Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

9 octobre 2009 5 09 /10 /octobre /2009 05:30

L’ambassadeur de France à Alger l’a évoqué

Une unité de montage de voitures en Algérie

Le diplomate a évoqué «la possibilité de créer à l’avenir, en Algérie, des unités de montage de voitures dans le cadre d’un partenariat entre investisseurs algériens et français».

L’Algérie aura son usine de montage de véhicules. Cette dernière sera le fruit d’un partenariat algéro-français. C’est ce qui ressort des déclarations de l’ambassadeur de France à Alger, Xavier Driencourt, lors d’une visite qu’il a effectuée mardi dans la wilaya de Batna. Le diplomate qui ponctuait dans la région des Aurès une tournée qui l’a conduit dans plusieurs wilayas de l’est du pays a alors évoqué «la possibilité de créer à l’avenir, en Algérie, des unités de montage de voitures dans le cadre d’un partenariat entre investisseurs algériens et français». Il précisera, en outre, que cette activité viendrait en appoint à celles déjà en cours, liées à la commercialisation et à la formation dans le secteur automobile.

Intervenant au cours d’une séance de travail tenue dans un hôtel de Batna, en présence des responsables de la Chambre de commerce et d’industrie «Aurès», d’opérateurs économiques et de concessionnaires locaux représentant des constructeurs automobiles français, le chef de la mission diplomatique française en Algérie a affirmé que l’effort actuellement déployé par l’Algérie en matière de développement des infrastructures de base, notamment le projet de l’autoroute Est-Ouest, encourage fortement l’investissement dans ce domaine. Il a, à ce propos, fait part de la volonté des investisseurs français à promouvoir une offre de prestations de qualité dans le domaine de l’industrie automobile, avant d’achever son argumentation en déclarant: «Pourquoi pas le montage de voitures françaises en Algérie à l’avenir.»

Après avoir exhorté les investisseurs français à poursuivre et multiplier leurs investissements en Algérie, M.Driencourt a souligné l’intérêt marqué que manifestent les entreprises françaises pour l’investissement dans le secteur des banques et des assurances, mais aussi du bâtiment et des travaux publics, ces dernières désirant grandement prendre part à la réalisation et la concrétisation des grands projets initiés par l’Algérie.

A ce sujet, l’ambassadeur de France en Algérie a annoncé, à l’occasion de cette rencontre, qu’il exposera la semaine prochaine à Paris, à plusieurs opérateurs économiques français, les opportunités d’investissement offertes dans les wilayas qu’il a visitées. Par ailleurs et interrogé à propos de la loi de finances complémentaire 2009, au cours d’une conférence de presse animée à la fin de cette rencontre, le diplomate français a affirmé que la partie française n’avait rien à craindre «des mesures qui y sont contenues car, a-t-il souligné (...) nous avons compris que les autorités algériennes voulaient, au travers de cette loi, protéger et développer les produits algériens». M.Driencourt s’était rendu, la veille, à Khenchela, puis à Tébessa, mardi matin, où il a examiné avec les responsables locaux les opportunités d’investissement et de partenariat qui y sont offertes.

Source l’Expression Yasmine Zouaghi

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires