieux nourrir notre région», a ajouté de son côté M.Akhannouch.
Un signe que les messages échangés entre le souverain marocain et le président de la République appelant à la construction d'un avenir, entre les peuples de leurs pays, basé sur la coopération et le bon voisinage ne resteront pas qu'au niveau des échanges de bons procédés qu'exige la bonne pratique de la diplomatie. «Le Maroc réitère sa disposition à tout mettre en oeuvre, tant sur le plan bilatéral et notamment avec l'Algérie soeur, dans le cadre de la dynamique constructive actuelle qu'au niveau régional, pour la concrétisation commune des attentes des générations présentes et à venir, qui aspirent à l'avènement d'un ordre maghrébin nouveau», a déclaré Mohammed VI dans une allocution adressée à son peuple le 6 novembre. «Je tiens à vous réitérer ma volonté de continuer à oeuvrer avec vous au raffermissement des relations de fraternité et de coopération entre nos deux pays et peuples frères au mieux de nos intérêts mutuels» a souligné la missive de Abdelaziz Bouteflika adressée au souverain alaouite, en guise de réponse, à l'occasion de la célébration du 56e anniversaire de l'Indépendance du Royaume chérifien.
Un créneau et non des moindres tant par sa sensibilité ou par toute la symbolique qu'il recèle en lui est tout indiqué et doit servir de rampe de lancement au réchauffement des relations entre le Maroc et l'Algérie: la terre nourricière. Avoir en commun et partager les richesses sorties du ventre de la terre grâce à la sueur de son front c'est ressusciter ce que le Maghreb, notamment l'Algérie et le Maroc ont essentiellement en partage. Algériens et Marocains affichent leur désir de s'asseoir à la même table pour gommer leurs malentendus. L'Algérie, qui profite de la manne financière fabuleuse que lui procurent ses exportations en hydrocarbures, en souffre aussi par son étroite dépendance par rapport à ce secteur. Les recettes engrangées en dehors des exportations pétrolières n'atteignent pas les 2 milliards de dollars, un chiffre dépassé par uniquement le secteur de l'agriculture marocain dont les exportations agricoles représentent plus de 2,5 milliards de dollars! Pire, l'Algérie est encore loin d'atteindre l'autosuffisance alimentaire et ne répond à ses besoins en produits de première nécessité (céréales, lait, médicaments...) qu'à coups de milliards de dollars.
Le Maroc séduit par la Mitidja et Biskra
Les importations de blé sont passées du simple à plus du double pour les dix premiers mois de 2011 par rapport à la même période l'année dernière. «Les importations de blés de l'Algérie se sont établies en forte hausse à 135,9% à 2,42 milliards de dollars durant les dix premiers mois de 2011 contre 1,02 milliard de dollars à la même période en 2010» a indiqué, dimanche denier, le Centre national de l'information et des statistiques.
Le Maroc est tout indiqué comme partenaire pour sortir du marasme un secteur agricole qui recèle pourtant des potentialités avérées. Les arguments fournis par Rachid Benaïssa à la délégation marocaine qui s'est rendue à Blida, Tipasa, et Biskra ont mis en valeur les potentialités que recèlent ces régions qui sont au coeur du plan de développement économique du programme quinquennal 2010-2014 initié par le président de la République.
«Les exploitations, les unités de transformation des produits agricoles et les établissements de recherche qu'on a visités dans les deux régions permettent de dire que des possibilités peuvent être exploitées pour asseoir des relations de partenariat profitables aux deux pays, notamment entre les professionnels», a souligné Bachir Saoud, dans une déclaration recueillie par l'agence de presse officielle MAP. Tandis qu'à Biskra, «la délégation a pu se rendre compte de la qualité de l'expérience algérienne en matière de phoeniciculture, spécialement en matière de valorisation et de commercialisation de la datte, avec une bonne maîtrise de développement de l'export», a ajouté le directeur général de l'Agence nationale marocaine pour le développement des zones oasiennes et de l'arganier.
«De bonnes perspectives de partenariat peuvent être envisagées avec les professionnels marocains pour mieux valoriser la production de la phoeniciculture marocaine, riche par sa diversité variétale», a reconnu M.Bachir Saoud. Il faut signaler que le secteur agricole est l'un des principaux secteurs d'activité au Maroc, sur lequel repose l'économie du royaume. Il génère 4 millions de postes d'emploi tandis que la population rurale est estimée à 18 millions de personnes. Soit 49% de l'ensemble des ménages. L'agriculture représente 14% du PIB (Produit intérieur brut).
Les besoins du Royaume en viandes et en fruits et légumes sont assurés à 100%... D'excellentes performances qui ne lui ont pas encore permis d'atteindre une autosuffisance alimentaire totale. Un objectif que s'est fixé l'Algérie, en unissant leurs moyens et leurs efforts, les deux pays peuvent relever le défi
.

Source L’Expression Mohamed Touati

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires