Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

14 juin 2010 1 14 /06 /juin /2010 04:57

Coupe du monde 2010 -  Algérie – Slovénie - Les algériens dominent mais les slovènes marquent: Le faux départ des Verts

slovenie-algerie.jpg

Les Verts ont raté leur entrée en matière dans la Coupe du monde 2010 en concédant une courte mais cruelle défaite (0-1) qui les met, déjà, en danger pour la suite de la compétition. Sur la physionomie du match, les camarades du capitaine Antar Yahia ont de quoi avoir des regrets. Sans jamais être ridicules, comme beaucoup le craignaient, au contraire, ils ont tenu la dragée haute aux Slovènes avant de perdre sur un tir anodin et surtout une mauvaise appréciation de la trajectoire du ballon par Chaouchi, surpris par le ballon flottant qu’a expédié vers sa cage le capitaine slovène Robert Koren (79’). Ce tir de loin a donc fait basculer la rencontre.

Comme prévu, Algériens et Slovènes ont abordé la rencontre avec trop de prudence de part et d’autre. Le round d’observation a duré une mi-temps, tellement aucune des deux équipes n’a voulu prendre trop de risques, de peur de se faire prendre en contre. Le résultat (1-1) du match de la veille entre Anglais et Américains, les deux autres pensionnaires du groupe C, y est peut-être pour quelque chose. Saâdane et Kek n’ont voulu prendre aucun risque en alignant deux blocs dans une configuration tactique qui laissait peu de place à l’option offensive. Djebbour, côté algérien, et Novakovic, côté slovène, étaient trop esseulés devant pour pouvoir espérer faire grand-chose dans le périmètre adverse. Les joueurs étaient concentrés en milieu de terrain et en défense. Les timides attaques amorcées sporadiquement par les formations en présence n’ont pas emballé les spectateurs.

Ce sont les Algériens qui sortent les premiers le bout du nez à la 3’ à la faveur d’une percée de Matmour stoppée irrégulièrement par le défenseur slovène Suler. Belhadj se charge de l’exécution du coup franc, oblige le géant Handanovic à renvoyer le cuir en corner. En début de partie, le jeu se concentre au milieu du terrain. Koren, le buteur du match, oriente le jeu slovène fait de passes courtes et de regroupement rapide à la perte du ballon. Côté algérien, l’animation du jeu a été confiée au duo Yebda-Lacen et à, un degré moindre, Ziani et Belhadj qui prêtaient main forte au compartiment médian. La première opportunité algérienne de scorer s’est produite à la 36’ à la suite d’un corner botté par Ziani et repris par Halliche sans succès.

L’unique fois en première période où le « géant » Handanovic a regardé filer le ballon dans sa surface. A la 40’ de jeu, Nadir Belhadj déboule sur son flanc, prend de vitesse Brecko et centre en direction de la cage adverse. Karim Matmour, sur l’autre côté, intercepte le centre, crochète Jokic et tente sa chance. Le ballon passe juste au-dessus des bois. C’est sur un score de parité que l’arbitre Batres (Guatemala) siffle la fin du premier half. Après la pause, le jeu se stabilise en milieu de terrain sans véritables occasions de but de part et d’autre. A l’heure du jeu, Rabah Saâdane décide d’opérer le premier changement et intègre Ghezzal à la place de Djebbour. Une minute après son apparition sur le terrain, l’attaquant algérien récolte un carton jaune qui aura de lourdes conséquences un peu plus tard. En effet, à la 72’, il touche le ballon de la main et prend un second carton jaune, synonyme d’expulsion. A 10 contre 11, la tâche des Verts s’est un peu plus compliquée.

7 minutes plus tard, Koren permet à la Slovénie d’ouvrir le score et de s’envoler vers sa première victoire en Coupe du monde en deux participations. Après ce but, les Verts ont bien tenté de revenir au score, mais c’était difficile. Leurs adversaires, forts dans la conservation du ballon, ont joué la montre jusqu’au coup de sifflet final de l’arbitre Batres. En concédant une défaite dès l’entame du tournoi, l’Algérie s’est (déjà) mise en danger. Deux gros morceaux se profilent à l’horizon. L’Angleterre (vendredi 18 juin) et les Etats-Unis (mercredi 23 juin). Fiche technique
Stade Peter Mokaba de Plokwane (Afrique du sud)

Arbitrage : Batres (Guatemala), Carlos Pastrana (Honduras) et Leonel Leal (Costa Rica). But : Robert Koren (79’) pour la Slovenie Averts : Ghezzal, Yebda (Algérie). Radosavljevic, Komac (Slovénie) Expuls. : Ghezzal (72’, 2e carton jaune) Algérie
Algérie : Chaouchi, Yahia, Halliche, Bouguerra, Kadir (Guédioura 82), Lacen, Ziani, Yebda, Belhadj, Matmour (Saifi 82’), Djebbour (Ghezzal 58’)

Entraineur: Rabah Saâdane

Slovénie : Handanovic, Brecko, Cesar, Suler, Jokic, Birsa (Pecnik 84’), Koren, Radosavljevic (Komac 87’), Kirm, Dedic (Ljubijankic 53’), Novakovic

Entraineur: Matjaz Kek.

Déjà le doute

Petite défaite de l’équipe nationale face à la Slovénie, mais grande déception dans la rue algérienne, unanime à dire qu’on aurait pu faire mieux si le coaching était meilleur. C’est peut-être là un raccourci simpliste à imputer sur le compte des sentiments de supporters trompés dans leurs espérances, mais toujours est-il que cette défaite risque de précipiter le football dans une impasse, d’où il lui sera difficile de relever la tête. Notre équipe nationale, qui a su réconcilier la discipline avec ses supporters, avait, entre autres, cette délicate mission, à travers ses prestations et ses résultats, de remettre sur les rails un football en perte de vitesse et redonner confiance à des joueurs du cru en proie au défaitisme. La tâche semblait lourde, mais ô combien honorable.

Le message étant ainsi établi, les supporters ont accordé une confiance totale à leur formation nationale au point où même certaines défaites et errements ont été applaudis par les uns et justifiés par les autres. Mais cette logique s’inscrivait dans un temps réglementaire qui n’avait nullement le droit de s’accorder des prolongations. Notre équipe nationale égarait certains de ses repères et s’éloignait de ses objectifs, quand bien même des discours se voulant rassurants étaient distillés à l’endroit des supporters pris de doute. La défaite d’hier risque d’hypothéquer grandement les chances de notre onze national dans une compétition qu’on aurait souhaité qu’elle nous ouvre les portes du second tour. Un souhait que les Algériens ont tant chéri, mais qui peut nous faire défaut.

On n’en est pas encore là, heureusement, mais cela n’empêche pas de rappeler que la déconvenue enregistrée hier n’est qu’une suite logique d’une préparation qui ne répond pas aux normes exigées par la haute compétition. Nous ne dirons jamais assez que l’on ne se rend pas à une Coupe du monde comme si on allait à un bal. Notre équipe nationale a mal engagé le dernier virage menant vers la phase finale du Mondial, mais nous laisserons aux techniciens faire leur bilan avant d’aviser. Il est vrai aussi que les Algériens ont vite dégainé puisqu’au coup de sifflet final de l’arbitre de la rencontre, les accusés étaient déjà montrés du doigt, jugés et sanctionnés. La rue se trompe rarement et comme le football est d’abord un sport de rue, le doute s’installe déjà.

Source El Watan Yazid Ouahib / Azeddine Hammou

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires

G
<br /> <br /> C'est atavique ! C'est comme pour la France !GENEVIEVE -<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
L
<br /> <br /> Oui atavique ...et moi depuis que j'ai quitté mon Algérie natale j'ai perdu toutes sensation de chauvinisme<br /> <br /> <br /> Certes me dis-je le chauvinisme c'est pour les crétins<br /> <br /> <br /> Mais combien de délicieux souvenirs ai-je conservés de mon "OHD" à Hussein-Dey<br /> <br /> <br /> Plus jamais je ne retrouverai de tels sensations et de tels sentiments<br /> <br /> <br /> Cordialement,<br /> <br /> <br /> Le Pèlerin<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br />