Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

21 avril 2011 4 21 /04 /avril /2011 15:22

 Marché du gaz: L’Algérie couvre 37% des besoins de l’Afrique

gaz arzew

 

L’Algérie est l’un des plus grands fournisseurs de gaz de l’Afrique. Elle couvre, en effet, les 37, 67% de la demande du continent noir. Cette fourniture en énergie devrait cependant connaître une légère baisse à l’horizon 2015 pour atteindre 36,74%, selon le dernier rapport du Business Monitor International (BMI) sur le secteur des hydrocarbures en Algérie.

Les besoins pétroliers de l’Algérie s’élèveront dans quatre ans à 9,31%, alors que le pays fournira près de 17% des besoins de l’Afrique. L’Algérie qui, selon BMI, aura une croissance économique annuelle de 4,1% en moyenne entre 2010 et 2015, verra sa demande passer de 343.000 barils/ jour en 2010 à 417.000b/j en 2015, soit une hausse de 4% par an.

BMI précise que la part de la compagnie pétrolière nationale Sonatrach, qui opère en partenariat avec de grandes compagnes étrangères, domine l’industrie des hydrocarbures avec une part de 60% de la production totale du pays. Les investissements dans ce secteur devraient permettre à la production de pétrole et de gaz liquides appelée à dépasser les 2 millions de barils/jour contre 1,83 b/j en 2010 et les exportations seront d’un peu moins 1,6 millions b/j.

BMI relève cependant que les quotas imposés par l’organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) représente un frein à l’augmentation des exportations et par ricochet de la production même si ces quotas ne sont pas respectés par les pays concernés, ce qui est souvent le cas. Les ambitions de l’Algérie sont en effet très grandes dans ce domaine qui représente la principale source de revenus du pays.

L’Algérie devrait tout de même voir sa production de gaz, qui s’est établie en 2010 à 82 milliards de mètres cubes, atteindre en 2015 quelques 118 milliards de mètres cubes dont 35 milliards de mètres cubes seront consommés par le marché local alors que 83 milliards de mètres cubes seront exportés.

Selon les prévisions de BMI, la production de pétrole et de gaz liquides connaîtra une hausse substantielle (+31,5%) entre 2010 et 2020 pour atteindre 2,4 millions de barils par jour. La consommation de pétrole durant la même période enregistrera également une augmentation de près de 48% pour atteindre 507.000 barils par jour dans moins de dix ans.

Quant à la production de gaz, elle passera à 140 milliards de mètres cubes et sera accompagnée d’une hausse de la demande de 65,9% entre 2010 et 2020. Cette tendance haussière est valable également pour les exportations qui passeront de 54,7 milliards de mètres cubes à 94,7 milliards de mètres cubes sous forme de gaz naturel liquéfié (GNL).

L’Algérie est à la 15ème position en termes de réserves de pétrole et couvre 13% des importations de gaz de l’Europe. De nombreuses entreprises étrangères sont présentes en Algérie dans le secteur de l’énergie dont les plus prestigieuses sont BP, Amerada Hess, Statoil, Anadarko Petroleum Corp, Repsol, Total et Gazprom.

La moitié du domaine minier algérien, d’une superficie de plus de 1,5 million de km², est encore inexplorée et le nombre de puits forés par 10.000 km² est de 9, alors que la moyenne mondiale est de 100 puits pour 10.000 m².

Source Le Financier Yasmine Idjer

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires