Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

23 avril 2013 2 23 /04 /avril /2013 17:07

Justice, Santé, Education, université, assurances, boulangers…

greve_algerie.jpg

 

Le front social est au summum de sa colère et s'insurge contre des conditions de travail et de vie insoutenables.

La contestation frappe et plonge plusieurs secteurs dans la paralysie. Une situation qui semble échapper à un gouvernement qui tarde à rétablir l'ordre.

La vague de contestation qui a fortement secoué l’Algérie en 2011 parallèlement aux printemps arabes, reprend de plus belle en ce printemps après une halte observée l’année dernière. La protestation bat son plein en ces jours et ne laisse aucun secteur ni région à l’abri. Rien que pour cette semaine, pas moins de six secteurs ont été paralysés par des grèves et des rassemblements. L’Enseignement supérieur, l’Education, la Santé, la Justice, les assurances, les boulangers, l’emploi, l’Habitat sont autant de secteurs touchés par la contestation. Même les employés du consulat général de France ont rejoint les rangs des protestataires. Dans la Justice, ce sont toutes les audiences pénales et criminelles devant se dérouler au siège de la cour d’Alger qui sont renvoyées à des dates ultérieures, suite au boycott des avocats du barreau d’Alger. Les robes noires ont en effet, observé dimanche une journée de protestation pour dénoncer l’incident qui a eu lieu au tribunal criminel d’Alger entre le premier responsable du barreau d’Alger, Abdelmadjid Selini, et le juge Hellali Tayeb. A travers cette action, les avocats s’insurgent également contre «les multiples formes d’atteinte au droit de la défense». Selon le président du Conseil de l’ordre du bureau d’Alger Abdelmajid Sellini «la radicalisation de ce mouvement n’est pas à écarter» vu «la dégradation des conditions des droits de la défense ainsi que des graves dérives dans l’exercice judiciaire constatées quotidiennement dans les différentes institutions judiciaires». Pour la Santé, ce sont les praticiens de la santé publique qui observent une grève de trois jours depuis hier. Selon le Syndicat national des praticiens de la santé publique (SNPSP) l’appel à la grève a eu un écho favorable auprès de cette corporation avec un taux de suivi de 75% à l’échelle nationale. tandis que les patients continuent à payer les frais de la paralysie et gestion catastrophique de la santé  et les grévistes, eux, préfèrent lutter pour faire aboutir leurs droits socioprofessionnels. Ils réclament notamment, l’amendement du statut particulier concernant une dizaine d’articles, dont celui lié à l’accès de près de 5 000 praticiens au grade principal. Dans le Sud, les Hauts-Plateaux et les Aurès ce sont les travailleurs de la Fonction publique qui observent cette semaine une nouvelle grève cyclique de trois jours à l’appel de six syndicats autonomes représentant les différents secteurs de la Fonction publique. Les meneurs de ce mouvement exigent des réponses officielles quant à l’actualisation des indemnités de poste et de zone avec effet rétroactif au profit des personnels de ces régions. Du côté de l’Enseignement supérieur, ce sont les corps communs qui observent cette semaine une grève de 5 jours pour réclamer la révision du statut particulier des corps communs, des corps spécifiques et techniques et la titularisation des agents contractuels. Les enseignants de l’Ecole nationale supérieure agronomique (ENSA) ont par ailleurs observé, hier, un rassemblement pour dénoncer la mauvaise gestion de l’Ecole par l’actuelle directrice. Les boulangers ne sont pas en reste, ils observent aujourd’hui une grève nationale pour exiger une subvention plus avantageuse sur le prix de la farine, entre autres. 

Source Le Jour d’Algérie Yasmine Ayadi

Le Pèlerin

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

A
<br /> depuis 50 ans ,nous essayons de traverser le Sahara avec des roues carrés mais il semble que cela patineNous voulons des roues  rondes peut etre que l'on y arrivera.Salut<br />
Répondre
L
<br /> <br /> Salut Azeddine<br /> <br /> <br /> Et oui pourquoi faire simple lorsque l’on peut faire compliqué<br /> <br /> <br /> Je compatis car vous avez du pain sur la planche<br /> <br /> <br /> Je vous souhaite bonne chance<br /> <br /> <br /> Cordialement,<br /> <br /> <br /> Le Pèlerin<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br />