Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

Archives

26 mai 2010 3 26 /05 /mai /2010 08:35

Algérie  Energies renouvelables au Maghreb : Le solaire, une option trop coûteuse ?

eolienne adrar

 

 

L’Algérie optera-t-elle pour l’énergie éolienne au lieu du solaire ? C’est en tout cas ce qu’a suggéré hier Mostefa Kara, directeur général de l’Agence nationale des changements climatiques (ANCC), au cours d’un séminaire international organisé par l’agence britannique « Green Power Conferences » sur « le développement des marchés solaires au Maghreb » à Alger.
«Il est préférable pour le Maghreb d’opter pour le choix de la technologie «tour aérienne» que d’utiliser les photovoltaïques et miroirs», a-t-il indiqué avant d’expliquer que cette option est due au fait que «les technologies photovoltaïques et miroirs nécessitent plus d’entretien en termes de nettoyage des poussières et du sable et plus d’eau pour faire refroidir les machines» dans des régions souvent désertiques. C’est la pauvreté du continent qui fait penser à M. Kara, la nécessité de poser la question de la rentabilité de la «troisième voie» à savoir, les tours aériennes qui fonctionnent, contrairement aux deux autres technologies, à moindre coût et le jour et la nuit même si entre-temps le prix des panneaux photovoltaïques sont passés certes de 2 000 à 500 euros.
Le représentant de l’AFREC d’Alger, Hussein Elhag, est allé dans le même sens pour exprimer les besoins du continent en énergie solaire à moindre coût. C’est la raison pour laquelle il a insisté aussi sur les contraintes naturelles que posent ces régions désertiques où doivent être installées les centrales solaires, notamment le manque d’eau qui nécessite d’autres investissements. N’empêche, lors du sommet de l’Union africaine tenu en février 2010, il a été décidé du basculement de l’Afrique vers l’énergie solaire. Ainsi, une production de 100 000 mégawatts est envisagée en  Afrique subsaharienne d’ici 2030-2040. Car «l’option du nucléaire est totalement exclue en Afrique», a indiqué M. Elhag.
De nombreux experts internationaux en énergie renouvelable sont également intervenus pour apporter des éclaircissements sur les technologies vertes. Winfried Hoffman, directeur de la technologie CSI en Allemagne, a mis en relief la croissance de l’utilisation de l’énergie photovoltaïque au niveau du marché mondial en précisant que «l’objectif à atteindre consiste notamment à relier l’Afrique du nord à l’Europe (plus tard l’Asie, l’Australie et les Etats-Unis d’Amérique) et résoudre le problème mondial d’alimentation en électricité. Pour sa part, Michael Geyer, directeur de développement des affaires internationales à Abengoa Solar (Espagne) a insisté sur la nécessité de développer cette technologie photovoltaïque en Algérie où plusieurs projets ont été entamés avec le concept d’améliorer davantage l’utilisation en prenant comme exemple le complexe de l’Andalousie qui est le plus important dans le monde. «Il existe une concurrence entre l’Algérie et le Maroc pour l’usage et le développement de l’énergie photovoltaïque sachant qu’en Algérie, il y a un projet de promouvoir cette technologie avec la Sonatrach pour la construction d’une centrale hors d’Europe.

Source Horizons Meziane Atmani

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires