Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

25 octobre 2010 1 25 /10 /octobre /2010 08:09

Algérie - «Moderniser d’abord notre administration»

administration-algerienne.jpg

  

Les députés tout en reconnaissant que le programme du gouvernement  a permis de notables avancées en matière de développement, ont pointé du doigt des insuffisances et des incohérences. Il y a «une avancée qualitative», dira Graoui Abdenour du FLN et «le gouvernement a réalisé un miracle en rétablissant la paix et un développement équilibré», ajoutera  Bensalem Belkacem du RND. Ainsi, Mme Chelouche du FLN a souligné la nécessité  de conforter les droits politiques des femmes qui restent insuffisants.  Evoquant la justice, l’élu dira que «si des progrès ont été réalisés  en matière de salaires pour les  juges, les greffiers qui restent un maillon essentiel sont quelque peu marginalisés».La tonalité la plus critique est venue surtout des députés du FLN qui dissociaient la paternité du programme et l’action de l’exécutif.  Abdelhamid Bouanik s’interroge  «s’il n’eut pas fallu moderniser d’abord notre administration avant de lancer un programme d’investissements aussi gigantesque». Beaucoup de députés ont rappelé des positions de leurs partis à l’instar de Mme Bedraoui du PT qui a appelé «au gel de l’accord d’association avec l’union européenne et de la loi criminalisant  les harraga».   Un élu du parti d’Ennahda  a dénoncé le favoritisme dont bénéficieraient selon lui «des manifestations culturelles au détriment de la construction de  lieux de culte». Des préoccupations strictement locales  ont affleuré à maintes reprises comme celle  de ce député d’Alger qui propose à ce qu’un «plan spécial pour la capitale soit élaboré pour raccorder  les dizaines de foyers aux alentours d’Alger  au réseau de gaz de ville».Bouzouaoui Ahmed évoquera le cas de  670 logements situés à Baraki et  inachevés depuis 1998.  Enfin, le député journaliste Mohamed Bouazzara a mis en évidence les manques en matière de communication proposant à ce que la télévision s’intéresse «davantage à l’événement qu’aux responsables». Comme beaucoup d’autres intervenants, ce dernier a souligné la nécessité de protéger l’argent public citant l’affaire de détournement de terres agricoles à Boumerdès appelant «à frapper avec une main de fer tous ceux qui s’adonnent à de tels actes».

Source Horizons R. Hammoudi.

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires