Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

10 mai 2012 4 10 /05 /mai /2012 09:56
L'Algérie vote en pensant au Printemps arabe
contestation dans le monde arabe
Les électeurs algériens ont commencé à se rendre jeudi aux urnes pour élire leurs députés lors d’un premier scrutin test organisé après le Printemps arabe, a constaté un journaliste de l’AFP.
Les bureaux de vote ont ouvert à 8 heures locales (9 heures en France) pour permettre à plus de 21,5 millions d'électeurs de voter jusqu'à 19 heures locales pour désigner 462 députés au cours de ce scrutin à la proportionnelle à un tour, selon les autorités.
Rachid Zeroual, ancien militant du Front de Libération nationale et ancien adjoint au maire d’Alger, faisait partie des premiers électeurs à glisser le bulletin dans l’urne dans un bureau installé dans le quartier historique d’Alger.
«Il faut donner plus de chance à cette jeunesse après 50 ans au pouvoir. L’ancienne génération doit maintenant passer le flambeau. Moi j’ai voté pour un profond changement comme l’a déclaré le président Bouteflika», a déclaré Rachid Zeroual.
Mercredi, le président Abdelaziz Bouteflika a pressé les Algériens, surtout les jeunes, de voter alors que la plupart d’entre eux se déclarent indifférents à la vie politique. Abdelaziz Bouteflika, 75 ans, leur a assuré que «sa génération avait fait son temps» en Algérie, qui fête ses cette année ses 50 ans d’indépendance.
Le taux de participation devrait être connu après la fermeture des bureaux de vote et les premiers résultats annoncés vendredi dans la matinée.
Le scrutin sur l’ensemble du territoire a été placé sous l’observation de quelque 500 étrangers, dont quelque 150 observateurs de l’UE, d’autres de la Ligue arabe, de l’Organisation de la Conférence Islamique (OCI) de l’ONU et d’ONG américaines.
De premiers scrutins itinérants ont également commencé dans le sud désertique du pays où vivent des populations nomades, tandis qu'à l'étranger les Algériens ont commencé à voter depuis le 5 mai pour élire huit
Source L’Expression
Le Pèlerin
 
Partager cet article
Repost0

commentaires