Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

16 janvier 2013 3 16 /01 /janvier /2013 09:29

Les raisons du soutien de l’Algérie à la France

france-algerie-copie-1

 

Le soutien de l'Algérie à l'intervention militaire française au Mali a surpris plus d'un. Mais en réalité l'évolution de la position algérienne vis-à-vis du conflit a été dictée par une nouvelle donne, à savoir l'échec du dialogue politique entre les différentes factions en présence, étant donné que le groupe Ansar Dine, que l'Algérie a tenté d'imposer comme un interlocuteur au gouvernement de Bamako, a fini par déserter la table des négociations.Volte-face aux allures de trahison.

Après près d’une année d’âpes négociations diplomatiques pour mettre fin à la crise malienne, l’option militaire a pris le dessus sur le choix politique qui est désormais renvoyé au second plan. La France enclenche une opération militaire au Nord-Mali. Suite toute logique. Le dialogue n’a pas abouti. Les efforts de l’Algérie pour amener le groupe armé Ansar Dine à prendre ses distances avec les groupes djihadistes et s’asseoir autour de la table de négociations ne semblent pas avoir été couronnés de succès. Au départ, l’Algérie a voulu jouer la carte de l’apaisement. Le 21 décembre dernier, des représentants du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) et d’Ansar Dine se sont ainsi retrouvés à Alger pour signer un accord de cessation des hostilités dans le territoire de l’Azawad, région du Nord-Mali qui a revendiqué son indépendance en avril dernier. L’accord de non-agression aura été de courte durée et la stratégie qui visait à écarter le mouvement islamiste Ansar Dine des membres d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) et du Mouvement pour l’unicité et le djihad en Afrique de l’Ouest (Mujao) a donc échoué. Ansar Dine met fin à la trêve. Des islamistes avancent vers la capitale de Bamako. La politique de dialogue prônée par Alger et mise en défaut par ce groupe armé. «Une trahison» qui l’aura convaincu de fermer sa frontière avec le Mali et d’autoriser les Rafales français à survoler le territoire algérien pour chasser les islamistes du territoire malien. Samedi, le Premier ministre Abdelmalek Sellal s’est rendu à Ghadamès (Libye) pour y rencontrer ses homologues tunisien et libyen. «Nous avons soutenu au maximum le dialogue et continuerons à le faire, mais, en cas d’atteinte à la sécurité et d’utilisation d’autres moyens, nous sommes appelés à être fermes», a-t-il prévenu. Un avertissement destiné aux islamistes d’Ansar Dine, reçus il y a encore peu à Alger dans le cadre des «négociations»prônées par la diplomatie algérienne. Dès dimanche 13 janvier au soir, alors que l’Opération Serval avait débuté depuis deux jours, Laurent Fabius annonçait que Paris travaillait désormais «avec les Algériens» et qu’Alger avait autorisé sans limite le survol de son territoire par les Rafales français. Le lendemain, le porte-parole du ministère algérien des Affaires étrangères, Amar Belani, affirmait que le ministre français des Affaires étrangères était entré en contact avec son homologue algérien, Mourad Medelci. C’est à la suite de cet appel que l’Algérie a annoncé la fermeture de sa frontière commune avec le Mali. Il faut dire que l’enjeu est de taille pour l’Algérie qui partage 1 376 kilomètres de frontière avec le Mali. Depuis le début de la crise, le gouvernement algérien craint un effet de contagion. C’est donc en connaissance de cause que l’Algérie a toujours voulu privilégier le dialogue politique entre les différentes factions en présence.

Soutenir le dialogue

L’Algérie, malgré son soutien à l’intervention militaire, n’a pas renoncé complètement à sa position doctrinale, à savoir le dialogue politique inter-ma-lien. Lors de sa déclaration, Amar Belani a rappelé l’importance de trouver «une solution politique à travers un dialogue inclusif inter-malien». Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères a également évoqué «les revendications légitimes des populations du Nord», face à leur abandon par le gouvernement de Bamako. «Ce dialogue, que l’Algérie a toujours préconisé, est incontournable pour une sortie de crise durable et définitive», a ajouté Amar Belani. Alger, pour qui le maintien de l’intégrité territoriale du Mali est «non négociable», estime légitime de recourir à la force pour combattre le terrorisme et considère que «la coopération internationale dans ce domaine reste une nécessité et une exigence», a souligné Belani. Les discussions entre le gouvernement malien et les groupes armés du nord du Mali, Ansar Dine et MNLA, qui devaient avoir lieu à Ouagadougou le 21 janvier, «ne sont plus d’actualité» après l’offensive militaire de la France, a indiqué dimanche une source proche de la présidence burkinabé.

Ouverture du ciel algérien, «une décision souveraine»

Le responsable est revenu également sur la décision d’Alger d’ouvrir son espace aérien à l’aviation française. «La décision relative à l’ouverture de l’espace aérien national se prend de manière souveraine par l’Algérie, chaque fois que nous estimons que la demande de survol est fondée sur une nécessité avérée. En l’occurrence, nous avons estimé que c’était le cas en examinant la demande française qui a été introduite et instruite selon la procédure en vigueur», a affirmé Belani. La visite de son Premier ministre été également l’occasion pour l’Algérie de réaffirmer son soutien à l’intervention militaire étrangère contre les groupes terroristes occupant le nord de ce pays «Nous avons réitéré notre position sur la légitimité du recours à la force pour l’éradication de ces fléaux et avons souligné que la coopération internationale dans ce domaine reste une nécessité et une exigence», a indiqué Amar Belani Belani. Le responsable a affirmé qu’il y a «une divergence de points de vue» pour une sortie de crise. «L’échange approfondi d’informations et d’évaluations sur la situation qui prévaut au Mali et dans la région a permis aux deux parties de dégager une convergence de vues sur les sujets ayant trait à la sortie de crise au Mali», a assuré Belani, rappelant que l’Algérie a notamment aidé «l’armée malienne dans le renforcement de ses capacités pour la lutte contre le terrorisme et le crime organisé».

Fermeture des frontières avec le Mali

L’Algérie a fermé sa frontière avec le Mali, a annoncé lundi le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Amar Belani. «Nous avons informé la partie malienne des dispositions prises pour la fermeture de la frontière, déjà sécurisée depuis les derniers évènements survenus au Mali», a indiqué Amar Belani, à l’issue de la visite en Algérie du Premier ministre malien, Diango Cissoko. Dimanche soir, le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a conseillé à Alger de fermer ses frontières avec le Mali. «Ce que nous avons à l’esprit, c’est que si les troupes africaines doivent remonter au Nord, il faudra que les Algériens ferment leurs frontières», a précisé Fabius.

11 morts, 86 blessés et les combats se poursuivent

Lancée il y a cinq jours pour con-trer l’offensive des groupes islamistes armés occupant le nord du Mali, l’armée française poursuit sa mission. Elle a mené, dans la nuit de lundi à mardi, des frappes aériennes sur la localité de Diabali (ouest du Mali) dans laquelle étaient entrés les islamistes lundi. «Des avions (français) ont mené cette nuit des frappes sur la zone de Diabali : au moins cinq islamistes ont été tués et plusieurs blessés», a indiqué une source de sécurité malienne. Un habitant d’une localité voisine a déclaré avoir vu des islamistes armés en fuite après ces frappes. Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a recensé dans les hôpitaux de Mopti et de Gao 86 personnes blessées lors des derniers combats et bombardements, a affirmé un de ses responsables, indiquant ne pas disposer de bilan sur les décès.

Hollande remercie l’Algérie et Bouteflika

Depuis la capitale des Emirats arabes unis, Abu Dhabi, où il effectuait hier une visite de travail, le président français a exprimé ses remerciements à l’Algérie pour son autorisation de survol de son espace aérien aux avions français dans le cadre de l’intervention au Mali, comme d’ailleurs la mesure de fermer ses frontières avec le Mali. «Je remercie Bouteflika pour l’autorisation de survoler l’espace aérien par les avions», dit-il. Les mêmes remerciements ont été exprimés par François Hollande à l’égard du Maroc pour avoir accepté également le survol de son territoire et de la Mauritanie pour les mesures de sécurisation de ses frontières avec le Mali, prises pour contrecarrer toute tentative d’infiltration des éléments des groupes islamistes armés.

Près de 150 000 réfugiés, 1 500 Maliens en Algérie

Le nombre de réfugiés chassés par le conflit au Mali approche les 150 000 personnes dans les pays voisins, a indiqué mardi le HCR, et le nombre de personnes déplacées dans le pays est proche de 230 000, a précisé le bureau de coordination des Affaires humanitaires de l’ONU (Ocha). Le Haut Commissariat aux réfugiés a enregistré 144 500 réfugiés en provenance du Mali, dont 54 100 en Mauritanie, 50 000 au Niger, 38 800 au Burkina Faso et 1 500 en Algérie. Par ailleurs, le Programme alimentaire mondial, qui distribue de la nourriture au Mali via plusieurs ONG, a souligné qu’il lui manque un financement de 129 millions de dollars pour répondre aux besoins. Le secrétaire général du Croissant-Rouge algérien (CRA), Lahcène Bouchakour, a affirmé hier que «le CRA a pris en charge, tant sur le plan humanitaire que celui de l’assistance médicale, les familles maliennes qui sont installées depuis plusieurs mois dans le centre d’accueil de Timiaouine à Adrar».

Source Le Jour d’Algérie Mehdi Ait Mouloud

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires