Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

2 novembre 2010 2 02 /11 /novembre /2010 10:22

Algérie – les données élémentaires du dossier Djezzy

djezzy-algerie.jpg

 

L'action d'Orascom Telecom Holding, le groupe du milliardaire Naguib Sawiris, est au plus bas depuis 19 mois, traînant dans son sillage la Bourse égyptienne. En cause, son problème «Djezzy», sa filiale la plus rentable sur laquelle le gouvernement algérien a annoncé qu'il exercera son droit de préemption.

Les efforts de communications de Sawiris et sa tentative, jugée «habile», d'implication des Russes de VimpleCom dans les négociations avec Alger, se heurtent à une fermeté non démentie du gouvernement algérien. Des analystes, à l'évidence trop crédules, ont vite décrété que les autorités algériennes étaient en «difficulté» avec l'irruption des Russes dans le débat. Comme si le Kremlin allait accepter de risquer des relations avec l'Algérie, déjà fructueuses et qui peuvent l'être encore davantage, pour les beaux yeux des dirigeants de VimpleCom et de Sawiris. Dans ce feuilleton Sawiris-Algérie qui passionne beaucoup d'observateurs, ceux qui ont quasiment décrété la victoire du «milliardaire égyptien» dégainant son «arme russe» ont oublié un important épisode. Celui de la mise en garde, par des voies diplomatiques et par voie directe, adressée par Alger au groupe sud-africain MTN : Djezzy, la filiale la plus rentable d'Orascom, ne fera pas partie du lot. Ni VimpleCom ni le gouvernement russe n'ignoraient cet avertissement adressé à une entreprise d'un pays qui entretient des relations chaleureuses avec l'Algérie. Personne n'aurait d'ailleurs compris que l'Algérie puisse accepter qu'une entreprise russe rentre là où une entreprise sud-africaine a été dissuadée. De ce point de vue, Sawiris, censé avoir acquis suffisamment de «connaissance» de ses vis-à-vis algériens, a été aussi plutôt malhabile. L'arme russe est inopérante. Et d'ailleurs, devant la fermeté de l'Etat algérien, ce sont les autres actionnaires qui émettent des doutes et des réserves sur l'opportunité de mener à son terme la transaction avec Orascom Telecom. Il y a bien sûr des batailles juridiques qui peuvent être menées par l'opérateur égyptien, mais choisir d'engager le bras de fer avec un Etat est très risqué. Les gains médiatiques obtenus à travers l'instauration de l'image d'un entrepreneur qui «réussit» et qui serait «brimé» et «jalousé» par un Etat n'empêchent pas une dépréciation de la valeur de l'action. Et une méfiance très claire des investisseurs à l'égard d'Orascom Telecom. Ceux-là raisonnent en fonction de leur intérêt et non en termes de sympathie ou d'antipathie pour l'un ou l'autre des protagonistes et font des constats simples.

Dans le bras de fer entre l'Etat algérien et Sawiris, le premier n'est pas démuni. Il peut – ce qu'il fait d'ailleurs réviser de manière scrupuleuse les comptes de Djezzy et lui exiger de se mettre en conformité avec la loi et le fisc. Mais surtout, un Etat peut se donner un temps qui n'est pas celui d'une entreprise. A trop manœuvrer, Naguib Sawiris a oublié des données élémentaires. Que les investisseurs n'oublient pas. Au demeurant, les «malheurs» présumés de Naguib Sawiris, qui n'a rien d'un ange et qui est plus un spéculateur qu'un investisseur, n'inspirent aucune compassion. Ce que l'on regretterait plutôt est que la rigueur de la loi et du fisc ne s'applique à lui qu'après le coup des cimenteries.

Source Le Quotidien d’Oran M. Saâdoune

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires