Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

15 novembre 2009 7 15 /11 /novembre /2009 07:07

Égypte 2 - Algérie 0 – La minute de trop dans un match stressant : La fête reportée

Il n’y a pas eu de fête à travers les rues du pays pour accueillir la qualification des Verts au Mondial sud-africain. L’équipe nationale a perdu sa rencontre face à l’Egypte au moment où personne ne s’y attendait. Il y a eu une minute de trop dans cette rencontre face à l’Egypte. Une minute qui a permis aux Egyptiens d’aller au match de barrage, alors que toute l’Algérie se préparait pour la fête. Même les feux d’artifice étaient prévus pour illuminer le ciel algérien, alors que les supporters croyaient dur comme fer que leur formation avait les deux pieds à Johannesburg. Ce n’est que partie remise, diront les uns, mais les plus avertis appréhendent ce troisième match. Il est certain que lorsqu’une équipe est à une minute de la qualification et que tout s’écroule par la suite, il devient difficile de se refaire un moral en un laps de temps aussi court.
Les Algériens, amoindris, vont faire « la belle » à Khartoum dans une rencontre qui est déjà considérée comme difficile. La précision qu’il faut ajouter, c’est que la partie sera difficile pour les deux formations. Moralement ce sont les Egyptiens qui ont une longueur d’avance dans la mesure où ils reviennent de loin. Côté motivation, ce sont les Algériens qui ont appris à ne pas baisser les bras comme ils l’ont prouvé à maintes reprises. A Khartoum, ce sont deux équipes qui vont en découdre pour une qualification qui se fait désirer. Les Algériens, très peu habitués à l’environnement soudanais, devront aussi se méfier d’un espace plutôt favorable aux Egyptiens, qui ont eu la main heureuse lors du tirage au sort qui a désigné le pays devant abriter le match de barrage. Au Caire, on ne peut pas parler de circonstances atténuantes, car la qualification nous ouvrait grands les bras. Deux erreurs, deux buts pour des Egyptiens, qui étaient loin d’être un foudre de guerre. Ce sont plutôt les Algériens qui étaient plus menaçants et qui ont raté les meilleures occasions de but.
Il est vrai maintenant que le match du Caire appartient au passé et aux spécialistes en synthèse et en statistiques de mieux nous éclairer sur cette rencontre que tout un chacun veut mettre aux oubliettes tellement cette minute de trop nous a fait mal. L’équipe nationale doit se déplacer à Khartoum dès aujourd’hui pour être dans les meilleures conditions afin d’affronter pour une troisième fois cette formation égyptienne prenable à souhait. Il suffit d’y croire ! Il faut dès lors faire confiance aux poulains de Saâdane comme cela a été le cas jusqu’à maintenant. Il serait bon de rappeler que plusieurs observateurs ne donnaient pas cher de cette composante, mais au fur et à mesure des rencontres, elle a su s’imposer. Si les Verts nous ont donné satisfaction jusque-là, il faudrait alors continuer à faire confiance à cette jeune bande de joueurs qui a fait sortir toute l’Algérie dans les rues, comme elle a su réconcilier les Algériens avec le football, avec le sport, avec leur pays tout simplement. Les scènes de liesse, qui ont suivi tout le parcours de l’équipe nationale, ne peuvent s’estomper de cette manière, sur cette déception. Promesse est faite pour faire la grande fête mercredi prochain.
Synthèse
Egypte 2 - Algérie 0
Stade du Caire (Egypte)
Affluence record, terrain en bon état, bon éclairage.
Arbitrage : Jérôme Damon, Molefe Tshotleho Enock et Malebo Toko (Afrique du Sud)
Buts : Amr Zaki (2’) et Imad Motaâb (90’+6) Egypte
Avertissements : Gaouaoui (75’) et Lemouchia (80’)
Algérie : Gaouaoui, Antar Yahia, Bouguerra, Halliche (Laifaoui 71’), Mansouri, Megheni, Matmour (Bezzaz 46’), Lemmouchia, Belhadj, Ziani, Saïfi (Ghezzal 62’) Entr. : Rabah Saâdane
Egypte : Essam El Hadary, Ahmed Hany Said, Abel Daher Essaka, Sayer Moaedh, Imad El Mohamedi, Mohamed Homas (Barakat 55’), Fethi Ahmed, Ahmed Hassan, Mohamed Aboutrika, Mohamed Zidan (Aid 77’), Amrou Zaki (Imad Motaab 65’) Entr. : Hassan Shehata
Leçons du Caire
Mon Dieu, qu’est-ce que ce fut injuste ! Ça devait être le sentiment et ressentiment de tous les Algériens hier devant cet incroyable retour de situation qui a vu les Verts stoppés net dans leur envol pour le Mondial sud-africain. Difficile de réprimer sa colère, de ruminer sa rage après ce but assassin intervenu dans les ultimes minutes du temps additionnel. C’est tellement frustrant, tellement rageant de voir ainsi la qualification à la Coupe du monde nous filer entre les doigts. Nos Fennecs auront vaillamment résisté aux assauts incessants des Pharaons dans le chaudron du Caire. Nous avons cru que nous tenions enfin cette maudite qualification et démoli moralement les protégés de Hassan Shehata. Nous pensions déjà à l’explosion de joie qui allait accompagner cet événement historique. Puis vint cette maudite erreur d’inattention pour nous rappeler qu’il ne faut jamais crier victoire avant de l’avoir. Nous sommes certes déçus, très déçus même. Mais ce ne serait qu’une partie remise.
Il était écrit quelque part que nos Verts devront suer pour obtenir leur ticket de qualification au prochain Mondial. Que les Pharaons d’Egypte tout auréolés de leurs exploits continentaux, qui ont tenu la dragée haute au Brésil de Kakà et qui ont terrassé les champions du monde italiens, méritent une seconde chance. Au regard de cet impressionnant palmarès, on mesure mieux l’exploit de notre équipe nationale. Parce qu’ en évacuant les sentiments et la déception, on pourrait dire que les Verts s’en sont tirés à bon compte quand on sait le guet-apens qui leur a été tendu à leur arrivée au Caire. Les Egyptiens qui promettaient une raclée aux Fennecs n’ont dû leur salut qu’à une bévue défensive monumentale. Le match d’hier aura prouvé, en effet, que les Pharaons sont largement à la portée des Verts. Et la note aurait même pu être salée si Saïfi était un peu plus adroit devant le but. Pour nous autres supporters des Verts, qui étions prêts à envahir nos villes et villages, nous allons juste reporter la fiesta à mercredi. Nous ne doutons guère d’une victoire au Soudan de nos courageux représentants. Ne cédons pas à la déception et à la démobilisation, car cette équipe ira en Afrique du Sud. Les plus belles victoires sont celles qui s’arrachent par la force des jarrets. Apprenons donc pour ce mercredi qu’un match n’est jamais fini avant le coup de sifflet final. Alors, toutes et tous derrière les Verts, ils sont désormais mûrs.
Source El Watan  Azeddine Hammou /
Hassan Moali
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires