Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

4 mai 2011 3 04 /05 /mai /2011 14:16

Énergie nucléaire en Algérie : l’arbre qui cache la forêt ?

r-acteur-nucl-aire-2.jpg 

Depuis l’accident de niveau 7 survenu à Fukushima le 12 mars 2011, de même niveau que celui de Tchernobyl, la place et le développement de l’électronucléaire dans l’offre énergétique sont réapparus dans le débat public. Partout dans le monde, notamment en Algérie. Mon propos dans cette chronique est de mettre seulement en perspective pour mon pays, quelques éléments importants de cette problématique.
Pour ce faire, j’essayerai de répondre à trois questions. D’abord, a-t-on les capacités d’exploiter en toute sécurité des centrales nucléaires comme nous le faisons depuis quelques décennies pour des installations de gaz naturel liquéfié (GNL) ou celles des modules de traitement de gaz?  Ensuite pourra-t-on gérer un accident majeur s’il venait à se produire à l’instar, à une échelle plus réduite, de celui de l’explosion du train de GNL de Skikda il y a quelques années ? Enfin en termes de disponibilité et d’affectation de ressources financières, technologiques et humaines pourra-t-on s’engager avec succès sur trois fronts majeurs : celui de l’énergie solaire, celui des énergies carbonées y compris la production de gaz de schistes et celui de l’énergie nucléaire ?
Pour la première question rappelons quelques faits survenus dans le monde et en Algérie. L’échelle Ines de classement des incidents nucléaires compte sept niveaux en partant du niveau 1 portant sur des défaillances dans le respect des règles de sûreté. À tire d’illustration le faible rejet de radioéléments et les dégâts sur le cœur du réacteur de la centrale française de St Laurent des Eaux, survenus le 13 mars 1980, ont été considérés comme accident de niveau 4. L’incident survenu dans la centrale américaine de Three Island le 28 mars 1979 ayant entraîné de graves dommages sur le réacteur et un rejet limité de substances radioactives a été classé de niveau 5. Enfin l’accident qui s’était produit le 29 septembre 1957 sur la centrale russe de Kyshtm avait été classé de niveau 6.
 En Algérie il n’y a pas de centrales nucléaires hormis deux installations expérimentales de recherche (Daria et Aïn- Oussera). Cependant l’opinion publique algérienne garde dans sa mémoire deux exemples des effets dévastateurs du nucléaire : d’abord celui historique des essais atomiques français dans le Sahara qui continuent encore de produire des conséquences  négatives sur les populations et les territoires contaminés. À un degré moindre celui de l’accident de Sétif survenu dans la décennie 1970, suite à un vol de stylos radioactifs à usage industriel, utilisés pour le contrôle des soudures de pipelines. Cet accident a entraîné l’irradiation des citoyens, notamment des écoliers. C’est d’ailleurs à la suite de cet incident  qu’a été mise en place la réglementation algérienne en matière d’utilisation, de stockage et de transport de matériel ou de substances radioactives.
Emettons l’hypothèse que l’on s‘engage malgré tout dans la réalisation d’une ou plusieurs centrales nucléaires avec l’idée d’en confier l’exploitation à des opérateurs spécialisés internationaux puisqu’on le fait déjà pour la gestion de l’eau et les aéroports. Dans ce cas le choix des sites poserait déjà problème : le littoral à sismicité non négligeable devra être évité  et les hauts plateaux et le grand sud ne disposent pas de quantités suffisantes d’eau nécessaires pour les opérations de refroidissement. La deuxième contrainte porterait dans nos capacités à traiter les déchets radioactifs alors que nous avons du mal à recycler les sachets en plastiques et les ordures ménagères. Pour être plus sérieux, cette question est un des gros problèmes non définitivement résolus par les opérateurs de centrales nucléaires, y compris dans les pays développés. Enfin il y a la question du coût de démantèlement des installations obsolètes ou à technologies dépassées, renvoyées assez souvent aux futures générations en termes de risques et de coûts.
Ne lâchons  dons pas la proie pour l’ombre et recentrons nous sur ce que nous pouvons faire en matière de mix énergétique. C’est déjà un grand défi car le recours à l’énergie nucléaire ne devrait pas être l’arbre qui nous cache la forêt. Je vois déjà dans notre panier énergétique deux contraintes majeures à gérer. La première concerne les ressources gazières et la seconde est relative à l’énergie solaire. S’agissant des ressources gazières classiques, il faudra à l’évidence exploiter plus rationnellement les gisements gaziers y compris celui de Hassi Rmel qui a été trop fortement sollicité. Pour les gaz de schistes des mouvements de citoyens et des courants d’opinions en Amérique du Nord et en Europe, nous rappellent les dangers que font  courir sur l’environnement les techniques actuelles de leur production. Il s’agit en l’occurrence de l’injection à haute pression d’eau mélangée à du sable et à des produits chimiques toxiques pour fracturer la roche et libérer ainsi le gaz. Le risque encouru est celui de polluer les sols et les nappes phréatiques. L’Algérie qui dispose d’un potentiel important de réserves de gaz de  schistes se prépare pour en produire. Ainsi la Sonatrach a signé en avril 2011 un accord avec l’ENI pour une étude de faisabilité technico-commerciale en matière de production, d’exploitation des gaz de schistes. Mais on ne peut pas être à la fois client et fournisseur et les conclusions de cette étude sont déjà connues. C’est pour cela qu’il faudra s’en tenir aux dispositions strictes de la loi sur les hydrocarbures. Son article 18 fait obligation aux opérateurs concernés de “préparer et soumettre à l’Autorité de régulation des hydrocarbures une étude d’impact environnemental et un plan de gestion de l’environnement comprenant obligatoirement la description des mesures de prévention et de gestion des risques environnementaux associés aux dites activités”. Pour la deuxième contrainte relative à l’énergie solaire c’est la construction d’une nouvelle industrie dont il s’agit. Cela exigera une mobilisation de ressources humaines, technologiques et financières sans précédent dans le pays.
Pour conclure, j’estime qu’il sera très difficile de s’engager avec des chances de succès, sur ces trois front, sachant qu’en près d’un demi siècle nous n’avons même pas été capables de construire une pétrochimie et une industrie de biens d’équipements pétroliers.

Source Liberté Mustapha Mekideche

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires