Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

25 novembre 2012 7 25 /11 /novembre /2012 08:31

Algérie - Faut-il aller à l'OMC ?

OMC

 

Le troisième millénaire, dont nous vivons le début de la deuxième décennie, a induit des bouleversements géostratégiques considérables dans le monde et des avancées technologiques que personne, en vérité, n'imaginait il y a un quart de siècle. Ces avancées ne se sont pas cependant réalisées sans perturbation sur les donnes sociétales de nombreux pays. La «globalisation» a, en fait, uniformisé - ou tend à uniformiser- le monde dans le même moule. C'est surtout vrai dans les secteurs de l'industrie et du commerce où les monopoles et les concentrations laissent peu de place aux initiatives nationales. C'est dans cette optique qu'il faut sans doute situer la question de l'adhésion de l'Algérie à l'Organisation mondiale du commerce (OMC). En fait, la question qui se pose, que nous devons poser, est simple: l'Algérie est-elle prête et dispose-t-elle de suffisamment d'atouts pour un tel saut alors qu'elle ne possède pas l'infrastructure industrielle et commerciale propres à lui permettre d'avoir, un tant soit peu, son mot à dire? Soyons sincères avec nous-mêmes, un pays qui importe 100% de ses besoins industriels - l'embryon de l'industrie nationale mise en place aux premières années de l'indépendance est aujourd'hui obsolète et ne répond plus aux exigences de développement du pays - dépend à près de 90% des importations pour ses besoins alimentaires - dans les années 1960/1970, l'Algérie exportait certains produits agricoles - ne produit que 20% de ses besoins en médicaments, peut-il raisonnablement adhérer à une institution - dont l'objectif est d'inciter au commerce sans entraves douanières ou autres - dont la résultante est l'ouverture des vannes à l'importation tous azimuts achevant de mettre un terme à toute velléité d'indépendance alimentaire et industrielle. Certes, l'Algérie a entamé lors des deux dernières décennies une série de réformes qui auraient dû permettre au pays de se doter d'un tissu industriel et commercial suffisamment cohérent pour résister aux multinationales qui monopolisent le commerce et l'industrie internationaux. Peut-on affirmer alors que le pays est dépourvu de cette garantie industrielle et commerciale (au moment où les grossistes et autres importateurs imposent leur diktat, l'informel phagocyte les initiatives, le montage industriel, qui ne crée pas de plus-value, tue les PMI-PME) qu'une ouverture totale du marché algérien - le démantèlement douanier est l'une des exigences de l'OMC - serait sans danger pour l'Algérie? Or, les réformes entreprises, il faut bien le relever, s'accomplissent en dents de scie - comme en témoignent les difficultés à privatiser les sociétés algériennes qui n'attirent ni les entrepreneurs algériens ni les hommes d'affaires étrangers - et ont ouvert en revanche la voie à la corruption et à un marché informel sans limite. Un marché informel qui, quel paradoxe - (c'est M. Ould Kablia, ministre de l'Intérieur, qui l'affirme) comble un besoin: celui de l'échange de devises en l'absence d'un mécanisme national adéquat. Voilà, pourquoi les «cambistes» du square Port- Saïd seraient actuellement utiles. Or, cette situation dommageable pour l'économie nationale a été rendue possible, du fait des ambiguïtés entourant les privatisations et les demi-mesures qui ont accompagné la mise en place d'une économie de marché qui permette au pays de défendre son indépendance économique, faire des échanges profitables pour notre industrialisation et notre économie comme de résister à la déferlante qu'a induit l'ouverture sauvage du marché algérien. Cela était nécessaire du fait que les conditions d'adhésion à l'Organisation mondiale du commerce risquaient de bouleverser le paysage commercial et économique national. Dès lors, la question reste posée: sommes-nous prêts à ce bond qualitatif alors que nous ne maîtrisons pas les règles de l'économie de marché dans laquelle notre pays est entrée quelque peu à la hussarde avec une libéralisation sauvage sans règles ni garde- fous, après des années d'économie planifiée et de monopole de l'Etat? Aussi, on risque de vérifier à nos dépens le fait que quand le moment était venu de passer à l'action nous n'étions pas prêts. Ce qui pend au nez de l'Algérie si elle rejoint l'OMC sans véritable préparation et autres indispensables précautions

Source L’Expression N. Krim

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires