Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

Archives

12 juillet 2010 1 12 /07 /juillet /2010 23:20

Algérie - L’état algérien, épargnant avisé et mauvais gestionnaire

dinar-d-valu-.jpg

 

Comment expliquer le fossé qui se creuse entre le classement de notre pays en matière de constitution de réserves de changes voire même de réserves d’or et  ses performances dans les domaines de  la croissance économique ou du climat des affaires ? Dans le premier cas, l’Algérie figure depuis plusieurs années dans le peloton de tête des pays qui  épargnent. Dans le second, elle s’enfonce chaque année un peu plus dans les profondeurs des classements internationaux, quand elle ne fait pas carrément figure de mauvais élève.

Si on en juge par les différents rapports, études et classements publiés par les institutions financières internationales, l’Algérie est parvenue depuis une dizaine d’année à constituer d’importantes réserves qui lui permettent  de se positionner en créancier net du système financier international. Les mêmes études montrent que notre pays n’a pas été capable en revanche de transformer cette aisance financière en croissance économique et encore moins en capacité d’attraction de l’investissement privé. Grand thésaurisateur et épargnant avisé, l’État algérien apparaît également comme un piètre gestionnaire.

Des Algériens cousus d’or

Un rapport récent du Conseil mondial de l’or classe l’Algérie à la 22e place mondiale des pays détenteurs de réserves officielles en or. Avec des réserves estimées à plus de 170 tonnes en 2010, notre pays détient plus de 4% des réserves mondiales et occupe le premier rang en Afrique où il devance la Libye et même l’Afrique du Sud. Dans le monde arabe, l’Algérie n’est précédée que par l’Arabie Saoudite et le Liban qui manifestent la même inclination que notre pays pour le précieux métal. Ils ne sont d’ailleurs pas seuls dans ce cas. Les principaux pays industrialisés, États-Unis, Allemagne, France et Italie occupent la tête de ce classement et ont accumulé des stocks colossaux de la relique barbare.

Dans le “top ten” des réserves de changes

C’est en matière de constitution de réserves de changes que les classements de l’Algérie sont les plus flatteurs. Au train où vont les choses, elle pourrait même bientôt figurer dans ce domaine parmi les dix premiers pays de la planète. En 2009, les 140 milliards de dollars de réserves de notre pays lui permettent de pointer en 11e position juste derrière l’Allemagne mais devant des pays industrialisés comme la France, l’Italie et le Royaume-Uni.

C’est la Chine qui est la championne des réserves de changes avec le montant faramineux de 1800 milliards de dollars devant le Japon, la Russie et l’Inde. L’Algérie est en tête des pays africains mais aussi des pays arabes qui pour nombre d’entre eux disposent pourtant de revenus plus importants que les nôtres.  Cette situation est le résultat d’un arbitrage des autorités financières algériennes qui singularise notre pays par rapport aux autres pays arabes exportateurs de pétrole.

Réserves de changes contre  fonds souverains

La plupart de ces derniers  ont en effet opté depuis des années pour la constitution de fonds souverains pour abriter une part importante de leurs réserves financières. C’est pour cette raison qu’on les retrouve en tête des palmarès établis dans ce domaine. Le numéro un est le Fonds d’Abou Dhabi qui gère près de 900 milliards de dollars, devant un Fonds saoudien et le Government Pension Fund  norvégien qui disposent chacun de plus de 400 milliards de dollars. Les fonds  koweitiens, émiratis, libyens et qataris figurent également en tête de ce classement. Le Fonds de régulation des recettes algérien apparaît également dans ces classements internationaux où il pointe en 13e position.
La priorité donnée à la constitution de réserves de changes par l’Algérie a eu dans la période récente deux conséquences notables. Elle a tout d’abord permis à notre pays d’éviter les conséquences de la dernière crise des marchés boursiers qui a frappé durement les pays ayant constitué des fonds souverains importants.

Elle place également notre pays dans une position de partenaire à ménager par les institutions financières internationales. La “bonne santé” financière de notre pays fait ainsi régulièrement l’objet d’une appréciation élogieuse de leur part. La dernière étude du FMI sur les perspectives de l’économie mondiale ne fait pas exception à cette règle en prévoyant des excédents conséquents de la balance des paiements algériens en 2010 et 2011 et donc une poursuite de l’accumulation de réserves de changes. Une situation qui place l’Algérie en position de créancier net d’un système financier international  dont les principaux gestionnaires se félicitent des placements réalisés par notre pays en bons de Trésor des principaux pays développés confrontés aujourd’hui à d’importants déficits budgétaires.

Une croissance inférieure aux potentialités

En dépit d’une santé financière qui n’a pas cessé de se renforcer tout au long de la dernière décennie, les performances de notre pays en matière de croissance économique sont restées très décevantes. Les perspectives brossées par les récents rapports du FMI pour 2010 et 2011 s’inscrivent dans la même tendance malgré une prévision revue à la hausse et portée désormais à 4,6% pour 2010. Les projections sont moins bonnes pour l’année prochaine avec seulement 4,1% de croissance. Cette croissance sera surtout sensible en dehors du secteur des hydrocarbures. On sait que sur ce chapitre, les performances de notre pays sont cependant considérées comme en deçà de son potentiel et portées essentiellement par la dépense publique. Différents rapports du FMI ont, au cours des dernières années, souligné l’inefficacité relative des injections massives de dépenses réalisées à travers le budget de l’État dans le cadre des plans de relance qui se sont succédé depuis le début de la décennie.

Une revue des dépenses publiques réalisée par une équipe d’experts de la Banque mondiale et commandée par le gouvernement algérien lui-même avait souligné dès la fin de l’année 2007 les nombreuses défaillances qui caractérisent l’étude et l’exécution des programmes d’investissement publics. Ce rapport très approfondi attirait notamment l’attention des pouvoirs publics sur la maturation insuffisante et la mauvaise programmation de projets réalisés souvent dans l’urgence, leurs coûts généralement élevés, ainsi que l’absence de suivi et d’évaluation a posteriori des programmes.
La marginalisation persistante des opérateurs économiques privés

Pour la plupart des analystes et des opérateurs, l’économie algérienne souffre au cours des dernières années de ne “marcher que sur une seule jambe”, la marginalisation persistante des opérateurs économiques privés est la principale cause du manque de dynamisme qui continue de caractériser la croissance de notre pays.

Les évolutions observées dans ce domaine au cours des deux dernières années ne font qu’accentuer ce constat général.

La Banque mondiale publie chaque année au printemps un document devenu une référence et qui tente de faire le point pays par pays sur le climat des affaires et les conditions de l’investissement. L’édition 2010 du Doing Business ne réserve pas un traitement très favorable à l’Algérie. Sur les 186 pays dont les performances sont évaluées, notre pays est classé 136e au titre de l’indice synthétique sur les facilités accordées à l’investissement.

Il recule même à la 148e place pour la création d’entreprise et à la 135e en matière d’accès au crédit.

On note que dans tous les cas, le classement de l’Algérie est en recul par rapport à l’année 2009 alors même que les dispositions jugées généralement contraignantes de la LFC 2009 n’ont pas encore été prises en compte dans ces évaluations. Ce qui nous promet d’autres mauvaises nouvelles pour 2011.

Plus concrètement, ces travaux apportent un supplément de crédibilité aux avertissements répétés des opérateurs économiques nationaux qui ne cessent d’attirer l’attention des pouvoirs publics sur la mauvaise qualité de l’environnement économique des entreprises.

Ils soulignent l’existence d’un décalage persistant entre les nombreux effets d’annonce de l’Exécutif sur la facilitation des conditions d’investissement et une situation dégradée sur le terrain qui ne connaît pas d’évolution notable ou favorable.

Source Liberté Hassan Haddouche

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires