Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

14 juin 2011 2 14 /06 /juin /2011 07:16

Algérie - La société civile face à son avenir

point interrogation

 

 

«Un homme n'est pas malheureux parce qu'il a de l'ambition, mais parce qu'il en est dévoré». Montesquieu
De nombreux analystes, des commentateurs de la presse écrite privée ont, à juste raison, cherché des comparaisons, des dissonances ou bien de franches différentes, entre l'approche développée par la commission dite Bensalah et les états généraux de la société civile qui s'ouvriront le 14 juin prochain, à Club des Pins. Dans le climat qui prévaut depuis le début de l'année qui a fait exploser les mouvements sociaux, la violence disproportionnée de la répression policière et le niveau de méfiance, les premières victimes sont de taille : effritement de la confiance, baisse de la sérénité, recul de la transparence
En effet, le moment est mal venu pour que des clignotants, comme celui de l'inflation, se mettent au rouge. Des réformes aux contours encore imprécis, les images de blouses blanches matraquées, une liste de victimes anonymes de la terreur terroriste qui s'allonge comme celle des talents qui réussissent à l'étranger, la ruée d'association maison «sous le coude» vers la rente, tout le paysage nécessite de grandes réformes. Négocier est mieux que d'envoyer la police qui creuse la fracture entre elle et la société. Mélanger les genres, politique, social, caritatif, «historique», civil, militaire, religieux ajoute de l'opacité, de la suspicion et surtout du nihilisme qui ravage la jeunesse.
Sans préjuger de la finalisation des doléances adressées à M. Bensalah, de leur volume, de leur pertinence et du traitement ultérieur qui leur sera réservé par le président Bouteflika, beaucoup de citoyens espèrent. Ces derniers qui ne veulent ni de la violence ni du statu quo et encore moins d'un habillage, juste bon à faire perdre du temps au pays, veulent de profondes réformes du système encore comparable, par bien des aspects, à celui du parti unique qui a fait faillite partout et pour toujours. Les citoyens qui ne souhaitent pas avoir un engagement partisan, ni l'hégémonie humiliante de l'administration, hésitent, ne savent pas comment agir pour influer sur le cours de leur vie, l'avenir des enfants, l'organisation du quartier ou sur l'amélioration de leurs conditions de travail, de transport, sur la qualité de l'enseignement dispensé à leur progéniture etc. Devant les échecs consommés des formations politiques (pouvoir, opposition) à formuler des programmes pour la culture, les loisirs, l'éducation, les sports, les transports, l'industrie, et des élus locaux aussi «légers» que le parlement, la société s'est repliée sur elle-même. L'informel qui est dominant, l'incivisme, le refus de l'autorité, l'égoïsme, la saleté repoussante de l'espace public, la désertion du champ politique sont installés comme des constantes indétrônables.
Mais comme le monde et l'environnement régional se transforment à vue d'œil, les dangers et les retards s'accumulent. Les échecs répétés, la corruption, la bureaucratie, la disqualification de la politique, l'autoritarisme, ont fracturé la nation et mettent en évidence les risques qui pèsent sur la sécurité nationale. Cette dernière, privée d'un front national, républicain, soutenu par des consensus déterminants, fragilisée par des césures entretenues à bon escient, est à la merci de n'importe quel vent mauvais, sachant que des franges de la jeunesse ne rêvent que de voyages utopiques et de rivages meurtriers et que les élites se morfondent devant le délitement qui atteint des sommets. Le tableau succinct, ci-dessus, n'est ni une fatalité ni l'horizon que mérite l'Algérie. Les remèdes, les mécanismes de redressement, à tous les niveaux et les ressources humaines sont présents dans le pays. Dans tous les bords politiques et en dehors, les femmes et les hommes de bonne volonté, de talent, de compétence, sont légions. Avec de véritables réformes systémiques, un volontarisme politique, l'homme qu'il faut là où il faut, une démocratisation accélérée, le pays peut rapidement prendre la mesure du siècle, des enjeux, des risques et dessiner un avenir commun et des vies au quotidien comme ceux à qui nous nous efforçons de trouver des «constances» et des «spécificités» incompatibles avec le bonheur en Algérie
Ce qui se passe à ciel ouvert, dans la rue, dans tout le pays, chaque jour, a mis sur le devant de la scène une société en ébullition, à la merci d'une étincelle, d'une balle perdue ou d'une matraque haineuse. Devant une effervescence indiscutable, les pouvoirs publics ou plutôt le pouvoir affirme avoir choisi le chemin de réformes sérieuses. Amen ! De son côté, par une auto- saisine qui entre dans ses missions consultatives, le Conseil national économique et sociale (CNES) décide de mettre sa logistique, ses moyens, des élites pour offrir un cadre à une entreprise inédite dans le pays. Les 14, 15, 16 juin de cette année, les embryons, quels que soient leur âge et leur territoire d'action, de la société civile du pays se retrouveront à Club des Pins, pour débattre, échanger, regarder l'avenir et faire librement des critiques et des propositions pour le vivre ensemble et pour améliorer le quotidien de l'individu, d'un groupe, d'une collectivité, d'une corporation, d'un syndicat etc. Le concept même de «société civile», au gré des hommes et des conjonctures, a été servi à satiété, mais la plupart du temps pour des raisons politiciennes et des motifs immédiats pour manipuler, rémunérer et éventuellement récompenser par des postes et des sinécures. Mais les temps changent, la société aussi. La première grande rencontre annoncée au Palais des Nations a été préparée par un panel de personnes d'horizons divers, de compétences variées, en dehors des appareils politiques et des procédures de reconnaissance par les pouvoirs politiques, en vigueur jusque là. Autrement dit, des femmes et des hommes libres ont été rassemblés dans un comité ad hoc pour militer et permettre à une société civile naissante, organisée ou pas, adoubée par l'administration ou pas, de se dire et éventuellement aller à un ancrage supérieur qui lui donnerait légitimité, autonomie, protection par la loi et des espaces propres à labourer, pour semer les ingrédients propres à une société civile moderne et offensive, pacifiquement.
Cet acteur qu'est la société civile est incontournable dans un système politique tourné vers la démocratie et la modernité. Il est partie prenante et consulté dans des formes admises par la Communauté internationale, par les démembrements de l'ONU et toutes les instances de notation et d'évaluation qui pèsent dans la balance. Ceux qui seront présents les 14,15, et 16 juin 2011, à Club des Pins le savent. Ils savent, pour beaucoup, que la société civile n'est ni l'exécutif, ni le législatif ni un démembrement de l'Etat. D'un autre côté, l'intérêt de l'Etat est d'avoir une société civile éclairée, autonome, active, jalouse de ses prérogatives et qui participe des ancrages participatif et citoyen. Au moment du bilan et des suites données, la société entière verra si la méfiance, les doutes et les hésitations d'avant ces états généraux, étaient justifiés ou pas. Cette même société civile, dans ses versants les plus crédibles et les plus objectifs est en mesure d'évaluer ces états généraux et de délivrer ses critiques, ses analyses et d'en suivre les résultats, en termes de décisions, d'ouvertures et d'avancées par et dans les lois
.

Source Le Quotidien d’Oran Abdou B.

Le Pèlerin 

Partager cet article
Repost0

commentaires