Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

11 décembre 2010 6 11 /12 /décembre /2010 06:52

Absente à la réunion de l’iccat à Paris, l’Algérie réclame son quota de thon

thonier algerien

En effet, en raison de l’absence des représentants du département de Khanafou à la réunion de la Commission internationale pour la conservation des thonidés de l’Atlantique (Iccat), celle-ci a décidé de redistribuer une grande part du quota algérien, qui était de 680 tonnes en 2010, à la Libye, la Tunisie et la Croatie, pour ne lui laisser qu’une quantité insignifiante de 138 tonnes.

Un scandale», crient les spécialistes algériens qui voient dans cette décision une flagrante injustice à l’égard de l’Algérie, qui n’a pas pu ou voulu défendre ses intérêts quand il fallait et là où il le fallait. Interpellé jeudi dernier, en marge des travaux de l’APN, M. Khanafou, ministre de la Pêche, a voulu rattraper le coup en affirmant que l’Algérie avait introduit un recours auprès de l’Iccat, pour que celle-ci lui restitue au moins le quota de l’année dernière. «Le dossier est bien ficelé. Il n’y a aucune raison pour que l’Algérie soit privée de son quota.» Le ministre a expliqué que la délégation algérienne était absente à la réunion faute de visa.

Il n’a toutefois pas précisé si les représentants de son département avaient essuyé un refus d’octroi de visa de la part du Quai d’Orsay ou est-ce d’une négligence qui a fait que son ministère n’a pas jugé utile de déposer le dossier à temps. Il s’agit d’une délégation officielle qui représente le gouvernement algérien, le refus d’octroi de visa ne peut être que politique. En tout état de cause, un représentant de l’ambassade d’Algérie à Paris a assisté aux travaux de la réunion mais n’a pu empêcher le partage du quota algérien. Pour le ministre, la décision de réduction de ce dernier a été prise après «des tractations» au sein de l’Iccat, après que celle-ci «ait constaté que nous n’avons pas pu pêcher notre quota l’année dernière». «Ils ont décidé de le réduire pour le dispatcher entre la Libye, l’Egypte, le Maroc et la Croatie», indique-t-il. Il a rappelé qu’après l’interdiction des sociétés mixtes (algéro-étrangères), les armateurs algériens vont tenter de pêcher seuls le quota de thon dans les eaux territoriales. «Nous ne disposons pas d’une flottille importante pour pêcher le thon rouge. Nous éprouvons des difficultés à exploiter par nos propres moyens la ressource.»

Pour parer à cette insuffisance, un dispositif a été mis en place dans le cadre du programme de relance à travers l’octroi «de subventions à des armateurs algériens pour l’acquisition de 15 thoniers (…) Ces armateurs avaient bénéficié d’une aide de l’Etat à hauteur de 60% pour l’acquisition de ce genre de navires (…) Des mesures seraient prises à l’encontre de ceux qui ont bénéficié de l’aide de l’Etat pour acquérir des thoniers, mais qui ne participent pas à la campagne de pêche. L’année dernière, ces thoniers n’ont pas rempli leurs engagements. Cette année, s’ils ne participent pas à la campagne, l’Etat demandera la restitution de la subvention qui leur a été accordée». Force est de constater qu’encore une fois, l’Algérie n’a pas su défendre son quota de thon qui va, malheureusement, lui «passer sous le nez», pour être pêché par d’autres pays.

Source El Watan SalimaTlemçani

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires