Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

27 novembre 2013 3 27 /11 /novembre /2013 10:42
L’Algérie retire le mandat d’arrêt international contre Chakib Khelil
Chakib Khelil 
Nous apprenons de bonne source diplomatique occidentale que l’Algérie a retiré le mandat d’arrêt international contre l’ancien ministre de l’Énergie et des Mines, Chakib Khelil. C’est la direction générale de la sûreté nationale (DGSN) qui a fait savoir aux polices mondiales la suspension (voire l’annulation) de ce mandat lancé en août dernier.
Rappelons qu’un député algérien avait récemment interpellé le gouvernement sur «le vice de procédure» constaté dans le mandat d’arrêt international lancé contre l’ancien ministre de l’Énergie, ce qui «a rendu impossible son application». Selon cet élu, le lancement du mandat d’arrêt international devait être fait par le président de la cour suprême et non par le parquet, du fait du statut particulier des justiciables Chakib Khelil aux termes l’article 573 du Code de procédure pénale. Le gouvernement a refusé de répondre à cette question qui a été retirée de l’agenda de l’assemblée.
Le 12 août dernier, rappelons-le, le procureur général de la cour d’Alger, Belkacem Zeghmati, avait annoncé à la presse que l’Algérie venait de lancer un mandat d’arrêt international contre l’ancien ministre de l’Énergie et des Mines, Chakib Khelil, sa femme, ses deux enfants et Farid Bedjaoui, principal intermédiaire dans l’affaire des pots-de-vin versés par la société italienne Saipem pour décrocher des contrats juteux dans les hydrocarbures en Algérie. Pour différents délits liés à des pots-de-vin et des détournements. Le procureur général avait indiqué également qu’il a été procédé au gel des avoirs de la famille Khelil et la mise sous scellés de leurs biens immobiliers. Cette décision avait été prise à la suite de l’avancée de l’enquête en Italie. Le magistrat algérien avait toutefois récusé l’idée d’une lenteur de la justice algérienne. Les juges algériens «n’ont pas attendu les italiens pour bien mener leur enquête» avaient indiqué M. Zeghmati.
Cette levée du monde de recherche contre le ministre intervient à la suite de la dissolution des services judiciaires du DRS qui avaient initié l’enquête en janvier 2010 révélé de malversations de l’ancien ministre et de son équipe.
Rappelons que Chakib Khelil est une connaissance de jeunesse de l’actuel président de la république algérienne, Abdelaziz Bouteflika. Natifs tous les deux de la ville marocaine d’Oujda, ils ont fréquenté le même lycée au milieu des années 50. C’est le président Bouteflika qui a fait appel à Monsieur Khelil en 1999, lors de son arrivée au pouvoir.
Source Le Matin-Dz L.M.
Le Pèlerin
Partager cet article
Repost0

commentaires