Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

8 mai 2011 7 08 /05 /mai /2011 05:32

Algérie : Ce qui a manqué à la révolution-bis

changement

Nicolas Boileau-Despréaux : «Ce qui se conçoit bien s'énon ce clairement - Et les mots pour le dire arrivent aisément.» L'Art poétique (1674). C'est une piste pour expliquer pourquoi la «Révolution-bis» n'a pas encore eu lieu chez nous. Les mots n'y étaient pas et cela voulait dire que c'était mal conçu dans la tête. Un politologue US l'a dit au chroniqueur : «Chez vous, l'opposition n'a pas trouvé les mots et ne sait pas dire ce qu'elle propose». En clair, le Pouvoir ne sait pas ce qu'il va faire mais il le dit bien, l'opposition sait ce qu'elle doit faire mais le dit mal. «C'était la force du FIS par exemple : cette capacité à trouver les slogans, les mots, le chant et le rythme», dira un journaliste. «Autant pour le printemps berbère qui a inventé ses mots et la capacité de les crier en 2001». La règle veut que quand les idées sont claires, la Révolution est juste et trouve les mots simples, fédérateurs, capables d'être retenus par tous et de faire basculer la masse vers le poids de la masse critique. C'est donc ce qui a manqué dans la révolution-bis pour faire la révolution : le chant qui vient du cœur et qui se voit dans les yeux et s'entend par les vibrations du sol qui le porte. «Dès le début, le 12 février, j'étais sûr que ce n'était pas là le moment de basculement : les gens chantaient mal, avaient de la peine à trouver la voix et les slogans partaient dans tous les sens», expliquera un ami. Et cela est vrai : l'un des débats les plus longs dans la coordination pour la démocratie et le changement a été sur le slogan «Lequel ?». Dans la liste, le «Dégage» était insuffisant dans le cas algérien où le Pouvoir a plusieurs têtes. Le «Dégagez» était approprié mais trop flou, sans noms et sans cibles. «Le peuple veut faire tomber le régime» était insuffisant, car on ne savait pas sur quelle branche de l'arbre était perché le mauvais oiseau et personne n'avait la possibilité d'offrir une alternative. D'ailleurs, le maître mot de la situation algérienne est «alternative». Les Algériens détestent ce système dont ils font partie mais veulent un homme qui leur dise clairement par quoi on va le remplacer et que va-t-on faire après.
C'est ce qui a fait la force de la révolution tunisienne, égyptienne ou actuellement en Syrie ou au Yémen : les gens savent ce qu'ils veulent, et ceux qui ne le savent pas ont fini par écouter les mots simples, clairs et précis de ceux qui les appellent à participer au changement qui tient en deux ou trois mots. C'est donc ce qui nous manque : les mots, la langue claire et le visage facilement reconnaissable. Une révolution se sent au volume de la poitrine et à la sincérité du chant et de l'hymne. En Algérie, ce qui manque ce n'est pas la dictature, mais son contraire qui est encor flou, n'a pas de visage, ni de langue et encore moins de chanson.
Source Le Quotidien d’Oran Kamel Daoud

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires