Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

1 mai 2011 7 01 /05 /mai /2011 09:56

Pour faire face à la grogne sociale, le gouvernement a recouru à l’augmentation des dépenses publiques.

1er-mai-alger.jpg

En 2011, la Journée internationale du travail prend un relief particulier dans un monde en grande mutation, marqué par les répercussions de la crise financière. En Algérie, le 1er Mai 2011 se déroule dans un contexte particulier, de tension sociale assez forte liée aux préoccupations des salariés en matière d’emploi, de salaires et de conditions de travail. On notera que les mouvements sociaux interviennent à un moment crucial pour le pays où la “révolution” dans les pays arabes, en particulier en Tunisie et en Égypte est suivie de très près par la population et où le risque de contagion n’est pas à écarter. Mais, il est difficile aussi de faire abstraction du fait que la Fête internationale des travailleurs est célébrée au lendemain de la levée de l’état d’urgence, laquelle a généré notamment des promesses de “changements imminents et globaux” et suscité des appels de partis politiques et d’associations à des marches pour réclamer “le changement”.

Dernièrement, Ahmed Ouyahia, qui porte la double casquette de Premier ministre et de secrétaire général du RND, a reconnu que l’Algérie traversait des “crises sociales”. Il a également admis que notre pays connaissait “une crise sociale et non politique”, en accusant cette fois des partis politiques de l’opposition de “transposer les tensions sociales sur le terrain politique”.

Sur un autre plan, M. Ouyahia a été intraitable sur la question relative à la réunion de la tripartite gouvernement-UGTA-patronat qui, selon lui, interviendra “en temps voulu”, puisqu’il n’y a aucune “urgence” pour le moment. De l’avis de certains observateurs, ces aveux traduiraient “une impasse de l’actuelle politique socioéconomique et l’absence d’une vision stratégique concernant des segments porteurs de croissance durable”.

Dans les faits, le gouvernement a opté pour “la paix sociale” pour faire face à la grogne sociale, en recourant à l’augmentation des dépenses publiques. En effet, la loi de finances complémentaire pour l’année 2011 (LFC 2011) prendra en charge les dépenses complémentaires qui seront versées en application des mesures prises, le 22 février dernier, par le Conseil des ministres, en plus des conséquences financières faisant suite à la signature des statuts particuliers de différents secteurs d’activité, dont ceux de la santé et des finances.

Dans une interview accordée dernièrement à l’agence APS, le ministre des Finances, Karim Djoudi, a révélé que la LFC 2011 s’inscrit dans “un contexte économico social caractérisé par la hausse à l’international des prix des différents produits et par la mise en œuvre des différents statuts professionnels des secteurs”. Selon le ministre, la LFC 2011 “vient apporter des correctifs à des décisions exceptionnelles qui seront prises durant un exercice donné” et portera sur les mesures visant la pérennité de “l’aide de l’État qui subventionne une large partie des produits de consommation et qui prend en charge les dépenses liées à la création et au maintien de l’emploi”. En d’autres termes, il sera question de “soutien des prix à la consommation de plusieurs produits vitaux pour la vie quotidienne des citoyens par la baisse de la pression fiscale et la facilitation de l’impôt”. Mais, face à la démarche de l’État qui ne lésine plus sur les moyens financiers, c’est tout le monde qui veut profiter de cette générosité, pour satisfaire les revendications relevant notamment des salaires, des indemnités et des primes.

Les syndicats autonomes montent au créneau - Ils se prononcent sur les mesures prises par les pouvoirs publics

La Journée internationale du travail, devenue Fête du travail, est célébrée annuellement le 1er Mai dans différents pays. Instaurée initialement comme journée annuelle de grève pour la réduction du temps de travail et l’amélioration des conditions de travail, elle permettait aux travailleurs, organisés en syndicats ou en collectifs, de défendre leurs intérêts communs. Cette année, Liberté a ouvert ses colonnes à cinq syndicats, à l’occasion du 1er Mai : l’Union générale des travailleurs algériens (UGTA), le Syndicat national des praticiens spécialistes de la santé publique (SNPSSP), le Conseil national des enseignants du supérieur (Cnes), le Syndicat national autonome des personnels de l’administration publique (Snapap) et le Conseil des lycées d’Algérie (CLA). Tous ont répondu à l’exception du secrétaire général de l’UGTA. En guise de réponse, M. Sidi-Saïd nous a fait parvenir un document portant sur le bilan syndical de la centrale UGTA, de 1990 à ce jour, ainsi que les propositions qu’il a transmises en février 2011 au gouvernement.

Source Liberté Hafida Ameyar

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires