Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

12 octobre 2009 1 12 /10 /octobre /2009 06:14

L’équipe nationale d’Algérie a battu hier soir le Rwanda (3-1) : L’arbitre donne un sursis à l’Egypte

L’Algérie est bien partie pour mettre fin à plus de 24 ans d’absence à la phase finale de la coupe du monde. A la faveur de sa victoire, hier à Blida, sur les Guêpes rwandaises (3-1), l’Algérie a renforcé considérablement ses chances de participer l’été prochain au Mondial en Afrique du Sud. Dès l’entame de la partie, les Verts se portent résolument en attaque pour essayer de marquer le maximum de buts. La première alerte est donnée par les Verts par l’intermédiaire de Ghezzal qui a failli, d’une tête bien placée, ouvrir la marque (9’). Deux minutes plus tard, l’attaquant d’Al Khor, Rafik Saïfi, magistralement servi par Ghezzal, rate lamentablement l’ouverture du score.
Quelques secondes après, ce même Saïfi, qui d’une frappe à l’intérieur de la surface, voit sa balle repoussée par le poteau gauche du portier Ndayishimiye. Au moment fort de la domination algérienne, les Guêpes parviennent à ouvrir la marque par Mutesa d’un tir des 25 mètres qui trompe la vigilance de Gaouaoui (20’). C’est le premier but rwandais depuis l’entame des éliminatoires. Les Verts réagissent énergiquement et mettent, deux minutes plus tard, les pendules à l’heure par Ghezzal qui mettra à profit une mésentente au sein de la défense rwandaise. Les Algériens reprennent leur souffle et se mettent ainsi à multiplier les attaques pour tenter de prendre l’avantage au score. C’est ce qui aurait dû se produire à la 37e minute quand une balle sur corner tirée par Belhadj sur Halliche est passée légèrement au-dessus de la transversale.
A la 40’, un tir de Ghezzal a frôlé le poteau gauche du portier des Guêpes. L’arbitre guinéen Yakuba prive Antar Yahia d’un but limpide quand la balle a franchi de plus d’un mètre la ligne de but. Alors qu’on s’acheminait vers une première période à égalité, Belhadj, tel un diable, surgit pour redonner l’avantage aux Verts (45’+2). En deuxième mi-temps, les hommes de Rabah Saâdane vont poursuivre leur pressing et ont failli creuser l’écart par Antar Yahia qui reprend sur la transversale un corner bien botté par Belhadj (51’). Saïfi lui emboîte le pas et rate l’immanquable au moment où il s’est infiltré à l’intérieur de la surface de réparation (58’). Peu efficace, l’Algérie rate un but d’un tir tendu mais la balle est allée mourir dans le petit filet (66’). Les Verts enchaînent alors les ratages. Il a fallu du coup attendre les arrêts de jeu (90’+5) pour voir l’Algérie bénéficier d’un penalty après le fauchage de Karim Matmour dans la surface de réparation. Karim Ziani se chargera par la suite de marquer le troisième but qui place les Verts en pole position pour se qualifier à la phase finale du Mondial 2010.
Stade Mustapha Tchaker de Blida. Affluence record, pelouse en bon état, -arbitrage de Keïta Yakuba, Kaba Moussa et Diallo Mamadou (Guinée)
Buts : Ghezzal (22’), Belhadj (45’+2) et Ziani (90’+5 SP) Algérie. Mutesa (20’) Rwanda
Averts : Boubakari, Lutula et Nyonzema (Rwanda)
Algérie : Gaouaoui, Halliche, Antar Yahia, Bougherra, Lemmouchia, Meghni (Yebda 73’), Belhadj, Matmour, Ziani, Ghezzal (Ghilas 85’), Saïfi (Djebbour 72’)
Entr. : Saâdane
Rwanda : Ndayishimiye, Mutesa, Aniwata, Niyonzema, Mugiraneza, Agnini (Gaitu 90’), Lutula, Ngaboyisibo, Ouono, Ndikumana, Boubakari
Entr. : Tucak
L'Algérie avance inexorablement vers l’Afrique du Sud
L’Algérie a arraché une victoire au forceps (3-1) face aux Rwandais, hier soir à Blida. La victoire a été longue à se dessiner. Il a fallu attendre les ultimes instants de la partie et un penalty transformé par Karim Ziani, à une poignée de secondes de la fin du match pour voir les Verts inscrire le but de la délivrance.
Celui de l’espérance pour une sélection qui a dominé la poule depuis l’entame des éliminatoires. L’homme en noir s’est dressé sur le chemin des Verts en leur refusant deux buts limpides. Celui de Antar Yahia lui restera sur la conscience. Nul doute que les instances continentales et internationales qui gèrent l’arbitrage ne lui permettront plus d’officier des rencontres de haut niveau. Jamais l’Algérie n’a subi un tel préjudice dans sa longue histoire dans les compétitions internationales. Keita Yacouba n’était pas digne d’officier une rencontre de ce niveau et de cette importance. Malgré cette adversité, les joueurs algériens ont gardé leur sang-froid pour sortir vainqueurs d’un traquenard cousu de main de maître par ceux qui complotent contre l’équipe d’Algérie depuis que cette dernière a commencé à contrarier les sordides calculs élaborés par ceux que l’équipe d’Algérie dérange. Comme l’avaient prédit le président de la fédération, Mohamed Raouraoua, et le sélectionneur national, Rabah Saâdane, le Rwanda n’est pas venu faire du tourisme en Algérie. Les « Guêpes » ont empoisonné la vie aux Verts tout au long de la partie. A la fin, ces derniers ont assuré l’essentiel, à savoir la victoire avec deux buts d’écart qui vaudront leur pesant d’or dans un mois au Caire.
L’Algérie est dans une position très favorable. Elle domine le groupe avec trois points d’avance sur son dauphin, l’Egypte. Elle dispose d’une meilleure différence de buts et compte plus de buts inscrits que l’Egypte. Ce n’est pas rien en prévision de l’empoignade du Caire. La victoire algérienne a modifié la donne dans la mesure où à présent, la pression est, de nouveau, sur les Egyptiens. Maintenant, chacun peut sortir sa calculatrice. Il est utile de préciser que l’Algérie est toujours maîtresse de son destin. Le pire scénario pour elle serait de perdre le 14 novembre par trois buts d’écart. Plus facile à dire qu’à faire. L’Egypte peut revenir à la hauteur de l’Algérie si elle s’impose par deux buts d’écart. Dans ce cas les deux sélections se retrouveraient dans une égalité parfaite. Dans le règlement de la Coupe du monde de la FIFA Afrique du Sud 2010, il n’est nulle part mentionné qu’un but marqué à l’extérieur compterait double en cas d’égalité, comme l’avancent des observateurs. Dans cette compétition organisée par la FIFA, le but qui compte double n’existe pas. A égalité parfaite, il y aura deux options. La première, c’est le tirage au sort (alinéa 6g article 17 du règlement indiqué) et la seconde, c’est un match barrage comme l’indique l’alinéa 7 du même article qui précise : « Avec l’approbation de la commission d’organisation et au cas où le calendrier international des matches coordonné le permettrait, les équipes à égalité pourront être départagées par des barrages et non par un tirage au sort (art. 17, al 6g). En cas d’égalité, deux prolongations de 15 minutes chacune seront disputées. Si le score est toujours de parité à l’issue des prolongations, le vainqueur sera désigné par l’épreuve des tirs au but. » On n’est pas encore là. En attendant, il serait bon que la direction de la rencontre Egypte-Algérie soit confiée à un arbitre digne d’une telle finale du groupe.
Source El Watan
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires