Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

Archives

14 juillet 2010 3 14 /07 /juillet /2010 16:00

Cap sur l’avenir

alsat-2A.jpg

 

L’Algérie poursuit son programme spatial en lançant son deuxième satellite, Alsat 2A, à partir d’une base de lancement indienne. Ce nouveau satellite, conçu grâce à une collaboration avec EADS, devrait permettre l’observation de la terre. Après avoir lancé, en collaboration avec les Anglais, Alsat 1, pour l’observation des catastrophes naturelles, l’Algérie semble décidée à poursuivre son programme spatial en se dotant d’une constellation satellitaire lui permettant d’être mieux dotée, notamment en ce qui concerne les télécommunications, et est donc d’être en phase avec son époque.
Outre l’Angleterre, les USA et l’Inde, l’Algérie devrait élargir sa coopération à la Russie, pays ayant une longue expérience en matière de technologie spatiale. Les premières images de ce nouveau satellite devraient parvenir à l’agence spatiale algérienne dans les tout prochains jours,
selon son directeur, Azzeddine Oussedik, qui intervenait hier sur les ondes de la Radio nationale.
Ce satellite, d’une résolution plus haute que son prédécesseur, devrait permettre, selon M. Oussedik, d’observer au mieux les ports, les aéroports, mais surtout le suivi des grands projets, les plans urbanistiques des grandes villes, mais aussi réguler les plans de circulation automobile. Autant de possibilités qui devraient permettre à l’Algérie de mieux gérer ses infrastructures de base et mieux cerner l’évolution urbanistique des grandes villes. Des conventions ont déjà été signées entre l’agence spatiale et plusieurs organismes étatiques, notamment ceux du cadastre et des ressources en eau. Des cartes de zones à risques sismiques sont en cours d’élaboration, ainsi que des cartes de zones inondables afin d’éviter, à l’avenir, d’y construire. Évidemment, ces avancées technologiques de l’Algérie sont suivies de près par le voisin marocain, qui y voit une menace sur sa sécurité intérieure.
Ce n’est pas nouveau et ce n’est pas surprenant, d’autant plus que d’autres pays ont déjà exprimé leurs inquiétudes de voir des satellites au-dessus de leurs têtes. Mais est-ce, pour autant, une raison pour crier à l’espionnage ? Cela prête à rire, sachant que l’atmosphère regorge de constellations satellitaires au point où un enfant de 6 ans peut facilement se balader, via satellite dans les rues de Casablanca ou connaître la densité du trafic routier autour de Marrakech ou même vérifier si les palais de sa Majesté connaissent de l’affluence. Les moteurs de recherche offrent des possibilités incommensurables pour faire de ce monde un véritable petit village.
Alors, les velléités guerrières, d’un autre âge, n’ont plus droit de citer par les temps qui courent et, au lieu de fustiger le voisin qui tente de s’arrimer à la modernité, mieux vaudrait faire comme lui, ou se taire, pour ne pas se couvrir de ridicule.

Source Liberté Azzeddine Bensouiah

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires