Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

26 décembre 2011 1 26 /12 /décembre /2011 07:03

Il sera allé jusqu'au bout de l'année 2011. Mais à quel prix ? Le régime algérien en a-t-il pour encore longtemps ? Débat ouvert.

Bouteflika 2

 

Il y a quelques jours, le politologue algérien Rachid Tlemçani, interrogé par un confrère à propos des perspectives de réformes dans notre pays, faisait ce constat terrible suivant : "Le véritable problème, c’est que la nature du pouvoir politique en Algérie est foncièrement conservatrice et liberticide".

C’est, à peu de nuances près, l’analyse qui s’impose à tous les observateurs attentifs qui relèvent que l’attentisme, les improvisations algériennes et les provocations-régressions contre les libertés publiques peuvent enfanter à tout moment un cauchemar semblable à celui des années 1990.

Abdelaziz Rahabi résume lucidement la posture actuelle de ceux qui nous tiennent lieu de gouvernants : "Le régime a toujours une lecture sécuritaire des mouvements sociaux. Nous n’avons pas compris qu’il y a une accélération de l’histoire".

L’aspect le plus dramatique est dans le fait que l’Algérie de décembre 2011 semble frappée simultanément de deux pannes : sur le plan interne les seules réponses sont la carotte ou le bâton et sur le plan externe la honte n’a d’égale que le ridicule.

Source Le Matin – DZ Bachir Dahak

Docteur en droit - Président de Somis

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires