Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

5 septembre 2012 3 05 /09 /septembre /2012 05:44
Abdelmalek Sellal avait dénoncé la mafia à partir de Washington
Que fera t-il face à eux ?
Abdelmalek Sellal
Pressenti, selon des indiscrétions de coulisses, depuis avril 2012 pour être à la tête du gouvernement afin de conduire les législatives, Sellal est enfin l’atout du Président pour inaugurer la rentrée politique.
Le nouveau Premier ministre a promis, dans sa toute première déclaration à l’agence de presse algérienne, lors de la passation de pouvoirs, que sa première mission était l’exécution de la feuille de route du Président : poursuivre les réformes, offrir au peuple algérien la Constitution qui sied aux exigences de l’heure, et combattre les «rapaces» qui ont fait des failles de la loi sur l’investissement étranger une vulnérabilité qui profite aux rentiers.
Les ressources de l’ex-ministre sauront-elles faire barrage à ces derniers ? Abdelmalek Sellal, le sympathique ministre des Ressources en eau gardera-t-il, en tant que co-patron de l’Exécutif, son sens de la critique et son franc-parler face à la maffia en passe de régenter définitivement les affaires de la république algérienne ?
La nomination d’Abdelmalek Sellal ministre des Ressources en eau à la tête du premier ministère n’a pas été une grande surprise pour la plupart des observateurs et des citoyens qui ont eu à lire dans la presse pareille hypothèse depuis des mois déjà. Pas d’effet spécial donc par cette rupture avec la gestion Ouyahia de la république, puisqu’il s’agit d’un des acteurs du gouvernement sortant qui prend la relève.
On aura aussi remarqué que le charismatique Sellal a choisi de rester humble lors de sa première intervention publique à son nouveau poste de responsabilité. Il limite pour l’instant ses ambitions de co-patron de l’Exécutif avec le président de la République à l’application du programme de ce dernier et à la mise en oeuvre des réformes annoncées.
Pourtant, pour ceux qui connaissent un peu le personnage, son passage aux différents échelons du pouvoir central, il est difficile de croire à une gouvernance pâlichonne de la part de cet homme de terrain plusieurs fois wali dans les quatre coins du pays, plusieurs fois ministre aussi et, comme on le rappelle, homme de confiance d’Abdelaziz Bouteflika. Par ailleurs, ceux qui l’ont approché savent qu’il n’a pas la langue dans sa poche et ose parfois dire tout haut ce que ses collègues au même rang de responsabilité peuvent penser tout bas.
De nombreux journalistes reconnaissent en aparté qu’il fait bande à part en matière de communication non seulement par son humour– un peu tactique et immanent à sa bonhommie– mais aussi en raison de sa disponibilité à répondre aux questions sans tabou et sans protocole lors de ses sorties sur le terrain, notamment.
De plus, son travail de proximité et de suivi des projets ont répandu l’idée générale que son secteur a plutôt prouvé de vraies performances malgré les robinets secs de l’été qui s’achève comme l’ont fait remarquer de nombreux commentaires.
On apprécie aussi qu’aucun scandale financier majeur n’ait éclaté au niveau des départements sous sa tutelle. Assumer le discours de Washington Cependant, plus politique que ces éléments superficiels d’identification de l’homme d’Etat, il est une petite phrase surprenante qui sonne comme un lapsus révélateur à l’instar de celle lâchée lors d’une allocution qu’il a tenue en octobre 2010 à l’occasion d’un voyage aux Etats-Unis : «Nous avons ouvert les portes aux investisseurs étrangers et des truands sont entrés…» a-t-il déclaré sur fond de scandales financiers en Algérie, de polémiques sur les partenariats controversés.
A signaler, par exemple, l’affaire Sonatrach ou le cas d’Arcelor Mittal, le géant indien partenaire majoritaire par rapport à Sider et qui s’est emparé de l’outil de production d’El-Hadjar à Annaba dans le domaine de la sidérurgie sans investir comme il l’avait promis et en compromettant l’avenir de ce qui fut le fleuron de «l’industrie industrialisante» d’une époque révolue. Un tel coup de gueule à partir de Washington, au pays de la libre entreprise sacralisée, n’est pas anodin.
On se souvient qu’une délégation politique du sud-est de la France s’était déplacée à Algerà ma fin de 2009 pour tenter d’infléchir la loi de finance algérienne qui limitait les importations au point d’asphyxier le port autonome de Marseille et que l’introduction du CREDOC suscitait moult opérations de lobbying interne et externe pour que les gouvernants reviennent sur les orientations protectionnistes de la politique économique de l’heure.
Dans ce contexte, le ministre des Ressources en eau dépassait allègrement ses habituelles projections ou satisfecit sur la réalisation d’un barrage ou d’une station d’épuration… Parce que le mot «truand» n’appartient pas à la langue de bois usitée dans le langage diplomatique et que ces truands étrangers ont forcément bénéficié de la complicité de truands nationaux dans leur entreprise contre les intérêts de l’Algérie.
La petite phrase de Sellal prendra tout son sens, sans qu’on la rappelle à la mémoire des Algériens, quand Ahmed Ouyahia évoquera plus tard «les barons de l’informel » qui dictent leur loi aux institutions.
Doit-on espérer une miraculeuse lutte contre ces barons de la part d’un ministre qu’on aurait choisi à El Mouradia et au niveau des différents centres de décision du pays – pour sa «neutralité» politique dans la guerre de chapelles et de clans qui s’intensifie à la veille des élections locales et en prévision de 2014?
Il faudra chercher la réponse dans les premières grandes décisions du nouveau Premier ministre condamné à assumer son discours de Washington au palais du gouvernement à Alger. Au moment où la représentante partante de l’Union européenne reproche encore à l’Algérie de ne pas encourager assez les IDE, les investissements directs étrangers.
Source presse-dz.com
Le Pèlerin
Partager cet article
Repost0

commentaires