Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

19 août 2013 1 19 /08 /août /2013 11:00

«Etre sérieux», au sens «algérien» du mot!

algerie liberte-laicite

Ceci pour un peu paraphraser, comme dirait l'autre, le chef droit-de-l'hommiste, Farouk Ksentini, pour lequel «le pays a beaucoup de vices contre une seule et unique vertu» ! A commencer par cette sentence terrible: «l'Armée me parait la seule institution sérieuse dans ce pays», confessait dernièrement, avec un gros trémolo dans la voix, Farouk Ksentini, l'activiste droit-de-l'hommiste, au pays où les gens préfèrent se cramer le corps pour ne pas se brûler le cœur…

Pour le sémillant président de la CNCPPDH, seule l'ANP est «capable de protéger le texte fondateur de la RADP, dans un pays où tout le monde ne semble pas embarquer à bord
… de la même galère. Un peu comme un mufti de la République, chargé des droits de l'homme… sur terre, Farouk Ksentini est un homme qui jure par tous les dieux que seule l'Armée est une «institution extrêmement sérieuse», et donc seule capable de protéger la Constitution contre les tripatouillages de toute nature. Mais comme susurré par un internaute «paumé», «comment laisser l'Armée protéger la Constitution lorsque le président -valide- est lui-même le premier chef des forces armées ??!».

Le premier activiste droit-de-l'hommiste en Algérie déclare que «l'Algérie est un état laïc». Parlant de l'article 2 de la loi fondamentale stipulant que l'islam est la religion de l'Etat, Ksentini se dit «favorable à son maintien dans la future Constitution», mais que cela «n'empêchait pas le pays d'être un pays laïc». Il finit par confier que les «Algériens n'osent pas dire qu'ils sont laïcs, parce qu'ils confondent laïcité et athéisme
… !». Portant au pinacle le «cas d'école» turc, Ksentini pense mordicus que le «meilleur modèle» que l'Algérie serait bien inspirée de suivre, c'est celui de l'ex-Empire ottoman. Décrypté, ce message ne veut rien dire d'autre que l'Algérie doit faire comme au pays d'Atatürk : laisser tout le monde jouer dans l'armée nationale comme des fauves encagés, avec l'Armée dans le rôle de gladiateur.

Farouk Ksentini déclare, un gros trémolo dans la voix, que la peine de mort est une «délivrance». D'aucuns ne savaient pas jusque-là que la faucheuse était «quelque chose» de bien dans la vie ici-bas. Ksentini déclare que la laïcité est une «affaire de religion», rappelant cette citation de Michel Onfray selon la quelle à l'heure où se profile un ultime combat
– déjà perdu… – pour défendre les valeurs des Lumières contre les propositions magiques, il faut promouvoir une laïcité post-chrétienne, à savoir athée, militante et radicalement opposée à tout choix de société entre le judéo-christianisme occidental et l'islam qui le combat. Ni la Bible, ni le Coran ». Terrible philosophie de la vie …

Source Le Quotidien d’Oran El-Houari Dilmi
Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires