Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

23 mars 2012 5 23 /03 /mars /2012 17:34

L’Algérie veut mobiliser 9 milliards de m3 de ressources hydriques dans les prochaines années

le-barrage-de-boukourdane-commune-de-sidi-amar-tipaza

L’Algérie veut atteindre une capacité de mobilisation de plus de 9 milliards de mètres cubes (m3) d’eau superficielle à l’horizon2014, contre un volume actuel de près de 7,5 milliards de m3, a indiqué jeudi le ministre des Ressources en eau, M. Abdelmalek Sellal.

M. Sellal a rappelé, dans une déclaration à des journalistes en marge d’une exposition organisée à l’occasion de la célébration de la journée mondiale de l’eau, que les potentialités hydriques nationales sont de 17 milliards m3. Il a ajouté que la poursuite du programme national de réalisation de barrages devra permettre d’améliorer les capacités de mobilisation et réduire le taux de déperdition de la ressource hydrique.

Le parc national de barrages, composé actuellement de 70 infrastructures, devra être renforcé par 13 nouveaux barrages actuellement en cours de réalisation, alors que trois autres devraient être lancés prochainement, affirme le ministre.

Outre le renforcement du parc de barrages, la politique nationale de mobilisation des ressources en eau est également axée sur l’exploitation rationnelle des ressources souterraines, l’augmentation de la superficie des terres agricoles, l’optimisation de l’effort d’épuration des eaux usées et le dessalement de l’eau de mer. S’agissant de l’irrigation des terres agricoles dans le cadre de la petite et moyenne hydraulique (PMH), le ministre a relevé que la superficie irriguée est passée de 350.000 hectares en 2000 à un million d’hectares actuellement.

Dans cette optique, les pouvoirs publics ont opté pour la réduction de l’utilisation des eaux souterraines pour l’alimentation en eau potable (AEP) et orienter cette ressource pour améliorer la superficie des périmètres irrigués.

Toujours en matière de coordination avec le secteur agricole, le département des Ressources en eau s’est engagé dans une série d’actions portant notamment sur le transfert des eaux du triplex hydraulique (Bouhnifia-Fergoug-Ouizert) vers les périmètres de la wilaya de Mascara qui accuse un déficit en matière d’irrigation, alors qu’un nouveau transfert est en cours de réalisation à partir du complexe de Beni Haroun vers la wilaya d’Oum El Bouaghi par le biais du barrage de Koudiet Lemdouer pour la création d’un périmètre de 20.000 ha.

S’agissant des grands transferts dans la wilaya de Sétif, trois nouveaux barrages sont en construction dont les eaux proviennent de la wilaya de Jijel.Ils vont permettre d’irriguer 35.000 ha de terres agricoles entre El Eulma et Sétif.

Concernant la prévention contre les intempéries, une vaste opération menée par l’Office national de l’assainissement (ONA) à travers cinq grandes régions du pays vise à doter ces régions de ”task-forces” bien équipées pour intervenir en cas d’intempéries.

En parallèle, les services du ministère œuvrent en collaboration avec l’Agence spatiale algérienne (ASAL) pour la mise en place d’une cartographie nationale des régions menacées par le risque des intempéries afin de mettre en place un système national de prévention, explique M. Sellal.

Par ailleurs, le ratio national actuel de distribution de l’eau par habitant et par an est de 600 m3, un niveau inférieur au seuil de rareté fixé par la Banque mondiale à 1.000 m3 par an, alors que la dotation quotidienne par habitant est passée de 123 litres en 1999 à 170 litres actuellement, selon les chiffres du ministère des Ressources en eau.

Source Algérie 360

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires