Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

15 février 2011 2 15 /02 /février /2011 05:29

«Un retour à l’Etat de droit permettra l’expression des opinions»

M.Mourad Medelci

 

La levée prochaine de l’état d’urgence signifiera un retour à l’Etat de droit qui permettra l’expression des opinions», a déclaré le ministre des Affaires étrangères, Mourad Medelci lors de son passage, hier, sur les ondes de la chaîne française Europe 1.

Enfin un membre du gouvernement qui reconnaît les lourdes conséquences de l’état d’urgence, instauré depuis février 1992, sur les libertés d’expression et les opinions en Algérie. Il s’agit là d’un aveu de taille que d’autres membres du gouvernement, en particulier Daho Ould Kablia, ministre de l’Intérieur, et Noureddine Yazid Zerhouni, vice-Premier ministre, n’ont pas eu le courage ou la volonté de faire avant lui. Tour à tour, ces derniers ont rejeté même l’idée de mettre fin à l’état d’urgence. Le 2 février dernier, soit 24 heures avant la réunion du Conseil des ministres qui a reconnu la légitimité de la revendication de l’opposition, M. Zerhouni avait affirmé que «l’état d’urgence n’a jamais été utilisé pour restreindre les libertés». Il a été désavoué le lendemain (3 février dernier) par le président Bouteflika qui a chargé le gouvernement de préparer les mesures nécessaires pour la levée de l’état d’urgence.

Celle-ci devrait intervenir, selon M. Medelci, «dans les prochains jours». «Prochainement, on en parlera au passé, mais je dis bien que la levée de l’état d’urgence interviendra dans les jours prochains», a-t-il insisté. Et d’ajouter : «Les mesures exceptionnelles, prévues par l’état d’urgence qui permet au ministre de l’Intérieur et aux walis de prendre des dispositions, pourront être levées».

Le chef de la diplomatie algérienne rappelle, dans ce sens, que la lutte contre le terrorisme «se poursuivra». «Le gouvernement algérien, sous la conduite du président Bouteflika, a ramené la paix mais n’a jamais baissé la garde contre le terrorisme», estime-t-il.

30 000 policiers pour contrer «Un mouvement minoritaire»

S’exprimant sur les dernières protestations en Algérie, notamment les deux dernières marches interdites par la police, M. Medelci juge que les organisateurs de ces actions «sont des mouvements minoritaires». «D’élection en élection, ces minorités n’ont pas amélioré leurs scores. Et je suppose que de marche en marche, elles ne feront pas mieux», a-t-il dit. Pour ces «mouvements minoritaires», les autorités ont mobilisé une armada de 30 000 policiers pour empêcher leurs marches. C’est le cas notamment pour la marche du 12 février dernier à laquelle a appelé la Coordination nationale pour le changement et la démocratie.

Mais malgré le quadrillage de la capitale, des milliers de manifestants (entre 2000 et 3000, selon les organisateurs) se sont rassemblés sur la place du 1er Mai. Selon le ministre, «les islamistes également ont montré leurs limites» dans le pays. Il n’exclut pas toutefois l’existence d’«une crainte de voir le mouvement islamiste essayer de réinvestir la rue». «Rien n’est exclu, il faut rester vigilant. Et cette vigilance, nous l’appliquons au quotidien», a-t-il conclu.  

Source El Watan Madjid Makedhi

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires