Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

15 novembre 2011 2 15 /11 /novembre /2011 05:31

Algérie - La création d’entreprises à l’épreuve de la bureaucratie

Siege du ministere des Finances

La manifestation autour du jeune algérien et de la question de la création de l’entreprise, qui se déroule en ce moment même à Oran, repose, encore une fois, la problématique de la bureaucratie, des blocages administratifs - et leur corollaire, la corruption - et de leurs effets dévastateurs sur la vie économique du pays et sur la qualité des rapports, désormais dénués de confiance, que les Algériens entretiennent avec leur administration. S’il est inutile de revenir sur les stigmates (par ailleurs vérifiables tous les jours dans chacun des actes des citoyens) de ce phénomène sur la vie des Algériens, il est nécessaire d’en souligner - encore et encore - les dangers sur l’avenir d’un pays qui travaille à construire une économie saine, assise sur des bases solides et managée par des ressources humaines compétentes. Or, la catégorie jeunes qui constitue l’essentiel de ces ressources et le plus précieux des atouts, dont dispose l’Algérie pour parvenir à enfin redresser son économie vacillante, n’arrive pas à se lancer dans l’aventure, bloquée dans son élan par le chômage et des obstacles que, très souvent, rien ne justifie. Ni les textes, dont tout le monde, à quelques exceptions près, reconnait la pertinence et la justesse, ni les dispositifs mis en place pour soutenir l’initiative et la création d’entreprise (organes de soutien et d’accompagnement, banques,…). «Nous avons pu vérifier que lorsque la législation était observée et que les dispositifs fonctionnaient normalement, les résultats pouvaient être excellents», confirme l’Association des jeunes entrepreneurs, en donnant des exemples probants d’entreprises qui, nées il y seulement quelques années, ont réussi à se structurer dans le tissu industriel et même à coacher de nouveaux venus dans le monde de l’entreprise. Selon tous les concernés par la création d’entreprise, la bureaucratie et les blocages administratifs restent les principaux écueils, difficilement contournables (pour beaucoup impossibles à franchir), qui empêchent l’éclosion des nouvelles énergies. Résultat, des milliers de projets - dont certains portent des idées novatrices - croupissent dans les tiroirs poussiéreux d’obscurs bureaux, parce que le porteur du projet n’aurait pas été suffisamment compréhensif ou qu’il ne se serait pas plié aux usages en vigueur. Même les plus hautes autorités de l’Etat reconnaissent que la bureaucratie et la corruption constituent un frein à la création d’entreprise, et se sont engagées à lutter sans merci contre ces pratiques. Le ministre des PME/PMI l’a rappelé encore ce dimanche, à l’ouverture du Carrefour du jeune entrepreneur, que le gouvernement travaille à assainir le climat entourant la création et l’investissement. En attendant, malgré les chiffres officiels (50% des projets jeunes auraient réussi), les jeunes algériens continuent de lorgner vers l’étranger pour élargir des perspectives, que l’administration continue de réduire par des pratiques dignes d’un autre âge.   

Source La Tribune Samir Ould Ali

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires