Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

18 juillet 2013 4 18 /07 /juillet /2013 23:48

La lutte anticorruption commence par la déclaration de patrimoine

corruption 2 

 

La déclaration de patrimoine contribue de façon directe et légitime à réprimer la corruption et le détournement de deniers publics, compte tenu des scandales de corruption en série qui ont éclaboussé Sonatrach.

L’Algérie vient d’adhérer officiellement au groupe Egmont, un forum mondial d’échange pour les cellules de renseignement financier. Ainsi, notre pays est désormais le 139e membre du groupe Egmont qui œuvre, depuis 1995, pour l’amélioration de la coopération internationale dans la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme, apprend-on auprès du ministère des Finances. Des ministres, députés, sénateurs, maires, administrateurs... tous concernés par la publication de leur patrimoine, mais en Algérie cette pratique, obligatoire dans plusieurs pays, est loin d’être appliquée, bien qu’instituée pour la première en 1997. Que doivent déclarer les élus, par exemple, et pourquoi faire ? Autant de questions posées et qui ont trait à la lutte contre la fraude et la corruption qui commence souvent par la déclaration de patrimoine des personnes publiques. En février dernier, le président de la Cellule de Traitement du Renseignement Financier (CTRF), Abdenour Hibouche, avait informé que la cellule comptait intensifier sa coopération régionale en matière de renseignement financier. L’Algérie est déjà membre (fondateur) du GAFIMOAN (Groupe d’action financière pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord) dont la 14e réunion s’était tenue à Alger en novembre 2011. La CTRF, créée en 2002 et entrée en activité en 2005, constitue un organe spécialisé du ministère des Finances mais indépendant financièrement de sa tutelle. Le plan d’action du gouvernement, adopté en octobre 2012, a prévu de renforcer l’organisation de la CTRF pour lui permettre d’accroître son efficacité opérationnelle. La lutte contre l’argent sale est assurée en Algérie par un arsenal juridique composé notamment de la loi sur la prévention et la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme (2005 et 2012), le code pénal (2004), la loi sur la corruption (2006), celle relative à l’infraction à la réglementation des changes et des mouvements de capitaux de/et vers l’étranger (2010), la loi sur la monnaie et le crédit (2010) en plus des règlements de la Banque d’Algérie (2005, 2011 et 2012). Notons par ailleurs que la déclaration de patrimoine est une procédure obligatoire à toute personne investie de charge publique.

Le premier haut responsable à avoir établi l’inventaire de ses biens dans le but de le rendre public était Liamine Zeroual qui s’est soumis de son propre chef à cette obligation dès son élection en 1995. Si nos ministres ne sont pas dans la réalité soumis à l’obligation de déclaration de patrimoine, les élus en sont également et de fait épargnés. Pour preuve, les députés de l’actuelle législature, la septième, ne s’y appliquent toujours pas. Les déclarations de patrimoine de l’ensemble des élus nationaux n’ont toujours pas été publiées au «Journal officiel» tel que l’impose la loi. Pourtant, le texte de loi, on ne peut mieux clair, s’inscrit dans le cadre de la prévention et de la lutte contre la corruption. La loi n° 06-01 relative à la prévention et la lutte contre la corruption  prévoit dans son article 4 qu’«il est fait obligation de déclaration de patrimoine aux agents publics en vue de garantir la transparence de la vie politique et administrative […]. L’agent public souscrit la déclaration de patrimoine dans le mois qui suit sa date d’installation ou celle de l’exercice de son mandat électif». Mais au-delà des mécanismes réglementaires et répressifs, la voie de la transparence est la mieux indiquée en adoptant la déclaration obligatoire de patrimoine des personnes publiques.     

Source Le Jour d’Algérie Yazid Madi

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires