Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

9 novembre 2010 2 09 /11 /novembre /2010 11:19

Algérie - Marketing touristique - La destination Algérie a besoin de visibilité

 

Il est nécessaire de reconfigurer les supports documentaires et virtuels pour les adapter aux exigences du marché.

porte du sud

 La porte du Sud

L’Algérie a un déficit d’image, sur le plan touristique, à combler. C’est l’une des déductions faites lors des premières Journées internationales du marketing touristique, organisées par RH Communication. Il faut plus de visibilité pour que la destination Algérie puisse prétendre à devenir émergente.

Kechroud Mohamed Bachir, secrétaire général du ministère du Tourisme et de l’Artisanat, se voulait pertinent en déclarant : «Les potentialités à elles seules ne suffisent pas, car pour espérer s’imposer, il y a lieu de faire aussi bien, sinon mieux que de nombreux concurrents, tous animés de la volonté de bien faire et d’accaparer l’attention des touristes.»

Ahmed Bouchedjira, directeur général de l’Office national du tourisme (ONT), a souligné que le plan marketing de la destination Algérie vise «un nouveau positionnement et à identifier les marchés les plus porteurs». Il s’agit d’opérer les adaptations qui collent aux nouvelles tendances de la consommation et de la demande internationale, de tenir compte de l’existence de la forte demande de la clientèle nationale et de concilier durablement les demandes nationale et internationale.

Trois types de clientèles ont été distingués : traditionnelle à fidéliser, potentielle (euroméditerranéenne et golfique) et lointaine (Canada, Asie, marchés en pleine expansion). Chaoui Mustapha, assistant du président du directoire chargé de la promotion et du marketing de Gestour, a déclaré : «Le groupe Gestour s’est attelé à desserrer les contraintes et placer les entreprises du portefeuille sur des logiques de développement. Notre souci est que les programmes retenus arrivent à dégager des effets, des synergies susceptibles d’amener nos structures progressivement vers la performance et la crédibilité professionnelles.» En réalité, Gestour a une mission délicate : valorisation de l’image du pays et promotion de la destination Algérie auprès des milieux professionnels, de la presse spécialisée, voire des milieux d’affaires encore fortement marqués par certains préjugés ou par l’amplification démesurée de faits se rapportant à l’aspect sécuritaire.

Parmi les actions menées pour améliorer la situation figure la reconfiguration des supports documentaires et virtuels pour les adapter aux exigences des marchés. «Les sites web ont fait l’objet d’une attention particulière pour permettre une actualisation et un redimensionnement régulier», a-t-il ajouté.

Parmi les projets profitables qu’il a cités, on note l’opération de mise à niveau de 9 hôtels du Sud avec un financement à taux bonifié de 2 milliards de dinars (prêt Trésor), le programme de réhabilitation totale de l’hôtel El Aurassi (450 chambres) dont les travaux sont en cours pour un montant de 6,6 milliards de dinars. L’hôtel les Zianides a bénéficié d’un programme particulier dans le cadre de «Tlemcen, capitale islamique 2011» pour 640 millions de dinars.

Source El Watan Kamel Benelkadi

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires